Manitoba

Hecla, une île au Manitoba

Article mis à jour le

Je ne vous ai toujours pas montré Winnipeg, mais il va falloir, et je bouscule également mes habitudes de publication – en général, je suis en retard, je raconte mes voyages des mois voire des années après – pour partager un bout de Manitoba : l’île de Hecla.

À un peu plus de deux heures au nord de Winnipeg, il y a donc un parc provincial qui se trouve sur une île, sur le lac Winnipeg.  Cette île a été colonisée par des Islandais (le Manitoba a la plus grande proportion d’Islandais vivant en dehors de l’Islande) à partir de 1876 et a même été une colonie indépendante, New Iceland, jusqu’en 1887 ! Des drapeaux islandais se voient partout dans la région et cet héritage est encore bien présent.

Hecla Manitoba map

Le village d’Hecla

On arrive vers 13h je crois, le ciel est menaçant, se couvre et se découvre, et on commence par une promenade le long de la jetée, entre les pêcheurs et les gouttes. C’est déjà beau sans aller loin.

Chairs Hecla lake Winnipeg

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba
Habité, puis abandonné, puis habité de nouveau et laissé un peu aux touristes, le village de Hecla est vraiment mignon. Une brochure permet de suivre un parcours de visite et d’en apprendre plus sur les points d’intérêt, les familles influentes, l’école, le magasin, l’église.

Les habitants de Hecla ont en fait été plus ou moins forcés de partir dans les années 70, quand l’école a été fermée et que le gouvernement a décidé de créer un parc à cet endroit. Ils ont depuis eu l’opportunité de revenir mais aujourd’hui, l’île vit du tourisme et plus de la pêche…

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba
Le nord de Hecla

Il y a une petite marche de 6 km qui longe le nord de l’île. Le sentier s’enfonce dans la forêt tout en laissant découvrir des petites criques, des falaises, des rochers, il y a même une tour d’observation et une plage bien nommée, Sunset Beach. L’automne est déjà en train d’arriver, je cherche les feuilles de couleur.

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba
Hecla Winnipeg Manitoba

Et une autre marche, au crépuscule

Pour l’instant, c’est cool, tout va bien. Mais… à l’entrée du parc, il y avait un énorme panneau… avec un ours et les conseils de prévention pour agir bear smart comme ils disent en anglais. Parce qu’au Canada, évidemment, il y a des ours. J’ai grandi en détestant la nature, j’ai une peur panique des serpents, je hais les insectes en tous genres, l’Australie m’a guéri de ma phobie des araignées à mes dépends (en trouver une grosse comme le poing dans sa tente un jour, ça calme) mais je suis pas prête à voir un ours. Pas prête du tout. Il faut marcher en parlant fort, mais franchement, je sursautais au moindre craquement, ce n’était pas trop rassurant..

Note : j’ai fini par voir des ours depuis, dans le parc de Riding Mountain, mais dans des conditions assez sécurisées – de loin !

Hecla Winnipeg Manitoba
Hecla Winnipeg Manitoba

Vers le phare de Hecla

Ayant survécu à notre première journée sans ours et sans mésaventures, c’est le moment d’attaquer cette deuxième journée à Hecla après un petit déj avec cette vue et en se faisant un nouvel ami pas trop menaçant. C’est très cliché canadien, le week-end au chalet au bord du lac mais c’est cool !

Hecla Winnipeg Manitoba

Après être monté en haut du phare de Hecla qui se trouve à Gull Harbour, la première rando de la journée, c’est pour aller aux autres phares – l’île en compte plusieurs. C’est le même chemin qu’hier mais toujours pas d’ours, juste une biche qui nous passe juste devant. Le ciel fait n’importe quoi, la luminosité change toutes les deux minutes et ça me rappelle un autre coin du monde : Bruny Island en Tasmanie.

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba

Hecla Winnipeg Manitoba

Les phares de Hecla

Les marais de Grassy Narrow Marsh

Un petit dépliant indique les marches à faire dans ces marais au sud de l’île de Hecla et toute la wildlife que l’on peut y croiser : des tas d’oiseaux, des tortues, des orignaux, des castor, des coyotes, des lynx (!) mais pas d’ours. Est-ce rassurant ? Je ne sais pas. Ai-je peur des ours ? Oui je crois.

On choisit une marche de 7 km, comme indiquée sur la carte, et on se lance. Il y avait un panneau sur le parking qui indiquait les différents chemins de randonnée et celle que nous avions choisi, la jaune, n’était pas au complet mais on ne s’est pas posé plus de questions. Elle était fléchée au début du sentier, c’est parti.

Grassy Narrows Marsh

Grassy Narrows Marsh

Grassy Narrows Marsh
Mais assez vite, le chemin disparait presque, il faut marcher dans des hautes herbes (hautes : 1m, 1m20), entre les roseaux et les chardons. C’est fatiguant, le ciel est gris puis lumineux, puis tout noir, très menaçant… on ne sait pas trop où on va, la viewing tower ne nous permet de ne rien voir du tout, sauf des roseaux à perte de vue.

Je marche un peu en pilote automatique, un pied devant l’autre en évitant les branches, jusqu’à ce que je voie un truc bouger devant moi. Je sursaute et crie sûrement un peu de surprise. Cette bête trop mignonne que j’ai failli piétiner (pauvre petit chose) s’appelle un rat musqué.

Grassy Narrows Marsh

Grassy Narrows Marsh

Grassy Narrows Marsh


Mais là… après pratiquement 6 km de marche, le sentier ne va nulle part et débouche dans le lac. Impossible de passer. Le ciel est tout noir, ça fait ambiance fin du monde, je repense à la liste des animaux sauvages en liberté et je flippe carrément (je crois que je suis un peu peureuse en fait). Heureusement il n’est que 17 heures et on a le temps de rebrousser chemin, sous le soleil comme pour nous encourager.

Une fois de retour sur le parking on essaye de comprendre pourquoi le sentier a disparu, pourquoi il ne se trouvait pas sur la carte du parc mais bien sur les cartes papier. Et en fait… C’est parce que la version de la carte des sentiers dans le parc date de 2015, alors que les dépliants pourtant distribués dans tous les points touristiques datent de 2008. C’est juste dangereux, ça aurait pu mal tourner, et on s’est finalement retrouvés à marcher 16 km cette journée-là à cause d’informations contradictoires. Heureusement pas d’ours ni de lynx mais bon, randonner, c’est dangereux au Canada…

Et en revenant à Winnipeg…

Les couchers de soleil sont toujours aussi fous au Manitoba ❤️ sur fond de musique dans la voiture, de fin de road-trip, d’hâte des suivants. Sans ours et sans mauvais chemins si possible.

Sunset Manitoba

Sunset Manitoba

Sunset Manitoba

Sunset Manitoba

Pour plus d’informations sur Hecla et notamment les possibilités d’hébergement, le site de la Hecla Tourism Association vous renseignera !

Un commentaire ?

13 commentaires