Hongrie

50 choses à faire à Budapest : le guide ultime

Même si je n’ai pas aimé mon année hongroise, j’ai pris le temps d’arpenter Budapest, seule ou accompagnée. Par tous les temps et à toutes les saisons, la ville est pleine d’activités et de choses à découvrir. Je ne pouvais pas clore cette expérience sans venir les partager ici. 

L’ordre est aléatoire et les idées ont été notées au fur et à mesure de mon inspiration.

 

50 choses à faire à Budapest

 

Manger un kurtoskalacs

Les kürtoskalacs sont des brioches parfumées, sur une base de vanille et fleur d’oranger (légère) puis recouvertes de sucre parfumé. En général on peut choisir entre cannelle, amandes, noix, cacao, noix de coco et chocolat. Si les Hongrois en mangent plutôt à Noël, il est possible d’en trouver toute l’année à Budapest (on en trouve aussi à Prague mais croyez-moi, elles sont meilleures en Hongrie). Ne les achetez pas sur les marchés où elles coûtent cinq fois plus cher qu’ailleurs, descendez dans le métro à Deak (juste avant les escalators de la ligne 2) et essayez de choisir une brioche encore chaude. Les mêmes vendeurs ont un stand à Blaha et au coin entre Deak et Andrassy, ce sont les meilleurs kürtos (prononcés kurteuch) de la ville.

Kurtoskalacs Budapest

 

Admirer le Parlement

Je ne m’en suis pas lassée. De jour comme de nuit, d’à côté ou d’en face, au niveau du sol ou des airs, le Parlement hongrois est sublime. Les meilleurs points d’observation se trouvent depuis le Varkert Bazar en face ou mieux encore, depuis le bateau BKK des transports publics budapestois (voir plus bas). Par contre, je ne vous recommande pas du tout la visite. Assez onéreuse (environ 8 euros), elle est très lisse, très rapide (moins d’une heure, contrôles de sécurité inclus) et les guides censurés ne peuvent évoquer la situation politique réelle du pays.

Parlement Budapest

 

Monter en haut de la citadelle au coucher du soleil

Une de mes sorties préférées, simple et gratuite – au coût d’un ticket de métro. La citadelle offre un panorama toujours changeant de couchers de soleils plus beaux les uns que les autres. Mieux vaut arriver un peu avant pour avoir une place et pouvoir observer la ville de jour et de nuit en pleine transition lumineuse.

Pour monter à pied, ça commence à côté des bains Gellert. Pour monter en transports en commun, il faut prendre le bus 27 à Moricz Zsigmond Körter.

Sunset Budapest

 

Aller voir le château de Sissi à Gödöllö

Si vous avez grandi avec les films Sissi et que vous avez un peu de temps à consacrer aux alentours de Budapest, la visite du château de Gödöllö peut être une option. La visite m’a beaucoup plu car je n’en attendais pas grand-chose et ai été positivement surprise mais attention, ce n’est pas Versailles, c’est plus modeste en taille, ameublement et faste. Cela divertit quand même, il y a des panneaux multilingues dans les salles. Le palais permet de se rendre compte de la grandeur des Habsbourg et de voir quand même les différences avec aujourd’hui, surtout dans l’usage qui en a été fait au XXe siècle. Pour en savoir plus sur l’itinéraire depuis le centre de Budapest, rendez-vous ici.

Sissi Godollo

 

Faire du shopping chez Cream

Vous constaterez assez vite que la mode à Budapest, ce n’est pas ça. Il y a les grandes enseignes auxquelles nous sommes habitués, aux prix similaires – un peu moins cher sur l’étiquette mais avec une TVA à 27%. La plupart des gens semblent sortis des années 90 et non, personne ne veut ce style vestimentaire. Par contre, il y a plein de friperies à Budapest, notamment celles de la chaîne Cream qui sont remplies de vêtements britanniques. C’est court, un peu kitsch, c’est souvent des fleurs – c’est anglais – mais c’est pas cher et plus original que les chaînes de base.

Budapest

Pas de rapport avec des vêtements mais j’aime beaucoup cette photo.

