Canada

Road-trip dans les provinces maritimes

En 2019, je suis allée passer deux semaines à l’est du Canada entre trois provinces : le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard. J’allais participer pendant cinq jours à la Mobilisation Jeunesse du Centre de la Francophonie des Amériques à Moncton et j’ai profité d’avoir traversé la moitié du Canada pour également faire 10 jours de road-trip dans les provinces maritimes.

Est-ce que c’était génial ? Oui.

Note : je publie cet article sur mon road-trip dans les provinces maritimes en juin 2020 mais le voyage a eu lieu un an plus tôt. Les restrictions sur les voyages ne sont pas levées. Si vous voyagez, je vous invite à vérifier auprès des autorités provinciales la situation à leurs frontières et auprès de chaque site touristique leurs horaires d’ouverture.

Comme pour mon article sur 15 jours au Costa Rica, cet article plus général organisé de façon chronologique reprendra l’itinéraire de ces 10 jours de road-trip dans les provinces maritimes ainsi que quelques conseils. D’autres articles plus détaillés sur des destinations spécifiques suivront.

Road-trip provinces maritimes Canada

Le choix de l’itinéraire dans les provinces maritimes

Premier critère pour choisir l’itinéraire du road-trip dans les Maritimes : je voulais absolument aller dans les trois provinces pour en avoir un aperçu. Deuxième critère : j’étais obligée de partir et d’arriver de l’aéroport de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Donc on a organisé une boucle autour de Moncton tout en essayant de limiter les kilomètres à 400 par jour maximum. J’avais aussi prévu de passer 2-3 jours à Halifax pour ne pas avoir à faire de la route tous les jours.

Certes, 10 jours pour trois provinces c’est vraiment effleurer la surface et je suis très loin d’avoir vu tout ce que je voudrais voir à l’est du Canada mais je trouve que notre itinéraire comportait un bon équilibre entre villes, patrimoine acadien, nature dans les parcs et découvertes historiques.

Est-ce que c’était beaucoup de route ? Oui et non. On habite au Manitoba, dans les Prairies, donc faire 4 heures de route aller-retour sur une journée pour faire une randonnée est quelque chose d’habituel pour nous. Au contraire, pouvoir changer de province en faisant quelques dizaines de kilomètres était vraiment une expérience inédite !

Une autre carte plus bas indiquera les points d’intérêts que nous avons visités lors de notre road-trip dans les provinces maritimes. Et s’il n’y a qu’une seule destination qui vous intéresse, cliquez directement dessus dans le sommaire ci-dessous !

Jour 1 : le voyage

Pas grand-chose à vous raconter pour ce premier jour qui consistait à voyager de Winnipeg à Moncton via une escale à Toronto. Vous pouvez cependant vous préparer psychologiquement, si vous vous rendez à Moncton, à devoir probablement passer deux heures de vol dans un minuscule avion à hélices. Ça secoue !

Jour 2 : autour de Moncton

Nous avons commencé cette première vraie journée de voyage dans les Maritimes en allant au parc national de la Baie de Fundy, qui est à environ une heure de route de Moncton. Le parc était sur ma bucket-list depuis longtemps. Pourquoi ? Parce que la Baie de Fundy est célèbre pour ses marées gigantesques.

Pas moins de 37 randonnées sont répertoriées sur le site du parc de la Baie de Fundy. Il fallait donc faire des choix et nous avons choisi la randonnée du Cap Matthew’s qui longe le littoral pendant 6-7 kilomètres et celle de Dickson Falls pour voir, comme son nom l’indique, des chutes d’eau !

Après ce tour dans le parc, nous sommes allés faire un tour à Alma, une petite ville portuaire très mignonne et on a pris la route scénique 915 pour rejoindre le site des rochers d’Hopewell, en photo ci-dessous.

Hopewell Rocks Nouveau Brunswick

Jour 3 : à la découverte de la Nouvelle-Écosse

On quitte déjà le Nouveau-Brunswick pour passer la frontière de la province voisine : la Nouvelle-Écosse. Cette journée avait pas mal de voiture mais comme on se posait à Halifax les deux jours suivants, ce n’était pas trop grave. On aurait aussi pu raccourcir le trajet en n’allant pas à Grand Pré mais ça me semblait dommage de passer du temps en Acadie sans en apprendre plus sur les Acadiens.

Cette journée commence avec la visite des Joggins Fossil Cliffs, un site géologique inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco, où la marée révèle chaque jour des fossiles sur la plage. 3 heures de route plus tard, on arrivait à Grand Pré, le site historique inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco de la déportation des Acadiens. C’était une visite aussi intéressante qu’émouvante sur le Grand Dérangement.

Grand Pré Nouvelle Ecosse

L’église de Grand Pré

Pour manger, on s’est arrêté à Wolfville, l’archétype de la petite ville de la côte Est comme dans une série télé. Imaginez style Star Hollows avec une vieille université en briques au coeur de la ville. On a ensuite pris la route jusqu’à Halifax, notre destination finale.

