Manitoba

La nature au Manitoba

Le dernier rendez-vous d’Histoires Expatriées choisi par Aurore semble assez facile à gérer. Le Canada, c’est plein de nature ! Les lacs, les forêts, tout l’imaginaire collectif du pays en regorge.

Mais le Canada, c’est le deuxième plus grand pays au monde donc je ne peux pas parler de toute sa nature de façon exhaustive. Je vais me concentrer sur ma province d’adoption, le Manitoba.

Il y a quoi comme nature au Manitoba ? Il n’y a pas de mer déjà, puisqu’on est enclavé au centre longitudinal du Canada. On a de la Prairie en masse, de la forêt, des lacs. C’est le Canada. La nature est accessible en toutes saisons, hiver comme été, sous la neige ou sous la canicule.

Whiteshell MB

Des sapins, de l’eau et des couleurs = parfait exemple de nature au Manitoba

La nature au Manitoba en chiffres

On est pas mal lotis niveau nature au Manitoba. On compte en effet :

  • plus de 1300 parcs municipaux dans la ville de Winnipeg
  • 92 parcs provinciaux
  • 2 parcs nationaux.

On pourrait croire que la nature est facilement accessible au Canada. Oui et non. D’abord, la nature au Canada, c’est payant: ce n’est pas comme en Scandinavie avec le droit humain du libre accès à la nature. En Amérique du Nord, il faut mettre la main au portefeuille et payer un accès journalier ou annuel pour tous les parcs, sauf les parcs municipaux.

Le coût des pass diffère énormément selon les provinces. Au Manitoba, on paye 40 dollars par an pour un accès illimité annuel. En Ontario, le pass annuel coûte 175 dollars par an et en Alberta, c’est gratuit. Le pass fédéral pour les parcs nationaux est un peu cher aussi : 136,40 dollars par véhicule par an. Bien sûr, il est possible de payer un accès à la journée si on sait qu’on n’a pas besoin d’un pass annuel.

Ce n’est pas gênant de payer pour la nature. Il faut payer le personnel qui entretient les sentiers et maintient le parc et ses services en état. Certains parcs étaient considérés « quatre saisons », c’est-à-dire entretenus toute l’année, mais sont devenus des « trois saisons », ce qui est un peu dangereux pour les visiteurs. Dans beaucoup de randonnées, les signalisations ont disparu, les pontons de bois qui aident à franchir les zones humides sont cassés, les déchets ne sont pas ramassés ce qui peut attirer les ours… Cela ne m’étonnerait pas que les parcs soient en déficit budgétaire.

La plus grosse contrainte matérielle pour profiter de la nature au Manitoba, ce n’est pas le coût, c’est l’absence de transports en commun. Il faut un véhicule pour tout, aucun parc n’est accessible autrement. Ce n’est pas top écologiquement et cela limite beaucoup l’accès des parcs aux gens qui n’ont pas de voiture justement.

De plus, certains parcs ne sont pas accessibles par la route, car dans le nord, il n’y a plus de routes terrestres. Il faut prendre l’avion pour y accéder. Outre le prix pas forcément abordable, cela devient compliqué à organiser…

Les différents écosystèmes

Les Prairies

Le paysage le plus basique au Manitoba, qui s’étire à perte de vue sur des milliers de kilomètres et trois provinces, ce sont les Prairies. Les champs oscillent entre différentes couleurs : blanc la majorité de l’année à cause de la neige, jaune au moment de la floraison du canola, vert une fois la récolte faite. Moi, mon moment préféré, c’est quand il y a les bottes de paille !

Prairies Haystack Manitoba

La forêt boréale

La forêt boréale, c’est l’habitat naturel du caribou. Malheureusement, je n’en ai pas vu en forêt (mais sur une autoroute une fois) mais peut-être une prochaine fois ? La forêt boréale est assez touffue, avec beaucoup de sapins et de pins, puisque les conifères résistent très bien à l’hiver. La photo ci-desous a été prise au mois de mai dans le parc national de Riding Mountain, à environ 3h30 de route de Winnipeg.

forêt boréale Manitoba

Justement, l’UNESCO a reconnu l’importance de la forêt boréale pour le patrimoine mondial et autochtone et a placé la zone du Pimachiowin Aki sur sa liste en 2018. C’est le seul endroit au Manitoba classé à l’UNESCO.