 

Monter au Kilato

Le Kilato, c’est le point de vue situé sur la plus haute colline de Buda. C’était un endroit fort apprécié de Sissi qui aimait s’y reposer. Maintenant, il y a plusieurs attractions pour s’y rendre ou redescendre (un funiculaire, un train à crémaillères ou un train entièrement opéré par des enfants) et la marche dans la forêt est très agréable. J’y suis allée en automne – je vous donne les infos pratiques dans cet article – et j’ai été ravie de ma promenade champêtre.

collines-buda-automne

 

Faire un tour au cimetière Kerepesi

Cette balade est assez étrange. Le cimetière Kerepesi est absolument gigantesque, caché derrière la gare de Keleti. On entend parfois les trains qui passent sous une atmosphère de fin du monde – il y a tellement d’espace et de parcelles vides, on dirait que tout est prêt pour une catastrophe nucléaire. Cette visite m’a donné un sentiment très étrange mais culturellement c’est toujours intéressant de voir comment d’autres nations veillent leurs morts. La partie soviétique vaut particulièrement le coup d’oeil – et c’est gratuit.

Kerepesi Budapest

 

Boire un vrai chocolat chaud

Budapest a conservé la tradition viennoise longuement partagée et les salons de thé ne manquent pas. Le café n’est pas toujours réussi mais le chocolat chaud à Budapest est en général délicieux, bien épais et crémeux. Il peut être parfumé, avec ou sans crème. Un vrai chocolat chaud s’appelle forro csoki en hongrois.

Mes deux adresses favorites sont le Alexandra Book Café sur Andrassy, ou un petit café caché dans une cave, le Rengeteg Romkafé, sur Tuzolto utca, métro Corvin-Negyed.

Chocolat chaud Budapest

 

En apprendre plus sur le passé trouble de la Hongrie à la Maison de la Terreur

J’ai longuement attendu avant d’aller visiter la Maison de la Terreur, reportant la visite à mon dernier jour sur place. Pourtant, il le fallait. J’avais déjà des notions d’histoire hongroise, donc n’hésitez pas à prendre et lire les fiches en papier mises à disposition dans chaque salle pour mieux comprendre le contexte historique et les noms semés. Ce musée est extrêmement bien fait et nous emmène dans les heures sombres, sous les nazis tout d’abord puis du temps de la police politique soviétique. On passe par les cachots, les salles de jugements, les bureaux refaits à l’identique, mais sans trop de manichéisme.

📍Terror Haza, Andrassy Ut 60. Ouvert tous les jours sauf le lundi, 2000 ft tarif plein.

Terror Haza Budapest

 

Szentendre

Si vous restez assez longtemps à Budapest et que vous avez l’impression d’en avoir fait le tour, montez dans un HEV – un train de banlieue – et allez changer d’air à Szentendre. Cette petite ville sur le bord du Danube abrite des maisons colorées, des tas d’églises et on y retrouve une douceur de vivre plus méditerranéenne qu’hongroise. Toutes les infos pratiques dans l’article dédié.

Szentendre

 

Aller prendre un café dans un café impérial

Pas mal de cafés respectent la tradition viennoise et sont presque aussi beaux que dans la ville voisine. Mon préféré, c’est le Café Central, au décor et service impeccables. La carte des cafés occupe une double page du menu, le choix est abondant et tous sont très très bons. C’est plus cher que le troquet mais toujours moins que le Starbucks et l’immersion dans la Hongrie 1900 est presque totale. Vous prendrez votre café devant les portraits d’obscurs écrivains hongrois  – que personne ne connaît, c’est normal.
📍Central Kavehaz, Károlyi utca 9, ouvert de 9h à 23h tous les jours.
cafe central Budapest

Photo © Central Kavehaz. Je n’ai que des photos de nourriture et pas des lieux…

 

Se recueillir au mémorial des chaussures

Budapest et la Hongrie en général ont eu leur part d’exactions sordides pendant la Seconde Guerre Mondiale. Lors de la prise de pouvoir de la milice fasciste, les Croix Fléchées, la trêve et la protection des Juifs se sont achevées d’un coup, occasionnant la déportation de plus de quatre cent mille juifs dans les camps et la mort immédiate de certains, fusillés devant le Danube. Ce mémorial leur rend hommage.
Shoes on the Danube Budapest

 

Et s’interroger devant celui de la place de la Liberté

Ce mémorial-là vise à rendre hommage… à la Hongrie, « victime de l’occupation allemande ». Ce monument très récent a été érigé en pleine nuit dans le plus grand secret et crée la contestation depuis. Le but est de diminuer le rôle joué par la Hongrie pendant l’Holocauste. Les gens ont décidé d’utiliser cet espace pour en faire un contre-mémorial, rendant hommage aux victimes d’attentats et aux juifs hongrois à cet emplacement aussi.
Liberty Square controversy Budapest

