Je ne voudrais pas redevenir ado.

C’est la minute révélation : comme beaucoup je suppose, j’ai été victime de harcèlement scolaire. J’ai plein d’histoires, plus ou moins intéressantes, plus ou moins pathétiques. Certaines humiliations me suivront toujours et me marquent encore aujourd’hui. Mais pourtant… je suis devenue prof. Chaque matin, j’enfile ma tenue de maîtresse et je vais à l’école. Selon les moments ça change, école…

Szentendre

Budapest est belle, c’est un fait, mais il est parfois agréable d’en sortir. Lors d’un séjour un peu plus long ou pour une expérience un peu différente, il suffit de prendre le RER local, le HEV (ce qui est déjà toute une aventure) pendant une quarantaine de minutes pour se retrouver à Szentendre, dans un autre monde. Petite promenade ensoleillée.

Chercher du travail comme prof de FLE

Une quinzaine de mails reçus en deux jours, que se passe-t-il ? Je croyais avoir fait de mon mieux pour lever le voile sur l’image de rêve qu’envoie le métier de prof de FLE et révéler l’envers du décor mais pourtant les paillettes et le glamour restent bien présents. C’est l’heure des décisions, des réorientations. Il devient difficile de conseiller avec…

Le mois d’avril 2016

Avril est fini. Après une longue pause la rubrique mensuelle revient. J’aime garder ces traces de mon quotidien et en montrer d’autres bouts. Ces derniers temps, j’ai commencé à attraper mon téléphone pour reprendre des photos. Cela doit signifier que je commence à sortir la tête de l’eau, même si je compte les jours avant de quitter la Hongrie et mettre définitivement…

Belgrade, ancienne, moderne, surprenante.

Belgrade, ce n’était pas un voyage prévu. J’étais pleine de préjugés, parce que dans le 18e arrondissement de Paris, juste à côté de chez moi, il y a la rue de la Serbie. Magasins, église, habitants, épiceries, restaurants, c’est changer de pays pendant 500 mètres. Et je n’avais jamais été vraiment attirée par ce que je voyais. Les Serbes ont la…

Les jardins botaniques de Budapest

C’est le printemps. OK, ça dépend d’où vous habitez puisque vous me lisez d’un peu partout. Mais ici, on a changé d’heure, le ciel est bleu, il y a un grand soleil et il fait plus de vingt degrés. Donc j’ai le coeur un peu plus léger et l’appareil photo en bandoulière. Après une sortie automnale dans les collines de Buda…

Rouen

En décembre, de retour en France pour quinze jours famille-amies-manger, je suis deux fois sortie de Paris… chose qui n’arrive pas assez souvent. D’abord, je suis allée à Reims mais c’était une journée davantage placée sous le signe du champagne et des retrouvailles que des visites touristiques. Par contre, quelques jours plus tard, je suis allée passer une journée à Rouen. Et c’était…

Pourquoi je voyage ?

C’est parti d’une remarque anodine, tu es encore en vadrouille ? Oui, je l’étais, et ça m’a fait réfléchir donc je viens en parler ici ! Ce blog devient plus un blog d’humeurs que de récits de voyage. Parfois, c’est simplement dû à la paresse de trier les dizaines de photos, d’autre fois c’est à cause de la page blanche. Récit chronologique, thématique, découpé ?…

Et la peur, et après.

Demain, je pars en vacances. Chose toute normale, habituelle. Mais toute la journée, on m’a répété de faire attention, d’être prudente. Je crois que c’est autant lié au voyage solo qu’à la situation. Et pourtant. 

Je viendrai te voir.

C’est un peu épineux. Ces quelques mots, on ne sait jamais s’il faut les croire, s’ils sont sincères ou été lancés au hasard, par politesse. Si c’est du projet ou du rêve. Qui franchira le pas de l’invitation. Je viendrai te voir. Je ne l’ai pas assez fait, je ne peux pas blâmer. Parfois j’ai traversé mers, pays et océans,…

Les plans A, B, C, D, etc.

Deux fois en quelques jours, on m’a dit que je n’étais pas heureuse ici. Je le savais, mais les mots se sont amplifiés et résonnent chaque jour un peu plus, jusqu’à prendre toute la place et devoir sortir. Je ne vous ai pas encore parlé des plans A, B, C, D et jusqu’à G ou H voire même X parce que…

Deux cafés par jour

Ma première tasse de café est un de mes souvenirs les plus vivaces. J’avais seize ans, j’étais en terminale. En italien, on avait étudié un extrait de tragicomédie vénitienne, ça parlait de torréfaction et de saveurs. On avait donc appris tout le vocabulaire du café… Mais je n’en avais jamais bu. Un après-midi d’hiver, gris et sous la pluie, j’attendais…