Humeurs

Voyager m’avait manqué

Je suis revenue vendredi soir de deux semaines au Costa Rica. Et c’était trop cool ! Bien sûr, j’en ferai des articles, je ramène un certain nombre de photos et beaucoup de choses à partager. Mais la première dont il faut que je parle, là maintenant tout de suite, c’est à quel point voyager m’avait manqué.

Pourtant, je ne suis pas à plaindre. Je vis au Canada, ce qui est déjà presque un voyage en soi. En 2018, outre le Costa Rica, je suis allée à Toronto, dans la province de la Saskatchewan, dans plusieurs endroits du Manitoba, dans des parcs provinciaux ou nationaux et enfin au Minnesota, aux États-Unis.

Est-ce que ça compte comme voyager ? Je n’en suis pas sûre, parce tous ces endroits sont familiers. J’étais déjà allée à Toronto en 2014, et même si les autres destinations étaient nouvelles, en fait, elles ne l’étaient pas tant que ça. La langue, le fonctionnement, l’état d’esprit des gens, l’architecture, la nourriture, toutes ces choses sont similaires dans les Prairies et dans les États américains frontaliers. Aller au Minnesota c’est aller à l’étranger, mais en fait, c’est comme être au Manitoba, les dollars changent juste de couleur. Les paysages se ressemblent, les expressions sont les mêmes, la gentillesse des gens se retrouve de chaque côté des frontières nationales ou provinciales.

Pendant ces séjours, j’ai pu quitter mon quotidien pendant quelques jours, ressortir l’appareil photo et découvrir des tas de choses, mais ce n’était pas aussi intense ni waouh que d’autres voyages ont pu l’être.

Manque de voyage

Ceci est un puzzle.

Est-ce que voyager doit dépayser ? Inclure une autre langue que celle qu’on utilise tous les jours, des mets différents, une architecture ou des paysages qui ne sont pas ceux de notre quotidien ?

En tenant compte de cette définition-là, mon dernier voyage date d’il y a presque deux ans, avec deux long week-ends à Copenhague et Venise. Architecture inédite, oui, cuisine différente aussi, apprendre à naviguer une autre ville, parler italien, se repérer dans un nouveau lieu, boire plein de café, sortir la carte papier et la tourner dans tous les sens pour s’orienter, acheter des cartes postales, se trouver dans des galères de vol retardé (Copenhague) ou carrément annulé (Venise).

Cette sensation d’être dans une ville inconnue, où tout reste à apprendre et appréhender, où personne ne nous connaît et où on ne connaît personne est une de mes préférées. J’aime découvrir, goûter des choses, créer des repères progressivement, comprendre par questions ou déduction, observer les gens assis sur un banc ou dans un parc.

Et ça m’avait tellement manqué. Entre 2014 et 2016, je pouvais partir souvent. J’avais beaucoup de vacances, du temps libre, du budget. Je suis partie jusqu’à une fois par mois quand je vivais à Budapest parce que toute l’Europe était accessible, d’une heure d’avion à sept heures de bus. C’était facile. Au Canada, ça l’est moins. Parce que les vacances sont beaucoup plus limitées, les distances beaucoup plus grandes et les coûts plus importants. Et sans parler de la météo, il neige doucement alors que j’écris, cela peut aussi limiter les déplacements. J’ai choisi de vivre ici, j’en accepte les conséquences, il s’agira juste de s’organiser autrement.

Parce que oui, ce voyage au Costa Rica m’a fait changer d’avis. Je voulais rester au Canada pour les prochaines vacances d’été et aller explorer les Maritimes, les provinces tout à l’est le long de l’Atlantique. Mais depuis que j’ai posé le pied en Amérique Centrale, je rêve de descendre encore plus au sud. Les négociations ont commencé et le prix des billets d’avion dictera sûrement la destination finale. On verra ce qui est possible, mais cette envie de lointain restera bien présente !

12

Vous aimeriez aussi

12 Commentaires

  • tania

    hi hi je te comprends le dépaysement c est bien aussi
    je ne dénigre pas les voyages plus proches mais les voyages plus lointains ont un goût d’aventure
    j ai gagné un guide pour le Costa Rica je n y suis pas encore allée j espère un jour
    en tout cas après 3 voyages en Amérique du Sud je ne px que te dire Vamos
    enfin tu m a compris dit la fille qui ne parle toujours pas espagnol
    j adore cette partie du continent américain, mon dernier voyage au Chili ne fait que renforcer ce sentiment
    j espère que tu trouveras un pays où aller pdt tes vacances
    en été tu as combien de jrs d ailleurs ????
    dit la fille qui s eplaint de ces 25 cp et 6 rtt
    j ai une copine qui vivait à Vancouver et qd je bougeais à droite à gauche en europe pr 3 fois rien elle me disait combien ça lui manquait et que ns avions de la chancde pr ça en Europe avec trains bus et low cost

    30 décembre 2018 at 231120 Reply
    • Kenza

      J’attendais impatiemment ton commentaire 😀
      J’ai 2 semaines en été payées mais je peux en prendre une 3e sans solde. J’ai aussi 10 jours à Noël, sans solde. Pas idéal, mais ça fait l’affaire pour l’instant.

      Heureusement, il y a un lundi férié par mois ce qui permet de se reposer, à défaut de partir loin (les distances et les coûts sont trop importants pour un week-end de 3 jours, surtout qu’en plus je travaille le samedi matin donc ça fait des mini week-ends !)

