Winnipeg

Oui, j’habite à Winnipeg. Et alors ?

Où que je sois, peu importe à qui je parle, quand j’annonce qu’au Canada, j’avais vécu / allais vivre / vis au Manitoba, j’obtiens en général deux sortes de réactions. La première, c’est un froncement de sourcil, un air un peu interloqué, un “c’est où ça ?” pas toujours formulé à voix haute mais exprimé par le regard. La seconde, c’est une grimace, un “I am sorry”, souvent suivi d’un “but why ?!”

En anglais comme en français, de la part de Canadiens comme de Français. Personne ne comprend pourquoi, parmi l’immensité du pays, la possibilité de choix qu’offre le PVT et un visa de travail ouvert, j’ai choisi de venir ici, dans les Prairies. Et pourquoi j’ai choisi d’habiter à Winnipeg parmi tous les choix possibles. D’ailleurs, les premiers à critiquer sont souvent des gens n’y ayant jamais mis les pieds.

En fait, il n’y a pas à être désolée pour moi. Ou il fallait l’être lors de première année au Manitoba en 2013-2014, qui a été le fruit du hasard. J’ai participé au  programme d’échange d’assistants de français du CIEP – expérience que je raconte ici. Je n’avais pas mis de voeux géographiques car je ne connaissais rien du Canada, alors j’ai été envoyée dans une petite ville de 40,000 habitants perdue au milieu des Prairies, sans avoir la moindre idée de ce qui m’attendait.

J’y ai développé l’envie de revenir et le choix du Canada comme pays de coeur, après avoir aussi vécu en Angleterre et en Australie, entre autres. Mon retour au Manitoba est par contre le fruit d’une décision longuement murie, prise pour des raisons pratiques, économiques, affectueuses et géographiques. Mon cheminement de pensée est dans cet article.

J’ai visité Edmonton, Calgary, Vancouver, Victoria, Québec, Montréal, Ottawa et Toronto. Et pourtant je suis venue m’installer à Winnipeg.

Love Winnipeg

Oui il fait froid, ça ne vend vraiment pas de rêve, c’est un peu mort, personne ne sait où c’est.

Mais… j’ai trouvé une qualité de vie que je n’aurais pas ailleurs. J’avais déjà trouvé du travail avant même de venir au Canada, exactement dans mon domaine, à l’endroit où je souhaitais. Pas de petits boulots pour moi, pas de première expérience canadienne, pas de call centers ou de service à la clientèle comme beaucoup de Pvtistes ou de nouveaux immigrants. J’exerce mon métier, j’enseigne. Ce qui me permet de gagner assez bien ma vie pour avoir mon propre appartement : pas besoin de me mettre en colocation, de devoir partager mon espace faute de mieux ou faute de choix. Je connaissais aussi déjà des gens, rencontrés bien sûr pour certains lors de mon année précédente, mais pas que, une de mes plus vieilles amies de France s’est aussi installée à Winnipeg maintenant, d’autres sont apparus dans ma vie grâce au blog ou au forum de Pvtistes.

Il fait beau (316 jours de soleil par an. C’est 51 par an à Paris en comparaison). Je peux me faire servir en français dans les organismes gouvernementaux, pour la santé, même au restaurant souvent ou au café où les gens seront contents de pratiquer leur français. Ici, être Français de France, ce n’est pas souffrir de rejet. C’est au contraire recevoir plein de questions curieuses et de recommandations accueillantes, pourquoi on est là, ce qu’on en pense, est-ce qu’on aime vivre ici, est-ce qu’on a été visiter tel ou telle attraction, est-ce qu’on connaît cet endroit ? Certains Canadiens ne quittent pas les Prairies et ne sont jamais allés en Europe, alors venir de Paris pour venir s’installer chez eux, c’est le comble de l’exotisme, et ils sont fiers de leur coin de pays.