Le bouclier canadien

Qu’est-ce que vous imaginez quand on vous dit bouclier canadien ? C’est la zone géographique favorite des randonneurs à défaut d’avoir une montagne ici. Toute la frontière avec l’Ontario à l’est du Manitoba et le parc provincial du Whiteshell en font partie. On y trouve de la roche et un peu de relief, tout n’est pas tout plat dans les Prairies !

Il y a beaucoup de randonnées à faire dans le parc du Whiteshell, chacune avec un aspect nature différent. Je n’ai pas encore parlé de la randonnée de McGillivray Falls sur le blog mais voici un exemple du granite et du relief qu’on peut trouver dans le coin.

Bouclier Canadien

Les lacs

Une ancienne campagne publicitaire présentait le Manitoba comme la province aux 10 000 lacs. L’eau est partout, il y a même 110 000 lacs à vrai dire. Du plus grand au plus petit, du lac visible depuis l’espace au petit étang… Il y a l’embarras du choix.

Le meilleur endroit pour se rendre comte du gigantisme du pays, c’est depuis Gimli, une petite ville balnéaire à l’héritage islandais. Depuis le rivage, on se croirait à la mer.

Sailboat Lake Winnipeg

Les dunes de sable

Le Manitoba a un désert, perdu au milieu des plaines. C’est vraiment étrange à voir mais c’est une de mes randonnées préférées. Le désert de Spirit Sands se trouve dans le parc provincial de Spruce Woods.

Spirit Sands Spruce Woods Manitoba

Le parc provincial de Spruce Woods a un désert de sable

Le Nord

Je ne suis pas encore allée dans le Nord du Manitoba, faute de temps et de budget. La nature là-haut s’apparente aux paysages arctiques : il y a de la toundra, et surtout des ours polaires ! J’aimerais vraiment aller les observer dans leur environnement à Churchill.

Les animaux

Il y a énormément d’animaux dans la nature au Manitoba, en liberté. Pour l’instant j’ai vu des biches et des cerfs parfois même en ville, des ours, des caribous, un renard, des marmottes, des chiens de prairie, des aigles, des castors, des serpents, des traces de pattes de lynx (en attendant !). Il y a aussi des loups, des coyotes, des tas d’oiseaux et le plus grand rassemblement de serpents au monde à Narcisse.

Il faut apprendre à vivre avec les animaux et respecter des règles de sécurité, notamment en ce qui concerne les ours et la nourriture. Au Manitoba, ce sont des ours noirs, qui ne sont normalement pas dangereux pour les humains ni agressifs. Ils mangent des baies seulement. Mais ils sont assez effrayants quand même de par leur taille.

Outre les moustiques, le vrai fléau dans la nature, ce sont les tiques. Ils sont ultra nombreux, ultra virulents et porteurs de la maladie de Lyme.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Kenza ☕️ (@cupsofenglishtea) on

Les activités dans la nature

La nature, ce n’est pas que des randonnées. Les Manitobains en profitent aussi pour trois activités qui sont au coeur de la vie active ici : le camping, la chasse, la pêche. Et pour moi, pour les trois, c’est un gros non. Je me contente de randonner et de faire un peu de geocaching, c’est tout.

Et en hiver ?

En hiver, rien ne change. Les gens profitent tout autant de leur environnement. La rivière à Winnipeg devient une patinoire géante d’environ 10 kilomètres de long, les sentiers dans les parcs sont transformés en pistes de ski de fond, de raquettes ou de motoneige. Les gens se mettent à pêcher sur la glace.

Pinawa suspended bridge

2,5 mois séparent les deux photos !

Lac gelé

Winnipeg Red River Mutual Trail

La rivière devient un lieu de promenade et d’art en hiver

C’était un aperçu de la nature au Manitoba ! Contrairement aux idées reçues, les paysages sont assez variés et profiter de la nature n’est pas réservé qu’à l’été. Par contre, je ne suis pas prête de recommencer de me promener par moins 40 degrés, j’ai eu un peu trop froid ce jour-là…

Et la nature dans les autres pays ? 

Un commentaire ?

19 commentaires