Humeurs

Bref, j’ai été déconnectée pendant trois semaines

Article mis à jour le

J’ai dû faire une pause de trois semaines. Pas du tout forcée, pas du tout volontaire, pas du tout influencée par la mode de la détox numérique. Mon ordinateur, qui a seulement deux ans, a eu une pièce abimée à l’intérieur (peut-être qu’il vit mal ses expatriations ?) et il a fallu le temps de tenter de le soigner moi-même, un voyage à Paris, diagnostiquer le problème, signer des devis, le faire réparer et enfin payer. J’aurais préféré utiliser ces cinq cents euros pour autre chose, mais il n’y avait pas le choix. 

Comment j’ai vécu trois semaines sans ordi ? Mal, parce que dans mon petit appart post-communiste budapestois, ça a aussi voulu dire trois semaines sans Internet. Je n’ai pas de wifi chez moi, j’ai même une vieille connexion cryptée à câble ethernet et mot de passe, oui ça existe ! Me retrouver, alors que le moral n’était pas très haut, sans divertissement, sans moyens de communication, sans outil de préparation pro ou perso, ça a été difficile. Seule dans ma grande pièce sans savoir quoi faire.

Ou presque. J’ai mis deux-trois jours pour m’habituer et je suis partie en vacances aussi, à l’est de la Hongrie et à Cracovie. J’ai lu quinze livres en six semaines, y compris les sept Harry Potter et les trois Millenium (moi aussi je suis impressionnée !) j’ai cuisiné, me suis promenée, ai reçu une amie le week-end dernier, ai fait du hongrois (et je suis devenue la première de la classe).

Ces trois semaines ne se sont pas passées sans écran, j’ai explosé mon forfait 3G en rechargeant un certain nombre de gigas et des milliers de forints y sont passés (mais en même temps, mille forints c’est seulement trois euros donc je dramatise au taux de change). J’ai été encore plus accro à mon téléphone que d’habitude, FaceTime, messenger, Skype, Google maps, préparation de voyages, commandes Amazon et virements bancaires, la vie quotidienne sur un petit écran. Mon ordinateur me semble gigantesque en comparaison. Chaque soir, chaque matin, je tends la main, me réveille et m’endors avec la lumière bleue. Je vais prendre sur moi pour briser cette mauvaise habitude, parce que je ne trouve pas ça sain.

Je suis de retour, pleine d’envies et de bonnes résolutions, prête à continuer l’aventure qui ne fait finalement que commencer. J’ai plein de choses à rattraper, d’autres à publier, j’espère que je vous ai manqué !

cliche-mignon-organisation

Photo Cliché Mignon.

Un commentaire ?

29 commentaires