Winnipeg a la réputation de capitale du crime, d’endroit froid et mort, d’être plein de moustiques. Elle a trois surnoms : Murderpeg, Winterpeg, Mosquitopeg. Alors les gens l’appellent juste The Peg, histoire de laisser le négatif derrière. Je trouve que la ville s’hipsterise de plus en plus, elle a déjà beaucoup changé depuis 2013, plein d’endroits écolos ou vegan ont ouverts. On y trouve du vrai café, des festivals, le seul musée fédéral en dehors d’Ottawa. C’est le Canada, donc la nature, les lacs et les parcs ne sont pas loin. Et puis bon, j’en parle tout le temps mais les couchers de soleil y sont magnifiques !

habiter à Winnipeg

 

Mais bon, après tout n’est pas tout rose non plus. Il y a de la misère sociale, des sans-abri dans la rue, un certain taux de criminalité, plusieurs quartiers qu’il vaut mieux éviter. Le système de transports en commun mériterait d’être amélioré, les lignes desservent bien toute la ville mais avec des itinéraires et des horaires pas du tout pratiques. Un trajet de dix minutes en voiture peut mettre jusqu’à une heure en bus avec différentes correspondances. La ville est tentaculaire, un peu trop étendue, il est nécessaire d’être véhiculé pour certains déplacements et pour les gens comme moi qui n’ont jamais passé leur permis, c’est un vrai problème.

C’est difficile de rencontrer des Canadiens, déjà installés dans leur cercle social, dans leur vie, avec leurs amis d’école ou d’université. Il y a peu de jeunes actifs qui viennent commencer ou recommencer leur vie à Winnipeg, ou alors je ne les ai pas trouvés ! Et bien sûr, voyager coûte cher, très cher… On a beau être au centre géographique du pays, les billets d’avion sont inabordables et il faut une voire deux connections pour pouvoir aller en France. Avec du temps et peu de moyens, il y a le Greyhound et le train, mais le covoiturage n’est pas du tout développé par ici.

L’énergie ambiante est plutôt positive. Quand l’équipe de hockey continuait de se qualifier pour la coupe Stanley, la ferveur était contagieuse. Winnipeg dont tout le monde se moquait devenait tout à coup une ville sérieuse avec laquelle il faut compter. C’est presque dommage que ce soit le sport qui la mette sur la carte et pas autre chose, mais cet article du Globe and Mail (en anglais) est assez juste sur la ville et ce qui la caractérise.

habiter à Winnipeg

Un jour de pluie


Winnipeg va sûrement encore beaucoup changer dans les années à venir, je trouve déjà qu’elle n’est plus la même depuis ma toute première visite en 2013, où j’avais d’ailleurs écrit cet article et pensé très fort que jamais je ne pourrais habiter à Winnipeg… Mais un peu plus d’un an après avoir atterri ici, je n’ai pas regretté mon choix une seule fois. J’ai bien fait de changer d’avis.

26

Vous aimeriez aussi

26 Commentaires

  • Ophélie G.

    Je t’avoue que c’est grave à toi que je connais ce coin du Canada, du moins virtuellement. Du coup, aucun a priori de ma part. Par contre je suis curieuse, tu penses passer ton permis ou pouvoir t’en passer sur le long terme ? xx

    25 juin 2018 at 70747 Reply
    • Kenza

      C’est prévu ! je repousse le moment de m’y mettre mais je pense m’en occuper au printemps/été prochains. Cette année était consacrée à déménager et faire les papiers d’immigration… Un “petit” projet à la fois !

      25 juin 2018 at 70755 Reply
  • Perrine

    Je te comprends : le nombre de choix que j’ai fait et pour lesquels on a été “désolé” pour moi …… !
    Winnipeg faisait partie de ma liste des “peut-être” tout comme Calgary ou Victoria dans l’ouest, et Ottawa dans l’est, juste parce que personne n’avait l’air d’y aller 🙂 Je crois que c’est aussi ce qui me fait continuer de te lire : c’est une destination canadienne peu commune.
    Tu me rassures en tous cas sur la qualité de vie car la question se pose pour un futur proche à Calgary ou à Winnipeg. Vancouver c’est bien mais il faut tenir le coup financièrement. Et je pense que ces 2 villes vont se dynamiser dans les 10 prochaines années. Calgary commence à avoir le surnom de la “frozen silicon valley” avec un renouvellement économique sans précédent qui n’inclut plus le pétrole, et des quartiers qui revivent. A voir, mais je sens que le Canada va compter sur un plus grand nombre de villes dynamiques internationales au personnalités diverses.

