Expatriation

Et après tu fais quoi ? Tu rentres en France ?

Article mis à jour le

La question que tout expat redoute à la fin d’un contrat. Et tout jeune diplômé. Après tu fais quoi ? Tu rentres en France ? Je peux venir te voir ?

Oui je rentre, revoir ma famille, mes amis, manger plein de fromage et de viennoiseries, m’imprégner un peu de Paris, mais le moins de temps passé sur le sol français sera le mieux. Entendre parler français, râler français, affronter les gens et leur impolitesse, retrouver la saleté et ce malaise qui m’accompagne souvent. Je ne veux pas que ça dure trop longtemps.

French flag

J’ai un billet Canada – France, un retour simple, et après 36 petites heures seulement on s’envole pour l’Islande avec ma mère et mon frère. Retrouvailles familiales, loin de la foule et de la pollution.

Et après c’est le grand vide. Ma recherche d’emploi ne donne rien (pour rappel, je cherche un emploi de professeur de Français Langue Etrangère, n’importe où dans le monde) Parfois c’est un problème de disponibilités, les annonces ne précisant pas toujours la date de prise de poste et c’est encore tôt. Parfois c’est un souci de diplômes, la Chine par exemple exigeant un master validé – et mon mémoire patiente sagement.

Je ne sais pas ce que je fais dans deux mois. Et ça me fait peur. Pour l’instant, j’ai toujours eu de la chance, les jobs que je voulais, les avancées que je désirais et qui m’étaient nécessaires en même temps. Je crois autant en ma bonne étoile qu’en mon CV presque parfait.

Après je fais quoi, je ne sais pas. Je rédige des lettres de motivation, je ne fais pas de promesses à ceux qui veulent venir me voir à Paris, souhaitant ne pas y être, je parcours des centaines de sites d’écoles, d’instituts, d’universités, je révise ma géographie. Je ne veux pas rentrer en France, mais repartir le plus vite possible.

Un commentaire ?

45 commentaires

  • Tu trouveras [non je n’ai pas Pascal Obispo en tete…]. Tu sais que tu fais partie des gens qui me motivent á m’expatrier davantage, aux quatre coins du monde. Bref j’étais lá avec mon plan tout tracé: apres mon assistanat je fais un PGCE, mais non je ne sais pas, vais-je me poser? Rentrer en France? M’envoler vers d’autres horizons? au fond la derniere proposition, c’est ce que j’espere…
    Bisous,
    Marjorie

  • Je te souhaite bonne chance pour ce retour et plein de belles aventures pour la suite… rien n’est fini 🙂
    Moi je ne connais que trop cette situation de flou… et en plus le Québec me manque trop… j’ai décidé de repartir pour un tour !

  • Bon courage !!! Je sais que les retours sont très difficiles… à vivre et à gérer. Entre le « choc culturel » du retour et le fait de ne pas trop savoir où on va… Ce n’est pas évident… Mon retour d’Australie avait été un peu chaotique. Impossible de trouver un job. Refaire un stage. Retour chez papa maman… Bref, je suis partie à Montréal pour le coup. Et finalement, ça c’était bien passé 🙂 J’espère que tu trouveras rapidement ! xx

  • Je te souhaite beaucoup de réussite dans ta recherche. Tu vas trouver et continuer à nous faire voyager… et qui sait on sera peut-être voisine de pays? 😉 Tiens nous vite au courant!

  • Bon courage !
    Je te souhaite de trouver vite, plus vite que moi, après mon année en Tchéquie faute de boulot sur place j’ai dû retourner chez mes parents, galère.
    1 an à trouver mon job actuel à Berlin, heureusement entre temps j’ai eu des petits contrats à Cologne et Dublin 😀

  • Haha je me rappelle tellement le bad trip que j’ai eu à mon retour de Montréal. A peine j’ai passé la frontière que les gens hurlaient des grossièretés et faisaient la tête. Pour rien au monde je ne voudrait revivre ça et je comprends tout à fait que tu ne veuilles pas non plus!
    Bon courge pour les recherches. Avec ton CV parfait, tout sera se debloquer au bon moment 😉

  • Allez, la bonne étoile va te faire tomber un truc inattendu sur la tête, et dans quelques mois, tu nous écris un article qui commencera par « Si j’avais imaginé un seul instant que je vous écrirai un jour d’ici… » Tadaaaaa. Non ? Allez,ça va le faiiiire. Ondes positives. Ondes positives. 😉

