Canada

Histoires Expatriées – mon endroit préféré

Article mis à jour le

Ce mois-ci, pour les #HistoiresExpatriées, c’est Sophie qui a choisi le thème. Elle vit en Islande donc j’imagine que son endroit préféré va envoyer du rêve : des glaciers, des plages de sable noir, des volcans…

Le mien est tellement plus prosaïque… En fait, j’ai deux réponses à la question « quel est ton endroit préféré ? » !

La première réponse est simple : c’est ma maison. Mais avant de lever les yeux au ciel parce que c’est trop facile, laissez-moi expliquer !

Entre 2009 et 2018, j’ai déménagé vingt-deux fois. Le chiffre m’a donné le vertige quand j’ai dû lister toutes mes adresses sur un document word pour envoyer à divers organismes afin d’obtenir des certificats. Les trois cases prévues dans les formulaires ne me suffisaient évidemment pas. Je suis devenue malgré moi une spécialiste des valises à vingt-trois kilos, des pesées au jugé, du sourire timide à l’hôtesse pour ne pas payer ces deux kilos supplémentaires à l’embarquement. Mais cette vie où je changeais d’appartement ou carrément de pays tous les huit mois m’a fatigué.

J’ai décidé de revenir au Canada, parce que c’est mon endroit préféré au monde pour vivre parmi tous ceux que j’ai pu visiter. J’avais dans l’optique d’arrêter cette vie, de me poser. Sauf que ça ne s’est pas exactement passé comme prévu : j’ai rencontré quelqu’un, et j’ai vécu de nouveau en nomade, ma vie dans mon sac à dos pendant huit mois, dormant à peine chez moi, payant un loyer pour rien, toujours entre deux appartements.

Depuis, on a emménagé ensemble. Ma maison est enfin le symbole de la stabilité personnelle et émotionnelle que j’étais venue chercher ici après des années de voyages et de CDD avec des pays dans lesquels j’ai plus ou moins accroché. Dans cet appartement, il y a des meubles que j’ai choisis et d’autres non, une grande baie vitrée pour les couchers de soleil, un chat qui fait la sieste quelque part, des souvenirs de mes voyages et un lui, aussi.

Mon endroit préféré.

Prairie clouds

Mais comme j’essaye aussi d’être active et de sortir le plus possible profiter du Canada, par tous les temps, la question de mon endroit préféré géographiquement parlant s’est aussi posée. Et la réponse m’est venue tout de suite.

J’ai beau vivre à Winnipeg depuis un an et demi et maintenant, je n’ai pas d’endroit préféré. Pas de café favori, ni de resto, de pâtisserie, de parc, de magasin. Je travaille trop pour vraiment sortir et je n’ai pas créé une routine avec mes lieux de prédilection comme j’avais pu le faire dans d’autres villes. Mais je vais essayer d’y remédier, c’est dans mes bonnes résolutions de rentrée.

À l’extérieur de Winnipeg, oui, il y a beaucoup de lieux que j’aime au Manitoba, tous d’ailleurs dans la nature : le parc de Birds Hill, le vieux barrage de Pinawa, le parc national de Riding Mountain avec ses ours et ses bisons, Hecla l’île un peu perdue… Et j’en oublie sûrement, au gré des balades et des publications d’articles de blog.

Mais finalement, même si ce n’est jamais au même point exactement, mon endroit préféré ce sont les Prairies dans leur ensemble. Les champs de colza, de maïs, de blé qui s’étirent à perte de vue sur des centaines de kilomètres, parallèles à l’horizon, avec un ciel très bas visible sur des kilomètres aussi, avec une vieille étable qui tombe en ruine ou une église perdue au milieu de nulle part. Parfois, le train passe et ajoute à la carte postale. Imaginez des centaines de wagons qui transportent tout et n’importe quoi, avec le bruit du train à intervalles réguliers. On l’entend partout, en ville aussi, il fait partie de l’expérience de vie ici.

Ces champs, de préférence pendant un road-trip,  grand ou petit, me rappellent à quel point je suis contente de vivre ici. Et quand le soleil se couche dessus, c’est encore mieux.

Pink Prairies sky

CP Train Prairies

Fields Prairies Manitoba

Haystack Prairies Canada

 

Cet article participe au rendez-vous mensuel des #Histoires expatriées, organisé par L’Occhio di Lucie

Un commentaire ?

15 commentaires

  • C’est amusant, j’avais je pense que je n’avais que faire des prairies, si ce n’est les prairies vallonnées et verdoyantes qu’on trouve en Normandie ou en Angleterre. Depuis quelques moi je suis de plus en plus charmée par les champs de quelques natures qu’ils soient. Par exemple j’ai adoré me balader dans l’Oise au milieu des champs de blé, ou traverses le nord des Pouilles. Bref, je comprends ce que tu trouves à ce beau paysage du Manitoba!!

  • Un très bel article très bien illustré. Effectivement ton nombre de déménagement donne le tournis! Même si je suis une petite joueuse à côté de toi avec mes trois pays en trois ans, je t’avoue avoir aussi cette envie de me poser après cette aventure américaine, pendant au moins un an avec mon bien aimé… on verra si je refais mes valises ensuite.

    • Mais non il ne faut pas dire ça ! Trois pays en trois ans c’est tout aussi intense, émotionnellement et physiquement. C’est normal d’avoir envie de faire des pauses.

  • Félicitations pour cette vie commune sous le même toit ! La réponse que tu donnes est la plus belle car je trouve qu’il est essentiel de se sentir bien et en paix chez toi. 🙂

  • C’est drôle, ces champs me rappellent la région de la Marne en France…En ce qui concerne ton « chez toi », je te comprends à 100%. Avec le temps, la douceur du foyer m’est devenue presque indispensable.

  • Ayant déménagé 11 fois en 2 ans, je comprends tout à fait ton premier choix 🙂 surtout avec un chat :p j adore les trains et les paysages vus des trains, je valide cet endroit préféré ! (Même si il n y a pas de trains en Islande 😀 avant de m installer ailleurs, j adorais les champs de tournesols !

  • Home Sweet Home 🙂 22 déménagements… c’est énormes et fatiguant, je te comprends tres bien, au bout d’un moment on a envie de se poser et de ne plus de chez soi. Une amie Française mariée a un américain change de pays tous les 3 ans, Ukraine, Italie, Vietnam, Japon et maintenant Washington. Ils ont enfin pu acheter des meubles et avoir un vrais chez eux car avant tout était fourni par l’ambassade américaine. Ils ont deux enfants de 3 et 5 ans et je les plains pour plus tard de devoir dire sans cesse adieu a leurs amis :/
    J’aime beaucoup les prairies aussi, elles me rappellent mon enfance a la campagne <3

  • Aaaah I feel you pour l’appartement ! Les prairies me semblent bien apaisantes. Je crois que j’ai passé un cap en voyage avec le concept de la platitude et des collines : ça commence à bien me plaire, alors qu’avant ça me paraissait bien vide

  • Comme c’est joli !
    Mon chez-moi est aussi mon endroit préféré 😉 D’ailleurs je n’ai jamais été aussi heureuse de rentrer « chez moi » après des vacances que cette semaine. Mon appartement-cocon me manquait, et ça ne m’était pas arrivé depuis très longtemps.