      31 décembre 2018 at 90931 Reply
  • Tiphanya

    à chaque fois que je vais à Bâle, j’ai l’impression d’être en voyage. C’est à 30 minutes de chez moi, mais je parle très mal allemand, la monnaie n’est pas la même, l’ambiance est radicalement différente de même que le contenu des rayons dans les magasins.
    Et me rendre à Paris qui est plus compliqué / cher / chronophage ne ressemble en rien à un voyage, plus à un déplacement.
    Du coup j’espère bien remettre les voyages à l’honneur en 2019 !
    (et j’adore le puzzle, il est à toi ? )

    1 janvier 2019 at 90905 Reply
    • Kenza

      Oui, ça m’a bien occupée une bonne semaine ce puzzle (et c’était un mille pièces haha ! maintenant on l’a encadré mais il est trop lourd pour l’accrocher au mur…)
      Tu vivais à Paris en plus, ce n’est pas un voyage en effet, trop familier 🙂
      Oh et bonne année !

      1 janvier 2019 at 160440 Reply
  • Lolli

    Bonne année !! Plusieurs années que je te vis et c’est toujours un plaisir. J’ai hâte de lire tes articles le Costa Rica. Je pense que le voyage se fait du moment où l’on part dans une ville inconnue, où l’on ne connait rien et qu’il nous reste tout à découvrir. pas besoin de changer de pays pour voyager 🙂

    1 janvier 2019 at 101011 Reply
    • Kenza

      Mais avec la multiplication des réseaux sociaux, des films, etc, c’est rare de trouver un endroit dont on ne sache absolument rien je trouve, mais ça dévie un peu la question. Bonne année à toi aussi !

      1 janvier 2019 at 160439 Reply
  • Cécile

    Bonne année ! Ton puzzle est tellement beau !
    Je te comprends par rapport au Canada, que tout semble loin, souvent trop loin, et méga cher. C’est vrai que l’hiver n’aide pas, mais que dire de la saison des moustiques ? Une horreur aha ! Du coup je regrette un peu de ne pas être partie plus quand j’étais en Europe 🙁

    1 janvier 2019 at 170537 Reply
  • Alex

    Bonne année! Nous avons dans un petit coin de notre tête l’idée de s’expatrier au Canada mais j’avoue que les jours de congés nous refroidissent un peu 😀 J’ai de la chance d’avoir des vacances illimitées mais mon chéri est limité à 25 (on va pas se plaindre hein) et heureusement parce que sinon je serais toujours en vacances et jamais au travail haha
    J’ai hâte de lire tes articles sur le Costa Rica même si j’adore lire tes articles plus “locaux” sur le Canada parce que tu me fais voyager 🙂
    Bises <3

    2 janvier 2019 at 40424 Reply
    • Kenza

      Vacances illimitées ? Si Tania lisait ça 😀 c’est super intéressant, je me demande comment tu t’organises du coup ? J’avais ce sujet dans un exam récemment et ça disait qu’en fait les salariés ont tellement peur de passer pour des paresseux qu’ils prennent même moins de vacances qu’avant…

      2 janvier 2019 at 130123 Reply
      • Alex

        Oui, ça dépends un peu des personnes. Certains prennent le nombre minimum de jours imposés par la loi, d’autres (comme moi) prennent plus. Dans mon cas, je suis seule maintenant à gérer le marché français (pour le magazine – no pressure) du coup j’ai énormément de boulot. Je bosse beaucoup pour pouvoir m’avancer au max et je planifie tout en avance (publications, projets, ect) pour pouvoir partir en vacances quand j’ai envie et si ma boss est d’accord. Comme j’ai de bons résultats au boulot et que je suis ultra organisée, je n’ai d’habitude pas de problème pour poser mes congés. Quand je suis partie 1 mois, j’étais joignable si besoin et je vérifiais mes mails tous les 2 jours au cas où. L’année dernière était très dure mentalement du coup j’ai vraiment franchi la limite des 25 jours de vacances (mais vraiment beaucoup) mais j’en avais besoin sinon c’était burn-out :/
        Et les personnes qui prennent moins que le minimum sont vraiment rares haha. De toutes façon, elles sont forçées de prendre le reste des jours de congé avant la fin de l’année fiscale 😀 En gos, c’est un système qui fonctionne sur la confiance et l’organisation… Après je pense que la mentalité française qu boulot n’est pas vraiment prête pour ça je dois avouer.

        3 janvier 2019 at 20220 Reply
  • Marie

    Nous aussi on a découvert l’Amérique Centrale et on adore : Costa Rica, Guatemala, Belize… et on est rentrés hier de 2 semaines au Salvador. Si tu veux voir des photos, elles sont ici : https://www.facebook.com/tripdevoyage/

    4 janvier 2019 at 90951 Reply
  • Cara

    En ce moment, je ressens tout le contraire. Pas envie d’aller loin ni de me sentir perdue dans quelque chose que je ne connais pas… J’ai besoin de repères et la nouveauté me fait peur. Je dois être la seule à penser comme ça 😉

    PS: Je lis ton blog de manière, on va dire, assez irrégulière depuis quelques temps, et je l’aime bien 😉 Je laisserai peut-être un peu plus de commentaires à l’avenir 😉

    4 janvier 2019 at 160436 Reply
  • Leave a Reply