Culture

Culture #7

Septième édition de mes articles culturels, qui paraissent tous les trois mois. J’ai pour l’instant lu trente-six livres depuis janvier, donc ce sera sûrement un peu court pour atteindre mon objectif de soixante pour l’année. Mais on ne sait jamais ! D’ailleurs, j’ai fait un tableau Pinterest de toutes mes lectures, c’est bizarrement beau de voir toutes les couvertures côte à côte.

Livres

Elena Ferrante Amie Prodigieuse 4L’amie prodigieuse 4, Elena Ferrante

J’alterne entre amour et haine pour cette saga et ses personnages mais j’ai été vraiment triste de la finir et de me dire que c’était terminé. Les protagonistes sont horripilantes parfois, mais c’est tellement prenant… Lina et Elena vieillissent, sont marquées par d’autres drames, reçoivent des réponses sur les mystères de leur enfance. Le rythme va vite, on ne s’ennuie pas. Et j’ai tellement envie d’aller à Naples maintenant !


An American marriage, Tayari Jones 

Je n’arrive pas à décider si j’ai aimé ce livre qui s’arrache en ce moment. Il y a trois protagonistes : Céleste, son mari Roy qui a été envoyé en prison pour un crime qu’il n’a pas commis, et Andre, l’ami d’enfance.

Chaque chapitre est épistolaire ou dans les pensées du personnage, il y a un fond d’atmosphère du Sud et de racisme car l’action se passe entre la Louisiane et la Géorgie. Ça se lit vite et je voulais savoir le dénouement mais je ne pense pas que ce livre me marque plus que ça.


The woman in the window, A. J. Finn

J’ai vu ce livre à la librairie sur une table de best-sellers et je comprends pourquoi. C’est le journal intime d’une femme agoraphobe qui vit recluse chez elle et observe ses voisins depuis sa fenêtre (oui très Hitchcock tout ça) jusqu’au jour où elle aperçoit un meurtre… qui n’aurait jamais existé.

Beaucoup de rebondissements après un début long à se mettre en place, je n’ai pas lâché le livre jusqu’à ce que je le finisse un dimanche matin !


Seven Fallen Feathers, Tanya Talaga 

Ce livre raconte le sort tragique de sept jeunes autochtones, morts ou disparus, dans le nord de l’Ontario. La plupart des histoires concernent des jeunes lycéens à Thunder Bay, ville décriée, critiquée, unanimement rejetée comme l’un des pires endroits du Canada. J’y suis allée en avril et je vous en parlerai un jour sur le blog, mais en attendant, j’ai aimé lire ce livre qui a conforté mon impression de la ville et m’a permis d’apprendre des choses.

C’est toujours bon aussi d’avoir un rappel sur la situation des Premières Nations et leurs conditions de vie dans les réserves. On est dans l’abondance nord-américaine, les cartes de crédit s’entassent, l’essence et la voiture sont rois, mais toute une frange de la population n’a pas d’eau courante…. Le livre était vraiment intéressant, bien que parti pris. Si la question vous intéresse, essayez de mettre la main dessus, c’est très facile à lire.


Nunavik, Michel Hellmann

Autre livre canadien mais cette fois-ci c’est une BD qui m’est passée entre les mains et que je n’aurais jamais prise si Anne n’était justement pas partie vivre là-haut dans le nord du Québec. C’est rapide à lire, drôle, et ça montre une autre facette du Canada, de la nature sauvage et de ce pan gigantesque souvent oublié.


The little book of hygge, Meik Wiking

Ce petit livre qu’on a vu partout sur les réseaux sociaux s’est retrouvé entre mes mains. C’était mignon, très bien fait, soigné dans les textes et les illustrations. Le livre m’a donné de manger des bonbons et allumer des bougies. Et j’aurais dû le lire avant d’aller passer quelques jours à Copenhague l’an dernier, cela m’aurait aidé à mieux comprendre la ville et les habitants. Il y a une suite et un pendant finlandais, que j’ai hâte de lire aussi !