 

Faire un free walking tour

 Si j’ai appris toutes ces anecdotes d’histoire hongroise, c’est en discutant avec des Hongrois tout d’abord, un peu aussi en lisant le Lonley Planet, mais surtout en faisant un Free Walking Tour. Ça pourrait sembler bizarre de découvrir sa propre ville avec un guide mais j’ai appris beaucoup de choses que je ne savais pas et vu mon attention attirée par des détails que je n’avais pas remarqué. Guerre des statues, anecdotes, rivalités… La compagnie Free Budapest Tours propose des tours tous les jours, généraux ou thématiques – sur le communisme ou l’héritage juif. Je recommanderais de tipper environ 2000 ft.
Budapest

 

Marcher sur les traces de Sissi

 Si vous êtes vraiment fan et qu’aller visiter Gödöllö ne vous a pas suffi, il est possible de rechercher les traces de Sissi en ville – indice, en hongrois elle s’appelle Erzsebet. Elle a un pont, un boulevard et une statue à son nom, entre autres. On trouve du délicieux merchandising bien kitsch dans les boutiques de souvenirs et les Hongrois l’adorent. On parle aussi d’elle au Nemzeti Museum, le musée national.
Statue Sissi

 

Faire un tour dans le quartier juif

Ce conseil s’applique de jour comme de nuit. À la lumière du soleil, on peut voir du street art encore un peu timide, des façades complètement décrépies, une vie de quartier autour des cafés – le brunch à cinq euros du Spinoza est pas mal d’ailleurs. Le soir par contre changement de décor, le quartier juif est l’endroit où faire la fête, écouter de la musique live, manger dans des food trucks et passer de ruin bar en ruin bar.
Quartier juif Budapest

 

Aller à l’Opéra

À moins de deux euros la place – assise, pas comme à Vienne – il serait dommage de passer à côté. La salle de l’Opéra de Budapest est magnifique, les tarifs sont abordables et les spectacles changent régulièrement. Par contre, c’est comme à Paris, il y a deux salles : la moderne sans âme pour les opéras et pièces et la dorée pour les ballets. Faites attention au moment de réserver – plutôt sur place d’ailleurs car le personnel parle anglais et que la commission du site vaut plus chère que le prix des billets.
Opera Budapest

 

Faire le tour de l’île Marguerite

Budapest manque de parcs à mon goût, même si j’avais la chance d’habiter à cinq minutes du Danube et de ses bords parfois aménagés. Le véritable espace vert de la ville, c’est l’île Marguerite, située peu après le Parlement et accessible via le pont Marguerite, de couleur jaune. Son tour fait cinq kilomètres, il y a quelques attractions, une ménagerie, un jardin pseudo-japonisant, quelques ruines, beaucoup de terrains. L’atmosphère y est plutôt détendue.
Ile Marguerite Budapest

 

Voir la Hongrie d’en haut à Visegrad

 Autre sortie extérieure à Budapest, le château dans les nuages de Visegrad et son joli panorama sur la courbe du Danube. Il y a une bonne marche pour y accéder mais la ville est plutôt loin, il faut un trajet en bus, dont les horaires ne sont pas toujours très fiables. Il est possible de cumuler le trajet avec la visite de Szentendre puisque la route est la même. Infos ici.

Visegrad Danube

Bruncher au Szimpla Kert

J’en ai déjà parlé mais je recommence tant j’ai aimé y passer mes dimanches matins. Le plus célèbre ruin bar se transforme alors en marché de producteurs locaux et l’on peut composer son propre brunch à base de viennoiseries, pain, charcuterie, fromage et fruits frais sous fond de musique live dans une décoration qui semble chinée chez Emmaüs. Un moment très agréable… et les vendeurs parlent à peu près anglais (mais vous servent un peu plus si vous parlez hongrois).
Brunch Szimpla Budapest

 

Acheter ses souvenirs au Grand Marché

Malgré ses horaires d’ouverture un peu bizarres, le Grand Marché vaut le déplacement pour plusieurs raisons. Tout d’abord, son architecture, que la rumeur impute à Gustave Eiffel, oui, le même que la Tour. Ensuite à cause de son étage rempli de souvenirs. Ne pas hésiter à comparer – mais pas marchander, ça ne passe pas. Et enfin pour sa mini food court où le langos classique – crème et fromage – est pas mauvais et pas cher (600 ft)(un langos, c’est une sorte de beignet).
Grand Marché Budapest