  • C’est drole parce que j’aurai pu l’écrire cet article, et je pourrais encore l’écrire maintenant. Je suis rentrée, et je me suis rehabituée parce qu’on se réhabitue toujours. J’ai été heureuse d’etre la pour les fetes, les anniversaires, bientot une naissance. Mais l’envie d’ailleurs est la, elle trepine, j’attends l’opportunité. Je scrute les sites d’emplois dans mon domaine, mais il faut 2/5/10 d’expériences et la mienne est trop maigre. Je suis rentrée, ce n’est pas si terrible comme je l’imaginais. Il y a des jours sans, le plus dur c’est de vivre sans projet parce que « ce petit voyage nous tenterait bien », « mais peut etre que dans un mois j’aurai cette opportunité », et puis » je dois économiser » ou encore « allez je prends un abonnement a la salle de sport mais si je pars dans deux semaines, l’abonnment de trois mois aux oubliettes ». J’ai fais aussi des promesses, mais je rajoute toujours un « si je suis la », plus pour moi sans doute. Histoire de me persuader que ca va arriver, il faut juste du temps, de la patience et de la tolérance envers soi meme de faire les cent pas, et envers le marché du travail. Je te souhaite pleins de bonnes choses en tout cas <3

  • C’est quelque peu abrupt ma foi comme présentation mais ils vont recruter ici à la rentrée 2014 dans l’Institut Français où je bosse.

    J’y travaille depuis 4 ans et je vais démissionner d’ici 2 mois pour rejoindre mon copain -italien- à Londres (comment ça c’est pas logique ?!). Je pars et une autre prof part aussi (départ en retraite). J’ai énormément appris, j’ai adoré mes élèves, j’ai plus que kiffé comme une malade mon travail mais l’ambiance est … hmm… étrange et il faut le savoir.
    J’ai un blog privé qui relate mes aventures dans cette boite si ça te dit.
    Bonne chance en tout cas !

    • Oh oui ça me dit, déjà de lire tes aventures, et puis si tu veux pas trop en dire non plus, tu peux utiliser le formulaire de contact 🙂 mais merci pour le tuyau !

  • C’est étrange de lire ce genre de choses… savoir que quelqu’un veut être loin des siens alors que moi j’aimerais être près d’eux. Mais si ton envie d’ailleurs est si forte je te souhaite de rapidement trouver un nouveau poste 🙂

    • Les miens me manquent bien sûr. Mais mon histoire familiale est telle qu’on ne s’est jamais aussi bien portés, eux comme moi, loin les uns des autres. Après les miens au sens des Français, je me reconnais pas en eux, et ça va être de moins en moins le cas à force de vivre à l’étranger, parmi des gens heureux, optimistes qui plutôt que de râler font quelque chose pour leur avenir. Et mon job n’a aucune raison d’être en France.

  • N’importe où ok mais genre si tu pouvais tout de même éviter l’Ukraine et la Syrie en ce moment ce serait pas mal quand même…en fait si tu t’arrangeais pour juste éviter les pays en guerre perso ça m’aiderait à mieux dormir…je dis ça, je dis rien hein…

  • J’espère que vous trouverez du travail rapidement. Avez-vous essaye le Japon ? J’avais 2 amies qui étaient professeurs là-bas. C’est drôle, hier je recherchais des blogs avec un titre français car ma langue me manque – cela fait 2 ans que je n’ai pas parlé un mot de français – et c’étaient tous des blogues d’américaines qui espéraient aller à Paris, et vous, vous ne voulez pas y rester. J’ai aussi lu vos posts antérieurs (voyage à New York.) Moi aussi quand je suis venue aux E-U j’ai fait 38 états en Greyhound bus, toute seule. Je continuerai ma lecture de vos posts.

  • Il n’y a pas de raison que tu ne trouves pas quelque chose! Tu veux que je regarde ici? Je comprends ton angoisse, je suis prête à faire les valises et embarquer ma tribun importe où sauf en France.

  • Je te souhaite de trouver quelque chose qui te plaise bientôt 🙂 Mais tu n’es pas très exigeante (n’importe où dans le monde), je suis sûre qu’un chouette poste pointera bientôt son nez !

  • Et un programme comme Fulbright ? Sinon tu as regardé http://www.fle.fr/Emplois ? J’ai eu la chance de trouver assez vite mais j’ai connu l’angoisse de l’incertitude et de la nécessité de trouver et vite, mais comme toi j’ai toujours eu de la veine, et j’aime à croire que c’est là avec moi et que ça ne partira pas, alors je souhaite que ce soit la même pour toi ! En attendant faut le finir ce mémoire !

  • Je suis partie il y a 16 ans et aucune intention de revenir! C’était peut-être plus facile à l’époque… je ne sais pas.

  • Je suis exactement dans le même cas que toi à toutes mes fins d’études ou de contrats FLE, c’est vraiment galère de trouver quelque chose pour enchainer rapidement :(Depuis que j’ai attrapé le virus de l’expatriation, je ne peux plus non plus vivre en France !
    Cette année, j’ai cependant dû y rester un moment pour mettre des sous de côté pour un projet d’expat et j’ai finalement trouvé assez rapidement… Dans l’enseignement de l’anglais! (c’est bon à savoir au cas où, les collèges/lycées privés recrutent pour des remplacements, un M1 suffit)
    Sinon y’a beaucoup de postes FLE en Chine, mais je ne sais pas si ça t’attire?
    En tout cas bon courage chère collègue FLEriste!