    25 juin 2018 at 121237 Reply
    • Kenza

      J’espère bien pour ta conclusion ! J’avais bien aimé Calgary quand j’y avais été.

      27 juin 2018 at 90929 Reply
  • Mon Expérience Voyage

    Ha mais génial ton article ! J’ai la même réaction quand je dis que j’habite Portsmouth en Angleterre. Je pourrais changer Winnipeg par Portsmouth et ça collerait mot pour mot ! J’aurais pu habiter Londres, Brighton, Manchester ou Liverpool mais non j’ai posé mes valises dans une ville peu touristique, mal aimée voire inconnue et je ne regrette pas !

    25 juin 2018 at 140231 Reply
    • Kenza

      Ah oui je comprends ! Et ne pas regretter c’est effectivement l’essentiel !

      27 juin 2018 at 90930 Reply
  • Cécile

    Je compatis : j’ai souvent le même genre de remarques quand je dis que j’ai passé deux semestres en Islande. Mais franchement, le hasard fait parfois très bien les choses !

    25 juin 2018 at 150348 Reply
    • Kenza

      Mais c’est super à la mode l’Islande maintenant ! Tu étais précurseur !

      27 juin 2018 at 90930 Reply
  • Mathilde

    J’ai honte mais j’ai regardé grâce à ton article où se trouvait Winnipeg (pourtant je lis ton blog depuis longtemps) et ma première réaction a été : ah ouais (sous entendu, c’est vraiment au milieu).
    En tout cas, tu as l’air de t’y plaire et cet article point sur les i met les choses au clair.
    Je vis à Boston et pour de nombreux français aux USA, Boston = c’est pas New York.
    Bisettes,

    25 juin 2018 at 190743 Reply
    • Kenza

      Je t’avoue que j’ai failli inclure une carte 😀
      Au milieu-milieu, à 7h de Minneapolis et 14h de Chicago. Mais je pense que c’est comme si je disais que je vivais en Iowa!

      27 juin 2018 at 90934 Reply
  • Zhu

    Je compatis, parce que j’ai souvent la même réaction avec Ottawa. Beaucoup de Français ne comprennent tout simplement pas qu’il y a une vie et une autre culture en dehors du Québec (qui se résume souvent à Montréal, de toute façon, hein, tant qu’à faire).

    Je n’ai jamais rêvé d’Ottawa, mais je suis là. C’est pas mal aussi, et finalement, je suis heureuse d’avoir connu le Canada dans cette ville. Disons que ça m’a permis d’être vraiment dans le bain canadien, loin de la culture française.

    25 juin 2018 at 190744 Reply
    • Kenza

      Le bain canadien c’était à Brandon pour moi, immersion totale 🙂 de mes calculs, on était trois français dans la ville, et les francophones en général étaient du côté de la base militaire, pas en ville.

      Ottawa a des avis mitigés en tous cas, pas mal de mes étudiants y ont vécu ou y vont régulièrement (gouvernement!!) et la moitié adore, la moitié déteste.

      7 juillet 2018 at 150352 Reply
  • Ferdy pain d'epice

    Ahh je t’avouerai que tu es la seule que je connaisse au Manitoba et je la découvre à travers toi seulement 🙂
    J’ai le droit aux mêmes critiques, mais qu’est ce tu fous à Edmonton. Et je me dis pareil des que je la quitte ! En attendant on est bien ici…

    25 juin 2018 at 231105 Reply
    • Kenza

      Je suis d’accord !!

      7 juillet 2018 at 150354 Reply
  • Carrie

    Excellent; tu décris avec justesse tes choix, et la ville. Il n’y a pas une ville la plus belle, attractive etc. Chacune a ses avantages et inconvénient.
    Et puis malgré tour têtu la vends très bien 😉
    Courage pour la suite de tes démarches i.e ton permis de conduire 😉

    26 juin 2018 at 01231 Reply
  • Josee

    Quel bel article, ça donne envie de venir voir ! En tout cas je félicite ta démarche – que les râleurs cessent de râler et essayent plutôt de comprendre les raisons (valables !) de de ton choix…Je sais que je suis une optimiste inconditionnelle mais je suis persuadée qu’on peut trouver son bonheur partout, si tant est qu’on sache ce que l’on cherche… En tout cas, merci pour tes blog posts, j’apprécie vraiment de te suivre.