 

Manger un goulasch

Oubliez toutes les soupes que vous avez pu manger avant. Le goulasch est une spécialité hongroise, ils en sont fiers comme des poux et vous en trouverez partout, y compris dans des attrape-touristes. Pour être sûr qu’il soit bon, il doit avoir des morceaux, une consistance assez épaisse et une couleur rouge-orange due au paprika. Un bol ne devrait pas valoir plus de 1500 ft en comptant assez large, puisque la soupe est normalement l’entrée des repas hongrois.
Goulash Budapest

 

Plonger dans le passé avec la ligne 1 du métro

 Ce métro est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco… oui oui. Parce qu’il est le tout premier métro du continent européen, juste après celui de Londres. Rien n’a été changé depuis les années 70, tout du moins on dirait, et le look rétro élégant des stations contraste avec le wagon qui semble tiré d’un mauvais film policier.
Metro 1 Budapest

 

Aller aux bains Széchenyi

Ce sont les plus célèbres… et on peut comprendre pourquoi : les jeux d’échecs, les bassins extérieurs, l’enfilade de piscines…. mais l’entrée y est assez chère et il y a énormément de monde. Je conseillerais d’y aller en semaine et plutôt en hiver pour pleinement profiter du bassin à 38 degrés. Un billet casiers suffit amplement, il y a des cabines en libre-service pour se changer – et pour fermer la porte, il faut rabattre le banc (ça semble être un conseil basique mais vous me remercierez, promis).
Széchenyi Budapest

 

Se baigner en faisant oooh et aaah aux bains Gellert

Mes favoris 💙 – ils sont un peu chers mais chaque recoin est décoré, contrairement aux Széchenyi. La piscine extérieure est également accessible sans bonnet de bain. Les gens n’y sont pas super aimables mais j’y allais pour l’atmosphère et l’eau chaude… Il n’y a pas un seul bassin en dessous de 32 degrés, sauf la piscine qui est à 26. Mon conseil serait d’y aller le dimanche en fin d’après-midi, puisque c’est le moment où les touristes repartent à l’aéroport !
Bains Gellert Budapest

 

Prendre l’air au jardin botanique

Cette visite est probablement l’une des plus authentiques, garantie sans touristes et pas chère. Pour moins de trois euros (avec un extra pour prendre des photos, bien que personne ne vérifie), le jardin botanique vous ouvre ses portes, avec ses arbres, fleurs et serres. Toutes les infos (et des photos) dans l’article dédié.
Jardins botaniques Budapest

 

Se retrouver en URSS au Memento Park

La Hongrie s’est retrouvée dans l’Union soviétique pendant une bonne quarantaine d’années. À la chute du régime, toutes les statues n’ont pas été détruites… elles ont été rassemblées dans un terrain vague auquel on a conféré le nom de parc et elles se visitent. C’est une sortie complètement WTF, une plongée dans le passé, rendue encore plus glauque lors d’une météo grise ou capricieuse. Le Memento Park est un peu loin du centre-ville (voir trajet ici) mais y aller aide à comprendre la démesure soviétique.
Memento Park Budapest

 

Visiter la synagogue

Je n’étais pas spécialement intéressée par cette visite, un peu dissuadée par son prix fort, mais en réfléchissant au fait que peu de synagogues se visitaient dans le monde, j’ai saisi l’opportunité, avec une sorte de conférence d’environ une heure inclue. Le billet est assez cher mais le/la guide répond assez facilement aux questions, explique clairement et une fois le tour terminé, le visiteur est libre de se promener à l’intérieur. La synagogue de Budapest est l’une des plus grandes au monde – rénovée grâce aux donations d’Estée Lauder, d’origine hongroise – et possède certaines caractéristiques chrétiennes.
Synagogue Budapest

 

Faire une pause au Varkert Bazar

Ce jardin est encore un peu préservé (comprendre : sans trop de touristes) mais tout dépend de l’heure et de l’affluence qu’il y a eu au château. J’aime son côté éclectique, un peu ottoman, ses fontaines et ses rosiers… au coucher de soleil, le Danube prend une superbe couleur et le point de vue sur le Parlement est pas mal du tout. C’est l’endroit parfait pour un goûter sur l’herbe.
Varkert Bazar Budapest

 

