Australie

Far North Queensland : les crocodiles de Cape Tribulation

Reprenons le récit de voyage. Je vous avais laissés après les déceptions de Kuranda et de la forêt tropicale sous la pluie. La suite se passe encore plus au nord de l’Australie, à Cape Tribulation.

Cape Tribulation c’est où, c’est quoi ?

Cape-Tribulation-on-Australia-map

En photo, Cape Tribulation est une carte postale : c’est l’endroit où la forêt tropicale rejoint la Grande Barrière de Corail. Végétation luxuriante, eau turquoise, tous les clichés que vous imaginez de l’Australie sont rassemblés – les surfers en moins. Mais la réalité est tout autre et on croise plus de méduses que de promeneurs.

La Daintree River et les crocodiles

Je vous passe les détails du tour que j’avais fait, avec Active Tropics Explorer Company – d’ailleurs mes avis tranchés me créent des soucis sur Trip Advisor, j’en parle ici – pour passer directement à la première étape de ces deux jours : la rivière Daintree et ses crocodiles. La région a été classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco car c’est la seule région de la planète avec ce climat de wet tropics… C’est la pluie abondante digne des moussons asiatiques qui rend la forêt si belle.

Et au milieu coule une rivière. Et dans cette rivière, il y a des crocodiles.

cape-tribulation-daintree-river

En arrivant en Australie, même en vivant à Melbourne, on apprend vite quels animaux sont mortels et à distinguer les différentes sortes d’araignées, de serpents, de méduses et de crocodiles. Les enfants en ont même des cours à l’école… et avant de venir ici, pour moi un crocodile était un crocodile. Je n’avais pas eu l’occasion d’aller dans les bayous de Louisiane ni dans les Everglades en Floride, je ne crois pas avoir vu de crocodile vivant en captivité (et encore moins en liberté) avant ce voyage.

Il y a deux espèces de crocodiles : les saltwaters et les freshwaters. Les premiers, qui peuvent mesurer jusqu’à dix mètres, sont les plus dangereux et vivent donc à proximité de l’eau salée. Ce sont eux qui vont vous attaquer, et de façon fort subtile : ils sont capables d’attendre leur proie sans bouger pendant huit, dix heures. C’est au moment où vous partez du lac ou de la plage qu’ils vont venir vous assommer et vous traîner dans l’eau par un membre – des Australiens sont ainsi tués par des crocodiles chaque année. Les crocodiles d’eau douce quant à eux sont plus petits, pas agressifs et surtout ne sont pas censés vous manger… mais on ne sait jamais…

warning-crocodiles-cape-tribulation

La rivière est paisible. En bons touristes venus profiter du spectacle, on s’impatiente et on voudrait voir un crocodile – après tout on a payé pour ça… l’heure défile et toujours rien. Les gens commencent à se plaindre quand tout à coup le guide fait faire demi-tour au bateau. Il y a un crocodile – désolée pour la très mauvaise qualité de la photo mais croyez-moi : ça donne la chair de poule.

daintree-river-crocodile

Et sur cette dernière photo… vous voyez un tronc d’arbre ou un crocodile ?

cap-tribulation-daintree-river-crocodile

La forêt tropicale

Une nouvelle fois, l’Australie est le pays de tous les dangers : une locale partie faire son jogging s’est perdue dans la forêt et n’a réussi à en sortir que 17 jours plus tard… La canopée est tellement épaisse qu’on ne sentait pas les gouttes de pluie. Les arbres sont gigantesques, c’est magnifique.

cape-tribulation-daintree-forest

Heureusement pour moi, je ne risque pas de me perdre : dans l’horrible tour, nous sommes 35. Non seulement je n’entends pas les explications du guide mais nous croisons sur les chemins balisés huit groupes de la même envergure. Nous ne verrons aucun des animaux promis par la brochure – les casoars, des autruches préhistoriques, se cachent.

cape-tribulation-daintree-trees

Vers la plage

Il y a des dizaines de marches à faire à Cape Tribulation mais je n’ai pas profité de mon séjour pour plusieurs raisons, plus ou moins bonnes. Arrivée vers 13h à l’auberge de jeunesse, je suis seulement allée jusqu’au look-out en longeant la plage. Seule et fatiguée, je n’ai pas osé m’enfoncer dans la forêt. Pour certaines randonnées, vous êtes tenu par la loi de vous déclarer à votre hôtel en partant et en rentrant.

