Humeurs

Ces voyages que je n’ai pas faits

Article mis à jour le

J’ai entendu cette phrase un peu au hasard et elle me hante un peu depuis. J’ai alors eu envie de faire la liste de ces voyages que je n’ai pas faits, des plus gros au plus petits, des séjours aux expatriations.

Abu Dhabi, 2007

Le premier voyage que je n’ai pas fait et qui aurait tout changé, c’est Abu Dhabi. On est début 2007, je suis en première année de licence de lettres modernes à la Sorbonne. Un campus vient juste d’ouvrir dans les Émirats Arabes Unis et des bourses sont mises à disposition pour y partir un semestre. J’hésite, je pèse le pour et le contre plusieurs jours. Ce qui me retenait, c’était de manquer des contenus trop importants pour la suite de ma scolarité. En effet, à ce moment-là je voulais devenir prof en France et donc passer le CAPES ou l’agrégation – et les deux épreuves ont une épreuve d’ancien français. Je n’aurais pas étudié cette matière à Abu Dhabi et j’avais peur que rattraper soit trop compliqué. Mais un jour, je décide de quand même grimper au dernier étage poser des questions aux secrétaires qui… n’avaient aucune idée de quoi je parlais. Donc je suis restée à Paris.

2009,  le Sud de l’Angleterre

En 2009-2010, c’est ma première expatriation qui va fêter ses dix ans. Je suis dans le Yorkshire, à deux heures de train de Londres où je me rends souvent. J’ai une carte de réduction qui rend le train très abordable et chaque semaine un week-end de trois jours. Pourtant, je ne voyage pas plus loin qu’à la journée. Il y a un super réseau d’assistants de français partout dans le pays et j’aurais eu des points de chute partout, dans le Berkshire, en Cornouailles, mais non, je n’ose pas, j’aime trop rentrer dormir dans mon lit, j’ai juste vingt ans et j’ai peur de l’inconnu.

Avril 2011, Dublin

Je devais aller à Dublin, pour la première fois, voir si l’Irlande serait aussi belle et avec la même sensation d’être à la maison que l’Angleterre. Mais mon copain de l’époque a rompu quelques semaines avant ce voyage que nous devions faire à deux. J’ai hésité à partir seule, mais je n’étais pas prête. Et je ne suis jamais allée en Irlande.

Les voyages que je n'ai pas faits


Décembre 2013, Minneapolis

Lors de ma première année au Canada, j’ai profité des longues vacances de Noël pour faire un grand road-trip aux États-Unis, et je voulais entamer ce voyage à Minneapolis. C’est juste en-dessous du Manitoba, j’avais entendu de très bonnes choses sur la ville, j’avais très envie d’y aller. Malheureusement, j’ai dû annuler cet étape : j’aurais pris une navette jusqu’à Grand Forks et un train, mais je n’aurais eu la confirmation de départ de la navette que deux jours avant. J’ai donc choisi la solution de sécurité : zapper Minneapolis et prendre directement l’avion pour Chicago.

Mais je me suis rattrapée en 2019 où je suis carrément allée en voyage d’affaires à Minneapolis ! J’ai assisté à deux jours et demi de formation sur le numérique en cours et à l’extérieur des cours et j’ai pu aussi passer deux jours de vacances dans cette ville où j’aimerais déjà retourner.

2014, Hong Kong – deux fois !

Hong Kong était le gros raté de mon année 2014. C’est un voyage que je n’ai pas fait… deux fois. Après l’Europe et le Canada, jeune diplômée, j’avais vraiment envie d’aller travailler en Asie. Hong Kong me semblait le parfait point de chute, entre tradition et modernité, avec sa situation centrale, ses îles et ses buildings. J’ai postulé à une offre inférieure à mes compétences – et je n’ai pas eu le job. Je me souviens encore que ça m’avait fait pleurer. Tant pis, j’ai obtenu quelques mois plus tard un bien meilleur job à Melbourne et j’ai pensé alors faire une escale de quelques jours à Hong Kong sur le chemin de l’Australie. Mais mon PVT a mis plus de temps que prévu à arriver, j’étais assez stressée d’arriver à temps à Melbourne, j’y suis finalement allée directement.