Parcourir le Bastion des pêcheurs

Le Bastion des Pêcheurs à Buda, ce sont sept tourelles rendant hommage aux sept tribus fondatrices du premier royaume de Hongrie. Ça fait un peu Disneyland, surtout qu’elles ont été ravalées récemment, mais l’ambiance y est cool. Attention par contre, en été, seule une microscopique fraction au niveau du sol est accessible gratuitement, il faut jouer des coudes pour voir quoique ce  soit et pire encore, s’y faire prendre en photo pour son profil Facebook. En revanche en hiver, grimper toutes les tours est gratuit, il n’y a personne, et ça vaut le détour de jour comme de nuit.
Bastion Pêcheurs Budapest

 

Observer les ponts

Budapest a six ponts majeurs, de bas en haut Rakozi est noir et rouge, Petofi blanc, Szabadsag vert, Erzsebet blanc et carré, le pont des Chaînes et le pont Margit jaune. Chacun est différent et permet d’observer les autres de façon privilégiée. Mon préféré, c’est le pont vert. Il a des espaces aménagés pour y amener son pique-nique le soir et trinquer en regardant le Danube… il relie Fovam Ter et le Grand Marché aux bains Gellert.
Szabadsag Hid Budapest

 

Aimer / détester la Place des Héros

Située tout au bout de l’avenue Andrassy, la place des Héros divise. Si j’ai adoré cet endroit la première fois que je l’ai vu, je l’ai vite détesté, pour plein de raisons. On peut y observer des statues de style Seigneur des Anneaux des sept chefs de tribus et du premier roi hongrois, Arpad, ainsi que l’Ange Gabriel remettant la couronne de Hongrie au premier roi (les Hongrois sont hyper fiers de leur royaume de droit divin). Sous les statues se trouve la tombe du Soldat Inconnu, mais je suis sûre que vus leurs penchants racistes, ils ont quand même fait attention à qui ils enterraient…
Place des Héros Budapest

 

Chercher les bâtiments art déco

Budapest a énormément d’architecture art déco – Budapest a plein de styles différents de toutes façons. Si je n’ai jamais réussi à trouver un itinéraire détaillé, les endroits plus célèbres sont le musée des arts décoratifs à Corvin-Negyed dans le IXe arrondissement et l’ancien bâtiment de la poste sur Hold Utca dans le Ve.
Art Deco Budapest

 

Se promener de nuit

Budapest prend un autre visage de nuit, plus romantique et charmant. Les ruines s’effacent du regard et la ville éclairée brille de partout. Pour un beau panorama de nuit d’ailleurs, les bains Rudas valent le coup, ils sont ouverts de 22h à 4h les vendredi et samedi soir et un bassin rooftop permet de contempler le Danube et ses ponts (sauf si comme moi vous êtes myope). La ville est d’ailleurs assez safe, sauf du côté de Blaha et de Keleti.
Pont des Chaines Budapest

 

Aller dans un ruin bar

Les ruin bar budapestois ressemblent aux bars berlinois, tout de bric et de broc avec du bric à brac. Il y en a des dizaines, plus ou moins touristiques. La photo ci-dessous où vous pouvez boire votre verre dans une baignoire vient du Szimpla Kert, le plus célèbre. Moi j’aimais beaucoup le Eleszto, à Corvin-Negyed, une micro-brasserie avec un super jardin.
Szimpla Budapest

 

Aller au bar 360

Situé sur l’avenue Andrassy, ce nouveau bar a très vite été victime de son succès. Malgré des prix plus élevés qu’ailleurs, c’est le seul rooftop digne de ce nom en ville. Les limonades y sont délicieuses – mais faites attention à arriver avant 18h, sinon il faut payer l’entrée.

panorama Budapest

 

Prendre le tram 2

Ce tram longe le Danube du côté Pest et permet d’avoir encore un point de vue différent sur le fleuve et les différents monuments. Il est plutôt pratique et assez rapide, je l’aimais vraiment bien… le vintage ajoute au charme de la ville. Son équivalent du côté Buda est le numéro 41.
🚃 parenthèse : ne jamais frauder dans les transports, il y a des contrôleurs partout et tout le temps. Il faut montrer son ticket en entrant dans le métro et le bus. Les tickets s’achètent aux machines (en français) par carnets de dix – les correspondances hors métro ne sont pas autorisées. Je faisais prendre des pass à mes visiteurs, 24 ou 72h. Pour aller et revenir de l’aéroport par contre le trajet spécial correspondance est plus intéressant.
Tram 2 Budapest

 

