Canada

Moose Jaw : Al Capone, street-art et orignal

Qui parmi vous a déjà entendu parler de Moose Jaw ? Personne ? Je m’en doutais. Je crois que je pourrais renommer mon blog « à la découverte de coins inconnus ».

Moose Jaw, c’est une ville de Saskatchewan qui se trouve sur la Transcanadienne, à environ 45 mn de la capitale Regina. J’y suis allée une journée en juin 2018 pour mon premier week-end dans la province voisine et c’était vraiment une chouette surprise. La Saskatchewan en général est bien plus cool que les Manitobains ne la décrivent, mais la rivalité entre les deux provinces fait rage.


Et alors, pourquoi Moose Jaw devrait être mise sur la carte ? Pour son street-art, parce que c’est la ville officieuse d’Al Capone pendant la Prohibition, pour son passé trouble et pour sa statue d’original géante qui a causé un conflit diplomatique. Rien que ça. Et en plus, la ville n’est pas mal du tout architecturalement parlant.

Moose Jaw Main Street

Moose Jaw SK

Les tunnels de Moose Jaw

L’attraction touristique principale de Moose Jaw, ce sont les tunnels. La ville est parsemée de tunnels souterrains depuis plus d’un siècle, c’était un secret de polichinelle chez les habitants – mais les instances politiques ont toujours refusé de reconnaître la véracité de ces rumeurs. Cependant en 1985, un pan de la rue principale s’effondre sur une espèce de cave ne figurant dans aucun cadastre. La légende était vraie, il y a des tunnels à Moose Jaw.

Les tunnels ont été construits en même temps que les bâtiments et étaient au début utilisés par les chauffagistes. Et puis, ils ont été récupérés par deux populations complètement différentes : les immigrants chinois et la pègre.

Pour en apprendre plus sur le sujet, il faut aller visiter les Tunnels de Moose Jaw. Des interprètes en costume animent deux visites guidées thématiques, une sur Al Capone et une sur les Chinois. J’ai nettement préféré la seconde, trouvant la première un peu de mauvais goût et moins informative. Ceci dit, les deux tours se complètent assez bien et il y a un billet cumulé qui permet d’économiser quelques dollars.

Moose Jaw et Al Capone

AlCapone est PARTOUT à Moose Jaw, sur les murs, les enseignes, les panneaux. Partout. Parce qu’Al Capone aurait déplacé son activité de production et de revente d’alcool en Saskatchewan pendant la Prohibition américaine. Après tout, Moose Jaw n’est qu’à 18 heures de route de Chicago, la porte à côté ! Il y avait en plus une ligne de train assurant une liaison directe avec les États-Unis à l’époque.

Little Chicago Moose Jaw

Moose Jaw était pleine de gangsters dans les années 1920 et le chef de la police, Walter Johnson, était notoirement corrompu et fermait les yeux sur la production illégale d’alcool à destination des États-Unis. Cent ans plus tard, pour les touristes, toute la ville capitalise donc sur les rumeurs de la présence d’Al Capone en ville dans les années 1920. Mais était-il vraiment là ?

Street Art Al Capone Moose Jaw

Il n’y a malheureusement aucune preuve formelle de la présence d’Al Capone à Moose Jaw, seulement des rumeurs et des témoignages.

Al Capone Moose Jaw

L’immigration chinoise à Moose Jaw

La visite des tunnels dédiée à la question de l’immigration chinoise s’appelle Passage to Fortune et c’était vraiment une visite édifiante sur les conditions que le Canada, pays pourtant tellement progressiste, faisait subir à ses immigrants.

L’entrée du tour est somme toute normale, dans la rue, il s’agit d’un bâtiment comme un autre. Mais le panneau de la laverie au sous-sol ne dissimule pas un commerce habituel.

Tunnels Moose Jaw entrance

Les Chinois sont arrivés au Canada dans les années 1880 pour construire le chemin de fer jusqu’à Vancouver. Les premiers immigrants avaient dû trouver l’argent de leur passage qu’ils versaient à des prêteurs sur gage de Hong Kong et devaient ensuite rembourser pendant des années. Mais à l’apogée de la construction du chemin de fer, c’est la compagnie américaine en charge des travaux qui les faisaient directement venir.

En 1885, le racisme anti-chinois est ancré au Canada et une head tax de 50 $ est imposée à chaque immigrant. Le chemin de fer a été terminé en 1895 et ces travailleurs n’étaient pas invités à rester au Canada. La taxe était un moyen de les dissuader : elle a progressivement augmenté, jusqu’à atteindre 500 $, soit 11 000 dollars d’aujourd’hui. L’immigration chinoise a drastiquement chuté (une quinzaine d’admis par an selon les registres) et la population existante est passée… sous terre. Dans notamment les tunnels de Moose Jaw.

Le tour reconstitue une laverie souterraine aux conditions de vie déplorables mais très vraies. Comme l’entrée de la laundry dans la rue sur la photo de l’entrée, tout est fait pour avoir recréer l’authenticité. C’était en tous cas très très intéressant.

Le street-art de Moose Jaw

Un des attraits de Moose Jaw, c’est son street-art. En effet, la ville compte une cinquantaine d’oeuvres de toutes tailles, de tous les styles, réparties majoritairement dans un carré de sept rues sur quatre environ. Cela peut sembler peu mais en fait chercher de l’art, ça prend du temps !

Petit florilège de mes murales préférées de Moose Jaw. Une carte des murales est disponible à peu près partout en ville gratuitement.

Moose Jaw Murals

Moose Jaw Murals

Moose Jaw Murals

Moose Jaw Murals

Moose Jaw Murals

Moose Jaw Murals

Moose Jaw Murals

Moose Jaw Murals

La statue de l’orignal

Je ne sais pas si c’est partout au Canada mais dans les provinces des Prairies, les statues géantes sont partout. Les communautés rurales sont fières d’afficher en trois dimensions ce qui fait la renommé de leur ville. Ça va de la citrouille à la fleur, en passant par tout un tas d’animaux ou de trucs plus hasardeux comme des bananes ou des bouches à incendie. Pourquoi pas  !

Avec ses 9,80 mètres de hauteur, Mac the Moose à Moose Jaw était la plus grande statue d’orignal au monde jusque début 2019, quand la Norvège a décidé de battre ce record avec une statue de 10,30 mètres. Le conflit diplomatique était imminent et Moose Jaw ainsi que toute la Saskatchewan sont montés au créneau pour conserver leur titre. La municipalité a décidé de faire une levée de fonds et ils ont fait agrandir les bois de l’original. Depuis octobre 2019, la statue canadienne est bien la plus grande du monde. L’honneur est sauf.

La photo m’a été fournie par Kenton, un blogueur basé à Regina que j’aime beaucoup lire. Je vous invite à aller voir son top 10 des plus grandes statues en Saskatchewan !

À faire aussi à Moose Jaw

Une visite guidée en trolley

Comme Winnipeg, Moose Jaw a un vieux tramway qui permet d’avoir une visite commentée des points d’intérêt de la ville. Je ne l’ai pas fait, mais c’aurait été un chouette complément aux tours des tunnels.

Moose Jaw Trolley

Chiller au parc Crescent

Juste à côté de l’hôtel-spa et du casino (si l’une de ces deux activités est votre truc) le parc Crescent est l’endroit parfait pour se reposer sur un coin d’herbe après avoir parcouru la ville dans tous les sens à la recherche des murales.

Crescent Park Moose Jaw

Et ma journée à Moose Jaw s’est terminée. Si vous passez en Saskatchewan, arrêtez-vous !

Un commentaire ?

3 commentaires