La plage est belle, comme d’habitude, et complètement vide. Les méduses cohabitent avec les mangroves, les petits crabes et les crocodiles. J’avais l’impression d’être seule au monde dans cet environnement trop hostile.

cape-tribulation-beach-house

cape-tribulation-mangroves

La plage était à marée basse… et nous avions été maintes fois mis en garde contre les méduses tueuses car une des espèces est invisible à l’oeil nu. Entre les mangroves, il y avait un ruisseau d’eau. Je suis restée pétrifiée cinq minutes à me demander si c’était prudent de traverser. Je suis donc retournée à l’auberge poser la question, ils m’ont ri au nez, je suis repartie et j’ai couru à travers le ruisseau les yeux fermés. C’était la minute « je fais rêver avec mes voyages mais je suis aussi ridicule parfois ».

cape-tribulation-beach

cape-tribulation-beach-trees

Arrivée au look-out, je suis restée pensive de longues minutes, tout en observant les familles et couples qui défilaient pour se prendre en photo. J’avais envie de pleurer… j’ai regretté d’être partie voyager seule juste après avoir passé six mois très solitaires aussi. Lors de mon voyage aux Etats-Unis, je n’étais jamais seule grâce au Couchsurfing et surtout j’étais extrêmement bien entourée à Brandon. Ce n’est pas le cas en Australie. Le look-out m’a rendue mélancolique.

cape-tribulation-look-out

La nuit dans la jungle était drôle. A 19h, la nuit tombe et l’auberge de jeunesse qui se compose de petits bungalows n’est plus éclairée. Les animaux se réveillent, cachés dans les arbres. Heureusement il y avait ma copine Aurélie, je n’étais plus seule.

Le lendemain

De la pluie, de la pluie, de la pluie. Je ne peux pas profiter plus de Cape Tribulation. Encore un peu de nature, où il faudra se contenter d’imaginer l’eau turquoise et la Grande Barrière de Corail au loin. Le ciel est gris sur le Alexandra Range Look-out.

Alexandra-Range-look-out

Alexandra-Range-Lookout-Daintree

Nous sommes ensuite allés au Mossman Gorge mais l’arrêt fut très bref – une dizaine de minutes ne suffit pas pour que je vous en parle… plus jamais je ne ferai de tours organisés, même si cela peut vouloir dire être coincée en attendant de passer mon permis de conduire.

Partager sur...
Article précédent Article suivant

D'autres articles

8 Commentaires

  • Répondre carrie4myself

    Alors c’était un croc ou un tronc? tu le sais?
    En tout cas je te comprends: pas evident d’être seule et tout faire « vite » c’est pas cool non plus

    30 mars 2015 à 2h51
    • Répondre Kenza

      Je ne sais pas 😀 je m’en suis rendu compte plus tard sur les photos…

      4 avril 2015 à 9h55
  • Répondre pomdepin

    Ouch! Les photos sont magnifiques quand meme. Decidement, down under ne te réussit pas. J’espère que tu as retrouvé le moral depuis.

    30 mars 2015 à 8h54
    • Répondre Kenza

      Ah mais oui le moral va bien ! et la suite du voyage a aussi été super agréable (à part la parenthèse allemande) – disons que j’aime pas le côté business ici mais que les paysages sont tout de même magnifiques.

      4 avril 2015 à 9h55
  • Répondre Les Bazos

    C’est joli ! Mais je suis trop phobique des insectes pour penser une seule seconde mettre les pieds en Australie pour le moment ^^

    A.

    30 mars 2015 à 17h34
    • Répondre Kenza

      Je comprends ! Je ne te parlerai pas de l’araignée dans ma tente à Fraser Island alors 😀

      4 avril 2015 à 9h56
  • Répondre Charly

    C’est vrai que la première fois qu’on voit un crocodile, pour nous, pauvre européen, c’est assez impressionnant (et un peu terrifiant) !
    Puis finalement, comme pour tous les autres habitants de ces pays, ça ne surprend plus vraiment. Le tout est de savoir à quel endroit on peut oser mettre un pied dans l’eau et à quel endroit on doit être prudent.

    30 mars 2015 à 18h29
    • Répondre Kenza

      Bonjour Charly, bienvenue par ici ! je suis d’accord, je me suis vite habituée aux possums, araignées et autres bestioles australiennes…

      4 avril 2015 à 9h57

    Un petit mot ?

    Close