Juin 2015, Bali

Juste avant de quitter l’Australie, j’ai une semaine de vacances entre les cours et les examens à l’université où j’enseigne, les billets ne coûtent pas grand-chose, je suis tentée de réserver pour vite retourner en Asie alors que je revenais à peine du Cambodge et de la Malaisie. Mais j’ai été sérieuse, en plus un peu découragée de faire encore huit heures d’avion aller alors qu’un trajet de plus de vingt heures m’attendait moins d’un mois plus tard pour rentrer en France. Je ne trouvais pas non plus que Bali était une destination propice au voyage solo, je me voyais plutôt y aller accompagnée. Cette fois-ci, je suis restée à Melbourne.

Mai 2016, les Cinque Terre

Je vais rendre visite à ma copine australienne rencontrée à Melbourne en échange universitaire à Florence. Sa fac place tous les cours sur trois jours pour leur laisser quatre jours pour vadrouiller chaque semaine. Le plan, c’est d’aller dans les Cinque-Terre. Mais financièrement, je ne peux pas suivre, tout est hors de prix pour mon salaire hongrois de trois cent euros mensuels (oui mensuels). Je ne fais donc pas ce voyage… mais je le remplace par un autre !


Début 2017, York

Comme un dernier pèlerinage avant de repartir au Canada, j’ai envie de retourner en Angleterre, pour remarcher sur mes pas, voir la ville comme une touriste et passer du temps avec Ophélie. Je me vois déjà photographier le Minster sous tous les angles, boire un thé chez Betty’s, discuter avec mes anciennes collègues et reprendre l’accent anglais. Mais non, question de timing, de trajet et de coût, je n’y suis finalement pas allée. Je n’ai pas remis les pieds au Royaume-Uni depuis le jour où j’ai quitté Jersey en 2013, comme si cette parenthèse de ma vie était belle et bien terminée.

Voici pour les voyages que je n’ai pas faits et dont je me suis souvenue ! J’aurais pu aussi vous parler des jobs que je n’ai pas eus. Il y en avait un à l’Ambassade Britannique à Paris, un pour l’Office du Tourisme du Manitoba, et sinon pour continuer de faire tourner le globe terrestre Kuala Lumpur, Istanbul. Autrement, dans ma carrière de prof, j’ai eu tous les autres jobs auxquels j’avais postulé et je n’ai jamais vraiment été au chômage.

Et vous ? Quels sont les voyages que vous n’avez pas faits ?

Un commentaire ?

12 commentaires

  • C’est un article qui me semble exprimer des regrets. Je trouve ça étrange de se retourner sur le passé ainsi. Les choses se sont passées autrement. Tu as eu d’autres opportunités et c’est ce qui compte vraiment…
    Il faut que j’explique aussi que mon chéri a postulé dans le monde entier pendant presque 3 ans. Au début, je me projetais. Puis j’ai arrêté. C’était devenu trop usant de se projeter dans un endroit inconnu pour y vivre à chaque CV envoyé. Tout ça pour finir en Angleterre. Et au final, c’est très bien comme ça !
    Au fil de nos rencontres, de nos choix et des opportunités possibles, on se dirige vers telle ou telle destination…

      • J’espère qu’effectivement tu pourras te rendre un jour à ces destinations si elles te tentent toujours. J’ai lu ton autre article. Il reflète celui-ci je trouve. Je suis d’accord avec ton idée de destin lié à des hasards mais aussi à des choix et à des opportunités que tu as su te créer en postulant à tel endroit par exemple.

  • Pour Bali, c’est drôle parce que j’y suis allée en voyage de noces et que nous avons rencontré énormément de voyageurs (et même en grande majorité des voyageuses) seul(e)s 🙂 C’est une ile tellement sûre, je n’aurais aucune appréhension à y retourner seule, en mode Eat pray and love ! (Et effectivement il y avait PLEIN d’Australiens !).
    Bon en tout cas… il faudra que tu viennes en Irlande un jour quand même 🙂

    • Pour l’Irlande, je vais essayer ! Oui, j’avais un peu peur de cet effet de mode, à la Eat Pray Love et puis je ne sais pas, je pense que j’ai pas mal vu les limites du voyage en solo cette année-là, où les gens sont plus sur leur téléphone que dans l’envie de connecter avec de vraies personnes physiques.

  • Rome, this year. I knew I had a hospital appointment on the same week. I could have reschedule it but it would have been playing with fire. It was not an easy decision to make but health should come first. There will be other invites.