    26 juin 2018 at 10151 Reply
  • Anaïs

    <3

    26 juin 2018 at 200840 Reply
  • Caroline

    Je te comprends bien, quand je dis que je vis à Navan (et qui plus est depuis HUIT ans), les gens me demandent : “Why ???”. Comme toi, j’y suis arrivée par hasard, en échange Comenius, mais je n’en suis jamais parti ! Alors non, ce n’est pas la ville la plus attirante d’Irlande, mais pour moi, elle est parfaite 🙂

    29 juin 2018 at 150317 Reply
  • Em

    Super article ! Comme pour d’autres commentaires, tu es la personne qui m’a fait placer le Manitoba sur une carte ! Lorsque j’entends parler d’expat au Canada, la plupart du temps c’est 3 villes : Toronto, Montréal et Vancouver. Alors qu’avec la taille du pays… Il y a tellement d’options (on n’est pas aux Pays Bas haha!). Comme tu le dis si bien, ce qui compte, c’est que t’y sente bien et que tu ne regrette pas ta décision 🙂
    xx

    30 juin 2018 at 10144 Reply
  • Lolli

    Chaque ville a ses points positifs et négatifs, elle te convient et c’est l’essentiel 🙂

    1 juillet 2018 at 80831 Reply
  • Tiphanya

    Moi j’aime les endroits où “personne” ne va, où on ne trouve ps de beaux articles avec les mêmes photos sur tous les blogs ou dans tous les magazines. Du coup Winnipeg me semble une destination parfaire !
    Et de toute façon la ville parfaite n’existe pas, alors autant la choisir pour des affinités personnelles.

    6 juillet 2018 at 20242 Reply
  • Stéphanie

    Je trouve ton écriture tellement sincère ! Je t’avoue que je ne connais pas non plus ce coin (bon je n’ai jamais été au Canada, mais même de nom je ne connaissais pas). C’est grâce à ton blog et un peu ton instagram que je “connais”. J’aime les endroits où personne ne pense aller en vacances ou pour vivre. Parfois on fait de super découvertes. Et tu vois je me suis installée à Liverpool, un endroit où a priori personne ne s’installe non plus (ceci dit il y a pas mal de français mais pas tout le monde n’y fait sa vie). Mon expérience n’est pas aussi positive que la tienne, pas seulement à cause de la ville mais bon … maintenant que je connais ma date de départ officielle je commence à me dire que ça en valait quand même la peine 🙂 bonne continuation !

    8 juillet 2018 at 101028 Reply
  • Olaibalife

    Je n’avait pas vraiment entendu parler de cette ville en dehors de ton article, après avoir jeter un coup d’oeil rapide sur google c’est vrai que ce qu’il en ressort ne donne pas très envie.
    Ton article change notre opinion dans le coté positif, merci pour ça ! Et si tu t’y plait, c’est merveilleux.

    9 juillet 2018 at 90917 Reply
    • Kenza

      C’est intéressant que tu dises que tu n’en as pas entendu parler, alors que tu es à Montréal. Ca montre bien le centrisme pour le Québec, autant de la part des Français que des Québécois eux-mêmes. C’est comme si finalement tu n’avais jamais entendu parler de Nice ou Nantes !

      9 juillet 2018 at 221026 Reply
  • Marion

    j’aurai pu écrire cet article !!
    quand j’ai annoncé notre choix pour Calgary en france, les réactions ont été : mais c’est ou ? mais pourquoi, pourquoi pas vancouver. et quand je dis aux canadiens que je viens de Aix en Provence, rebelotte, mais pourquoiiiii calgary ??
    calgary pour : la qualité de vie, pour le soleil, pour les montagne

    24 octobre 2018 at 200840 Reply
    • Kenza

      On est bien dans les Prairies. Mais tant mieux qu’on soit pas envahis en fait 🙂

      26 octobre 2018 at 150314 Reply

    Leave a Reply