Jours 4 et 5 : Halifax

Halifax et moi, ce n’a pas été un coup de coeur au début. Fatigue, Airbnb probablement pas dans le bon quartier, il m’a fallu une bonne demi-journée pour tomber sous le charme. Et en fait, Halifax, c’est le parfait mélange entre la Grande-Bretagne et le Canada et j’ai adoré ma visite. Je me verrais totalement y vivre. Pendant deux jours, j’ai bu plein de café et (liste non exhaustive) :

  • on a fait un free walking tour
  • on a visité la Citadelle
  • et la Province House de Nouvelle-Écosse
  • et le musée canadien de l’immigration, Pier 21 (qui est vraiment bien).

La vue d’Halifax est vraiment chouette depuis le ferry public qui emmène de l’autre côté de la baie, à Dartmouth, mais j’en reparlerai !

Halifax skyline

Jour 6 : Halifax – Chéticamp

Il est temps de quitter Halifax pour aller voir la péninsule du Cap Breton tout au nord de la Nouvelle-Écosse. Avant de se lancer à l’assault du Cap-Breton et la Cabot Trail, on fait un arrêt à Antigonish sur la route, une autre college town ultra mignonne, et on atteint notre destination finale du jour, Chéticamp, un bassin acadien (70% de la population a le français comme première langue).

On a quand même été dans le parc national du Cap-Breton dès le premier soir et on a fait la petite randonnée de Matthew’s Head, qui nous montre les vestiges laissés par cinq familles acadiennes expropriées lors de la création du parc en 1936.

Phare acadien Chéticamp Nouvelle Ecosse

Jour 7 : la Cabot Trail

Il y a tout plein de conseils et d’itinéraires pour faire la Cabot Trail sur Internet, nous on a choisi de la faire dans le sens des aiguilles d’une montre et en une seule journée. Ce parc et cette route sont incontestablement l’un des plus beaux endroits du Canada, la route serpente, le golfe du Saint-Laurent est tout le temps visible, c’est vert et c’est bleu, c’est juste magnifique.

On a conduit tranquillement en s’arrêtant à de nombreux points de vue dans le parc et en faisant quelques petites randonnées. Le soir, on a dormi à la fin de la trail, à Baddeck.

Cabot Trail Cap Breton Nouvelle Ecosse

Jour 8 : Baddeck et ferry

À Baddeck, il y a la maison de l’inventeur Alexander Graham Bell : une visite fascinante tant son esprit était visionnaire. Et puis on a pris la route pour rejoindre l’Île-du-Prince-Édouard. On a choisi de prendre le ferry entre Pictou et Woods Island pour des raisons pratiques et économiques mais c’est assez imprévisible. Ne sachant pas exactement quand on y arriverait, on n’avait pas réservé et la popularité du trajet fait qu’on a attendu un bateau presque deux heures. On n’a cependant pas payé le ferry, et je vous explique pourquoi un peu plus bas au jour 10.

Arrivée sur l’Île, on se rend directement à Charlottetown et on sort directement y faire un tour. Ce premier aperçu au crépuscule est très prometteur !

Crossing PEI Nova Scotia ferry

Jour 9 : Île-du-Prince-Édouard

La journée commence par un haut moment de culture populaire canadienne : la visite de Green Gables, une maison-musée en l’honneur de Lucy Maud Montgomery et de son oeuvre Anne of Green Gables (actuellement disponible sur Netflix sous le titre Anne with an e). C’est un peu marrant de visiter une maison d’auteur sans avoir lu son oeuvre ni vu d’adaptation mais c’était tout de même intéressant (plus d’infos en français ici pour les curieux). Green Gables était le lieu le plus achalandé de tout notre road-trip dans les Maritimes.

Au contraire, le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard était peu fréquenté. Ce n’est pas un parc avec beaucoup de sentiers, il y a une route scénique qui longe la côte avec de nombreux points de vue sur la plage rouge et quelques marches, dont une dans les dunes. C’est aussi là que j’ai mangé LE meilleur lobster roll (un sandwich au homard) de toutes les vacances.

Plage sur l'Île du Prince-Édouard

Jour 10 : Charlottetown

Le matin, nous avons fait un grand tour dans Charlottetown guidés par la recherche de caches (le géocaching, qu’est-ce que c’est ?) et ne ne pouvions pas partir sans manger une dernière glace chez Cows. Charlottetown se targue d’être le berceau du Canada moderne, puisque c’est là que la Confédération canadienne a été signée en 1867. J’aurais aimé visiter la Province House mais malheureusement le site était – et est encore à l’été 2020 – en travaux.

Pour quitter l’Île-du-Prince-Édouard, il faut emprunter le Pont de la Confédération. Ces 13 km valent cher : la traversée est à 48,50 dollars par véhicule. Si vous venez sur l’île en voiture, il faut s’acquitter d’un péage à la sortie, peu importe le temps que vous avez passé sur l’île ou la façon dont vous y êtes entré (via le pont ou via le ferry), c’est vraiment la façon de partir qui compte. Rejoindre le Nouveau-Brunswick par la route coûte moins cher que de prendre le ferry vers la Nouvelle-Écosse où le trajet vous sera facturé 80 dollars.

