États-Unis

Première visite aux USA

Comme toutes les personnes de ma génération, j’ai grandi avec les séries américaines et la Trilogie du samedi. J’aurais voulu passer mon lycée avec Buffy, être pom-pom girl, monter dans un taxi jaune avec Carrie et ses copines et prendre le cable car de San Francisco avec les sorcières de Charmed.

J’ai déjà envisagé de postuler pour venir travailler de l’autre côté de la frontière canadienne. Mais j’avais renoncé trois fois, car insatisfaite des programmes ou des conditions. Et puis j’ai oublié mes rêves d’ado et je me suis complètement plongée dans la vie à l’anglaise. Jusqu’à ce que j’arrive ici.

Quand Amy a dit mercredi soir “j’ai enfin un week-end complet, j’irais bien faire du shopping à Minot” j’ai bondi. Minot, c’est une grande ville du Dakota du Nord. Tant pis pour l’ado que j’étais et qui rêvais de Californie ou de New York, on fait ce qu’on peut. Mais en tout cas, la raison de mes voyages tient enfin en une phrase, la plus évidente finalement : réaliser ses rêves.

Ma première visite aux USA

Départ à 7h30 du matin samedi. Le soleil se lève sur le Manitoba. Comme d’habitude, les couleurs sont indescriptibles et mon petit appareil ne leur rend pas hommage. Il y a des cerfs sur le bord de la route. On discute, on rigole, je pense à ce que font mes proches à ce moment, ce que je faisais l’an dernier à la même période. Au tournant des choses.

manitoba sunrise

Après une heure de route, nous arrivons à la frontière. Pour les citoyens canadiens, c’est facile, il suffit de présenter son passeport. Pour moi, c’est un peu plus compliqué et j’avais trouvé des renseignements contradictoires sur Internet.

Si vous passez la frontière américaine par la route, vous n’avez pas besoin d’ESTA, même si les douaniers préfèrent. Il faut aller dans le bureau de l’immigration et répondre à un questionnaire sous le drapeau et la photo d’Obama. Non je ne suis pas une terroriste, non je n’ai jamais kidnappé d’enfants, non je ne suis pas porteuse d’une maladie contagieuse, non je n’ai pas l’intention de chercher du travail illégalement aux US. Une photo, des empreintes digitales et 6 dollars plus tard l’agent agrafe un papier vert dans votre passeport et vous êtes libre d’aller et venir pendant 90 jours. Passée cette date, il faudra re-remplir le formulaire et repayer les six dollars.

Me voici autorisée sur le territoire américain, sous fond de plaisanteries et de conseils de l’agent. Difficile à dire si ces questions étaient de la simple conversation ou une routine professionnelle. Le meilleur moment, c’est quand il a demandé à Amy comment on s’était rencontrées (edit : c’est en fait une question obligatoire si vous ne voyagez pas seul). Elle a expliqué, et elle a dit “she is one of us now”. Je ne m’y suis pas encore habituée, à la façon dont le Canada m’a ouvert les bras.

Bref, on repart, on roule (elle roule, moi je n’ai pas le permis…) et on arrive à Rubgy, North Dakota. Cette ville n’a rien de spécial, sinon la particularité d’être le centre géographie du continent américain. Les distances sont impossibles à appréhender.

rugby-north-dakota-geographical-center-usa

america-geographical-center

Le but de notre voyage était Minot et son centre commercial. Quatre heures de magasins, de shopping, de vêtements, de nourriture et de chaussures. Juste ce qu’il me fallait. J’ai été bien évidemment surprise par les prix bas. Moi qui trouvais le Canada pas cher comparé à nos magasins européens, les Etats-Unis sont bien le paradis du shopping. Je jongle avec mes dollars, et chez Barnes & Nobles, la grande librairie américaine, on m’a demandé si j’étais Anglaise parce que j’avais mon sac Primark. Ca m’a fait sourire. Au rayon papeterie, il y avait ces carnets, qui correspondent bien à ma philosophie. Je veux que ce soit l’année de tout, l’année des découvertes, l’année à sortir de mes habitudes et de mes limites. Je veux des soirées, des amis et des voyages. Je vais faire compter chaque journée.
inspirational-notebooks
5

Vous aimeriez aussi

5 Commentaires

  • Elé

    Je t'envie pour le shopping américain. La prochaine fois il faut que tu ailles chez Target !Nous à la frontière US à Buffalo, quand on a dit au mec qu'on venait de Paris, Bordeaux et Angers, il était là, "quoi les Parisiens et les provinciaux peuvent être amis ??"… comme quoi les rumeurs vont loin ! :')

    21 octobre 2013 at 210922 Reply
  • Eva B.

    Super petite journée!Nous aussi le leitmotiv de cette année (et des prochaines j'espère) c'est "réaliser ses rêves et se réaliser soi même". Tout à fait à l'image des jolis cahiers que tu as trouvé! Les Etats-Unis, on y pense beaucoup, peut être après Singapour? 😉

    22 octobre 2013 at 01252 Reply
  • Lucile

    Ma premiere destination US c'etait NY en Aout… Le choc comme toi, l'impression d'entrer dans un decor de film ! 🙂

    23 octobre 2013 at 60626 Reply
  • Few Miles Away

    La douane américaine que du bonheur ! au final on en garde quand même de bons souvenirs (bon à part peut-être la fois ou j’ai passé plus d’une heure avec la police de l’aéroport pour mes visas…) 😉

    24 mars 2016 at 231118 Reply
    • Kenza

      Ah mais ça c’était la première visite 😀 la seconde, où j’ai été fouillée et me suis presque vu refuser l’entrée a été bien moins drôle…

      30 mars 2016 at 170504 Reply

    Leave a Reply