Se promener le long du château

Le château divise, certains l’aiment et d’autres… pas du tout. Je dirais qu’il participe assez joliment au rivage du Danube, mais qu’il est un peu décevant de près. Détruit pendant la guerre, il a été refait et les vitres sans tain sont un peu étranges. Il abrite une galerie d’art mais je n’y suis pas allée, je ne peux donc pas vous la recommander ou déconseiller. Par contre, en faire le tour est assez distrayant.
Chateau Budapest

 

Se perdre dans le vieux Buda

Le quartier qui entoure le château et l’église Matthias est rempli de maisons colorées classées monuments historiques. Les ruelles invitent au voyage dans le temps, gâché cependant par les voitures garées sans vergogne. Perdez-vous, allez manger chez Jamie’s Italian, entrez dans les églises… il y a un itinéraire de visite tout fait dans le Lonely Planet.
Budapest

 

Aller au Kuplung… le lundi

Le Kuplung est un bar à la déco aquatique situé sur Kiraly Utca. C’est une bonne solution de repli si le 360 est plein ou payant. Par contre, le bar étant assez petit, il se remplit assez vite. Il est encore plus intéressant d’y aller le lundi en after-work, et de payer son cocktail à peine deux euros… à ce moment-là toute la carte est à moins 50%.
Kuplung Budapest

 

Observer le funiculaire – mais sans le prendre

Pour monter au château, il y a plusieurs solutions. Le bus 16 est la plus facile. Marcher est une autre possibilité, par différents chemins plus ou moins ardus – il y a quand même une colline à grimper. Prendre à gauche au niveau du blason fera mal aux jambes, suivre le trajet du bus jusqu’aux escaliers blancs un peu moins. Et il y a aussi le funiculaire, siklo en hongrois.. Très onéreux (1200 ft, soit 4 euros, 4 fois plus cher qu’un ticket de métro normal et non inclus dans aucun pass) je ne l’ai jamais pris. Par contre, la plateforme d’observation derrière le guichet en haut permet de prendre de jolies photos.
Budapest

 

Chercher les statues

Il y a des statues partout dans le centre-ville de Budapest, chacune ou presque le fruit d’une coutume originale. J’ai déjà parlé de l’anonyme écrivain du Bois de Ville dont il faut frotter la plume pour obtenir chance et inspiration littéraire… et pour obtenir richesse et bonne santé, il faut frotter la panse du policier qui se trouve Zrinyi utca.
Statues Budapest

 

Prendre le ferry public

Cette balade est un de mes meilleurs souvenirs. Énormément de compagnies proposent différentes croisières sur le Danube, avec ou sans musique, dîner, romantisme. Moi j’ai choisi la version fauché : le ferry de BKK, les transports publics budapestois, car en semaine la traversée était inclue dans mon pass de métro. Le bateau a un pont découvert, va lentement, le point de vue sur les différents monuments – notamment le Parlement – est sublime, tout ça pour 1€50. Les horaires et infos se trouvent ici (cliquer sur le petit D).
 Croisière Danube Budapest

 

Faire un tour au Varosliget, le Bois de Ville

Le Bois de Ville est derrière la place des Héros, tout au bout de l’avenue Andrassy. Il comporte quelques curiosités, musées, statues, un marché aux puces parfois mais surtout pas mal de pelouses et des bâtiments aux architectures variées. C’est joli en été, au coucher du soleil mais à éviter en hiver où l’atmosphère est plutôt glauque.
Varosliget Budapest

 

Contempler l’église Matthias

L’église Matthias est un de mes bâtiments favoris à Budapest. Elle est tout simplement sublime. Les détails y sont impressionnants, la toiture brille sous le soleil, en faire le tour révèle à chaque instant de nouveaux éléments. Malheureusement, il faudra payer pour y entrer.
Eglise Matthias Budapest

 

Voir l’intérieur de l’église Matthias

Cette église est l’une des plus belles que j’ai pu voir – avec celle de Savannah, de Cracovie et de Montréal. L’intérieur est complètement peint, sans tomber dans l’outrance ou la démesure. L’entrée vaut cinq euros, ce qui est un peu cher, mais il existe des billets couplés avec le bastion des pêcheurs en été ou bien l’ascension du clocher.
Eglise Matthias Budapest

 