On a ensuite été directement jusqu’à Moncton.

Jour 11 : Moncton

Je garde un beau souvenir de cette journée qui concluait ces 10 jours de road-trip dans les provinces maritimes : c’est le jour où j’ai reçu le courriel de IRCC disant que ma demande de résidence permanente était approuvée. Pleine d’excitation et un peu anxieuse avant que ne commence Mobilisation Jeunesse, une formation de cinq jours avec une vingtaine d’autres francophones des Amériques et des experts en tourisme, je me suis baladée dans Moncton à la recherche de géo-caches et de street-art en buvant plein de café. J’ai passé un bon moment aussi à observer la rivière de boue rose, le Petit-Codiac.

Moncton Petit Codiac

Mes bonnes adresses

Où manger en road-trip dans les provinces maritimes ? Voici une liste non exhaustive mais testée d’endroits où grignoter, boire un verre ou manger des fruits de mer.

Nouveau-Brunswick
Moncton : pour manger St James’ Gate, pour manger ou boire un verre Tide and Boar
Alma : un cinnamon bunn de chez Kelly’s Bake Shop

Nouvelle-Écosse
Wolfville : Naked Crepes Bistro
Chéticamp : un super resto francophone, l’Abri
Baddeck : Lobster Suppers, un buffet illimité de fruits de mer
Halifax : pour du café Pavia Cafe, Java Blend
Antigonish : The Tall and Small Cafe

Île-du-Prince-Édouard
Parc national : Richard’s fait les meilleurs sandwiches au homard, même s’il faut attendre une heure
Partout : les glaces de chez Cows

Budget et logement pour 10 jours de road-trip dans les Maritimes

Infographie coûts road-trip provinces maritimes

On a fait un mélange de logements un peu plus chics et plus miteux, en fonction de ce qui était encore disponible quand on a fait nos réservations deux mois à l’avance. On a dormi (liens affiliés) :

  • au Travel Lodge de Moncton
  • en Airbnb à Halifax
  • au Cornerstone Motel à Chéticamp, juste à l’entrée du parc de Cap-Breton, simple et propre
  • au Cabot Trail Motel à Baddeck, pareil simple et efficace
  • au Princes Suite, une maison d’hôte coloniale à Charlottetown avec petit déjeuner inclus
  • et dans un hôtel horrible de Moncton que je ne recommanderai pas !

Le budget nourriture était clairement important, on a tendance à ne pas manger le midi mais faire un gros petit-déjeuner et un bon dîner. On a fait les courses et cuisiné nous-mêmes à Halifax puisque nous étions dans un appartement. On a aussi voulu manger du poisson et des fruits de mer tous les jours. Et j’ai mangé des glaces de chez Cows trois jours de suite.

Le budget activités a été extrêmement allégé par le pass annuel de Parcs Canada. À l’exception d’Hopewells Rocks et de Joggins, tous les sites que nous avons visités, qu’il s’agisse des parcs, des musées ou des sites historiques, étaient gérés par Parcs Canada. On a vraiment construit notre itinéraire en fonction de cette donnée-là et il y a encore tellement d’endroits à visiter !

Et enfin la location de voiture nous est revenue à seulement 392 dollars (le reste inclut les pleins, le parking et les péages pour entrer à Halifax mais je crois que j’ai oublié le fameux péage du Pont de la Confédération) parce que le travail de mon copain lui permet d’obtenir des réductions.

Le français dans les Maritimes

Est-ce qu’il y avait du français dans les Maritimes ? Oui et non, ça dépend vraiment où vous êtes.

J’ai eu pratiquement systématiquement du service en français à Moncton/Dieppe, j’ai été surprise de voir du français partout sur l’Île-du-Prince-Édouard et j’ai trouvé la Nouvelle-Écosse beaucoup moins francophone. Les sites de Parcs Canada que j’ai pu visiter avaient systématiquement du personnel bilingue en poste.

Par contre, j’ai l’impression que l’offre active n’est pas très active justement dans ce coin du Canada. Le but de l’offre active, c’est de dire hello bonjour pour laisser au client le choix de la langue qu’il veut utiliser, dans les commerces ou les services. L’impression que j’ai eue au Nouveau-Brunswick, c’est que finalement le client sera bien servi dans la langue de son choix mais c’est à lui de décider tout de suite.

J’espère que tout cela vous aura donné envie de voyager dans les provinces maritimes ! Et n’hésitez pas à épingler l’article pour plus tard !

Road-trip provinces Maritimes Canada
Road-trip provinces Maritimes Canada
10 jours en Acadie

Un commentaire ?

2 commentaires

  • Une chronique sur mon coin de pays ! Je vois que tu as fait un beau road-trip et que tu n’as rien raté des incontournables.Moi aussi, je suis sous le charme des petites villes universitaires… Il te manque Sackville (NB) et tu avais la totale !
    PS j’ai envie d’une glace Cows maintenant 😀