Humeurs

Le mois de juin 2015

Article mis à jour le

Juin est toujours un mois un peu spécial, entre deux-eaux. Il y a souvent des départs, des après, une période de transition marquée à la fin par mon anniversaire, toujours calme et un peu triste.

Derniers jours à Melbourne.

Je mange bien sûr, de la pavlova de chez Babka, et beaucoup beaucoup de phô. Il fait froid, l’hiver arrive, je cherche les détails de l’automne.

Il y a beaucoup d’au-revoirs, des parents contents des progrès de leurs enfants, des gentils mots et des cadeaux. Tous les matins je passe devant le Exhibition Building qui est au patrimoine mondial de l’Unesco, ça pourrait être pire quand même.  Un jour je vais enfin me promener dans la serre du Fitzroy Garden.

A la maison, je joue avec le chat entre deux corrections de copies et à la fac, je fais passer trois jours d’oraux. C’est long et difficile, surtout de rester juste. J’envoie des dernières cartes, affublées d’un timbre à l’effigie de la reine.

Le départ.

Valises, soupirs, balance, kilos en trop, aéroport de Melbourne, aéroport de Kuala Lumpur. Je vous ai raconté mon retour en France ici.

leaving-melbourne

Retrouver Paris.

Avant Paris, il y a un week-end à la campagne, à ramasser des fruits et le joli cadeau de retour de mes parents : une machine Nespresso. Et il n’a fallu qu’une bouchée pour en être sûre : je n’aime pas la tarte à la rhubarbe.

La vue n’a pas changé : le Sacré-Coeur est toujours là (photo prise la semaine dernière pré-canicule, bien sûr) et lundi une après-midi dans les Passages pour se cacher du soleil.

Un commentaire ?

6 commentaires