Se sentir tout petit devant la basilique St Étienne

La basilique St Etienne est une autre église de Budapest – la plus grande et la plus haute. Son clocher culminant à 96m a dicté la hauteur du Parlement et une loi limitant les constructions. D’ailleurs, pendant le communisme, une étoile rouge apposée sur le Parlement conférait quelques centimètres de plus symboliquement à la politique sur la religion… Laissée à l’abandon, la basilique a été restaurée. Son entrée est sur donation (200 ft) mais attention, si une messe est en cours vous n’aurez accès qu’à quelques centimètres carré. La basilique abrite aussi des reliques de Saint Étienne, premier roi de Hongrie, mais il faut payer pour voir une main momifiée dans un carton…
Basilique St Etienne Budapest

 

Monter en haut de la Basilique

Si l’intérieur ne m’a pas plu plus que ça – surtout au bout de la cinquième visite – monter en haut de la Basilique ne m’a pas lassée. Je suis toujours à la recherche de moyens de prendre la hauteur dans une ville pour l’appréhender des airs. Pour une somme dérisoire (normalement moins de trois euros), c’est tout le centre-ville de Budapest qui se découvre devant nos yeux.
Budapest

 

Sortir sur Gozsdu Udvar

Ce passage situé dans le Quartier Juif qui relie Deak à Kiraly Utca abrite plusieurs restaurants, des bars, du street-art et un marché de créateurs le week-end. Si je n’y ai jamais rien consommé, j’aimais m’y promener de jour comme de nuit.
Gozsdu udvar Budapest

 

Manger une dobos torta

Dernière spécialité culinaire hongroise de ces 50 choses à faire : manger une dobos torta. Ce gâteau hongrois plutôt fin et délicat est constitué de couches de génoise et de mousse au chocolat et est recouvert d’une feuille de nougatine. C’est bon. Les autres gâteaux traditionnels sont le Esterhazy, à base de noisettes, ou le Somloi Galuska, sorte de profiteroles hongroises.

Dobos torta

Partager sur...
Article précédent Article suivant

D'autres articles

25 Commentaires

  • Répondre AudreyS

    Très sympa ce petit récap de Budapest. Il m’a rappelé plein de souvenir de ma semaine passée là-bas. Je garde un souvenir ému du parlement (moi non plus, je ne me suis pas lassée de l’admirer), des bains Szecheny (la piscine extérieure en hiver, sous la pluie, un grand moment et peu de monde comparé à ta photo !!) et Gellert (j’ai adoré le style art nouveau), le bastion des pêcheurs, l’église Matthias, Gödöllö, les cafés…
    Cela fait quelques temps que je te lis et j’ai été désolée de voir que ton séjour professionnel s’est mal passé. Je te souhaite de belles choses pour la suite et de revenir un jour à Budapest sous de meilleurs auspices.

    17 août 2016 à 13h36
    • Répondre Kenza

      J’aime bien quand les lectrices de l’ombre sortent, merci 🙂 je ne suis pas sûre d’y retourner, même si ça serait super intéressant d’ici quelques années de voir le contraste ! le tourisme de masse ne fait finalement que commencer, pas mal de choses sont encore très « authentiques » (j’habitais dans un quartier assez dynamique mais sans trop d’Air BNB par exemple) – je me demande si d’ici dix ans tous les bâtiments à moitié en ruines auront été refaits et la population chassée de l’hyper-centre comme à Cracovie…

      17 août 2016 à 16h44
  • Répondre Commedansunlivre

    Merci pour ces précieux conseils, je m’y rends cet hiver 🙂

    17 août 2016 à 15h15
    • Répondre Kenza

      Mais de rien, je suis contente que ça serve !

      17 août 2016 à 16h45
  • Répondre Ophélie G.

    Ça en fait des choses à faire (et à manger *-*) ! xx

    17 août 2016 à 15h42
  • Répondre Ferdy pain d'épice

    Wow quel guide complet ! Meme si ca parait beaucoup je ne pense pas que je me serai plu dans cette ville 🙂
    On a hate de te revoir au Canada !!!!

    17 août 2016 à 17h59
    • Répondre Kenza

      J’arrive, doucement mais sûrement 🙂 (mais je sais pas où alleeeer)

      18 août 2016 à 11h19
  • Répondre Caro

    Merci pour ce bel article, c’est très intéressant de la part de quelqu’un qui y a passé du temps, et ça donne vraiment envie de découvrir cette ville !