The home for unwanted girls, Joanna Goodman

Autre livre canadien dans ma liste : cette québécoise écrit en anglais sur un scandale des années 60… quand les orphelinats ont été transformés en hôpitaux psychiatriques par l’église et le gouvernement. On suit deux histoires : celle d’une jeune femme qui a un enfant hors mariage et l’abandonne, puis le cherche tout au long de sa vie, ainsi que celle de l’enfant qui grandit entre religion et abus. C’était une lecture très intéressante mais beaucoup trop fictionnelle et guimauve pour moi, c’est dommage !


The last time I lied, Riley Sager

Je n’ai pas lâché ce livre le temps de la lecture et n’ai pu rien lire pendant quelques jours après tant il m’a fait de l’effet. Une ado en colonie de vacances voit ses camarades de chambre partir dans les bois une nuit et ne jamais revenir. Devenue adulte, cette histoire la hante toujours et elle est devenue une artiste qui peint mononiaquement la disparition. Mais la directrice de la colonie de vacances décide de rouvrir le camp et l’y invite comme monitrice. Tout le monde a des secrets, passés ou actuels, on veut vraiment savoir ce qui se passe et c’est très prenant !

Séries

Orange is the new black S6

J’ai assez aimé cette saison, plus sérieuse et plus politique. Plus réaliste finalement que les précédentes où les détenues ne semblent pas toujours vraiment être en prison tant les libertés conférées et la corruption sont grandes. Nouveaux personnages, nouvelles luttes, réelles injustices, moins de flashbacks et plus de dialogues, moins de romance et plus de sérieux. La fin m’a laissé pantoise et je regarderai quand même la saison sept !


The Five 

Après Safe, je me suis dit qu’une autre série policière britannique d’après Harlan Coben passerait bien. Mais en fait non. L’idée de base est géniale : l’ADN d’un enfant disparu ressort dans un crime vingt ans plus tard. Mais je n’ai pas accroché aux personnages, à la réalisation très speed on drugs, aux secrets et aux mensonges…


Shetland

❤️❤️❤️ ! Regardez cette série ! Parce que ça se passe en Écosse, parce que les paysages sont magnifiques, parce que les histoires sont bien trouvées (deux épisodes représentent une intrigue, soit la durée d’un film finalement pour les deux premières saisons) et parce que c’est prenant et beau et fantastique et j’ai trop envie de voir la dernière saison (la quatrième) qui n’est pas encore sur Netflix !


To all the boys I have loved before. 

J’avais lu le livre il y a quelques années et l’avais trouvé très mignon. Comme tout le monde, je suis assez surprise et enthousiasmée : c’est cool de voir des films où une jeune asiat tient le rôle principal, où c’est feel good, où tout est bien qui finit bien mais avec des problématiques aussi futiles qu’importantes à seize ans.

Parce qu’à vrai dire, j’étais très fleur bleue dans mon adolescente et écrire des lettres d’amour pour les envoyer par erreur est quelque chose qui aurait complètement pu m’arriver. Sauf que je me serais fait rejeter mais bon, tant pis !

Photo de couverture sur Unsplash.

4

Vous aimeriez aussi

4 Commentaires

  • Ophélie G.

    Il y a deux trois titres, notamment côté séries, qui me font de l’oeil. Je n’ai aucune motivation à me remettre à OITNB, mais Shetland me fait vraiment envie ! Merci pour ces chouettes découvertes ! xx

    7 octobre 2018 at 101028 Reply
  • Zhu

    Merci pour toutes cs idées de lecture! On a à peu près les mêmes goûts, je crois. En tout cas, ce que tu lis me tente ou je l’ai déjà lu. Je n’ai pas réussi à rentrer dans le bouquin de A.J. Finn. Je retenterai peut-être… des fois, c’est une question d’état d’esprit!

    7 octobre 2018 at 180607 Reply
  • Carrie

    J’ai lu la femme a la fenêtre, en prenant ce livre au Quai du polar a Lyon en Mars. J’ai discute avec l’auteur, en anglais. Il etait charmant et tres jeune! 😉
    Belles lectures.
    Je note pour Shetland 😉 Merciiii
    Bizzzz

    9 octobre 2018 at 150343 Reply
  • Perrine

    The Little Book of Hygge je l’ai vu plusieurs fois mais j’ai hésité : j’avais peur d’être déçue. Mais en fait tu viens de me donner envie 🙂

    10 octobre 2018 at 101028 Reply
  • Leave a Reply