    18 août 2016 à 8h57
    • Répondre Kenza

      C’est en effet une ville qui vaut le coup ! tous mes visiteurs ont adoré 🙂

      18 août 2016 à 11h20
  • Répondre Lucie

    Hum les kurtoskalacs !!! En Roumanie aussi ils avaient ça, j’adore ceux à la cannelle !! 🙂

    18 août 2016 à 10h52
    • Répondre Kenza

      Ce sont mes préférés aussi ! Par contre à Prague, ils n’était pas bons du tout 🙁 (et la dernière tendance, c’est de les remplir de crème glacée !)

      18 août 2016 à 11h20
  • Répondre J'ai écrit

    Que de bons souvenirs ! J’ai eu un vrai coup de coeur pour la ville (et ce grâce à toi et l’authenticité que cela a apporté aux découvertes) Et le parlement, non mais coeur avec les yeux et surtout surtout, la vue de la ville de nuit, faut faire tous les points de vue, les plus hauts, de chaque bord du fleuve, de chaque pont <3

    18 août 2016 à 21h48
    • Répondre Kenza

      J’étais une bonne guide (et j’attends de lire ton post, un jour :D)

      19 août 2016 à 15h07
  • Répondre sabine

    Ca fait plaisir de redécouvrir Budapest sous ta plume, ou plutôt ton clavier 🙂 Cette liste m’évoque plein de jolis souvenirs, c’est vrai qu’il plein de jolies choses à faire ! Mon top 3 : Déambuler dans « les villes » un kurtoskalac à la main, aller à l’Opéra et finir aux bains Rudas ! Dans la vie il ne faut garder que le meilleur, même si ton année là bas ne s’est pas passée comme tu voulais, tu as pu découvrir des tas de choses, au final c’est ce qui compte 🙂

    19 août 2016 à 0h00
    • Répondre Kenza

      C’est exactement ça ! et recevoir toutes ces visites aussi fait définitivement partie des bonnes choses.

      19 août 2016 à 15h07
  • Répondre lolli15

    Budapest est très chargée niveau architecture, cela doit être plaisant à voir . La photo du Parlement parle d’elle même ! Et j’adore Sissi , donc si je vais un jour à Budapest je visiterai le château 😀 Et les chocolats chauds ont l’air délicieux. Après tout, je me laisserai bien tenter par cette ville 🙂

    20 août 2016 à 11h31
  • Répondre Nina

    J’y vais cet hiver, merci pour ce guide !

    24 août 2016 à 16h49
  • Répondre Stephanie

    Oups on dirait que mon commentaire n’est pas passé ! (sinon tu peux supprimer le doublon!)
    Je disais donc que toutes ces idées donnaient envie d’aller à Budapest, au moins en tourisme! Et ça fait un petit moment qu’on en parle avec 2 de mes copines, sauf que le plus dur est de trouver un moment où on est libres toutes les 3 en même temps… c’est toujours la même chose 😀
    Merci !

    31 août 2016 à 16h17
  • Répondre Aude

    26 sur 50 pour moi, en 5 jours ce mois de juillet ! je note les 24 autre pour la prochaine fois car j’ai bien l’intention d’y retourner, la ville m’a beaucoup plus.

    4 septembre 2016 à 18h10
  • Répondre Aude

    Oh mais je suis bien tombée! Je cherchais des conseils/idées pour Budapest car j’y vais en octobre, et là je tombe sur pleeeeins d’idées, et en plus je vois que tu es prof de FLE, ce que je veux faire aussi!
    Merci pour cet article, je m’abonne direct :p

    11 septembre 2016 à 16h26
  • Répondre Rouquines en jean

    J’ai adoré lire ton article ! Je suis allée 3 jours à Budapest en voyage scolaire il y a 4 ans et j’avais adoré, tes photos et tes annotations m’ont rappelée tellement de souvenirs…
    Je suis a deux doigts de reprendre des billets d’avions haha.

    J’ai vu que tu étais prof de fle ! Je le suis aussi cette année, en Espagne 🙂

    21 novembre 2016 à 23h27
  • Répondre Benmansour lalla zhor

    Dommage j ai visite Budapest en 2014 le guide de Kenza aurait été utile plus complet que celui de l office du tourisme alors j y retournerez ceci dis ce une belle ville et je garde un super souvenir des thermes

    22 janvier 2017 à 10h29
    • Répondre Kenza

      J’espère que tu pourras y retourner pour mettre tout ceci à profit 🙂 merci de ton message !

      4 février 2017 à 17h42
  • Répondre Thomas

    Enfin voilà un bon site avec pas mal de conseils ! Un grand merci.

    6 octobre 2017 à 3h14
  • Un petit mot ?

    Close