Humeurs

2020

Il y a des années qui servent de fondations à d’autres, mettant en mouvement des choses qui se réaliseront plus tard. 2019 avait été riche en rencontres et événements et leurs suites logiques sont arrivées en 2020.

2020 a été une année pourrie à bien des égards mais j’ai de la chance, ni moi ni mes proches n’avons été affectés ni physiquement, ni financièrement. Moralement par contre oui, bien sûr, comme tout le monde. Mais la pandémie a mis en exergue plein de choses et a lancé des projets qui n’auraient peut-être pas eu lieu autrement.

Quand je relis mes projets 2020, ils étaient assez simples. Voici ce qui n’a pas eu lieu :

  • une visite à Paris (cela fait bientôt quatre ans que je suis partie sans retourner en France une seule fois, j’écrirai peut-être là-dessus un jour),
  • être sélectionnée pour participer au sommet québécois sur la francophonie (mais il a de toutes façons été annulé !),
  • passer le permis (j’en parle plus bas)
  • voyager tout court.

Et au contraire, ce qui a marché :

  • être la blogueuse officielle de Tourisme Riel pour le site Passion Histoire,
  • explorer le Manitoba,
  • continuer l’allemand, j’en ai fait tous les jours sans faute !

2020 côté professionnel

En 2019, j’ai mis fin à une carrière de dix ans dans l’enseignement pour partir travailler dans un bureau. Lors de l’évaluation annuelle en janvier, mon chef m’avait demandé comment je me voyais évoluer dans l’entreprise. Je lui avais répondu avec le niveau au-dessus du poste que j’occupais à ce moment-là. Il m’a alors conseillé d’essayer de voir plus loin, au moins deux niveaux en amont.

Finalement, les opportunités sont parfois imprévisibles. Un poste de responsable de la formation a été créé dans le département où je suis. Pressentie pour le poste, je l’ai obtenu sans trop de mal. Je me sens chanceuse d’avoir obtenu une promotion en pleine pandémie, assortie d’une belle augmentation, et j’avais complètement oublié ce que ça faisait de parler toute la journée pour expliquer des choses ! Je retrouve toutes les tâches plaisantes du métier de prof sans avoir les contraintes d’un système éducatif, quelqu’il soit.

Autrement, on est toujours en télétravail et on y reste encore un moment, au moins jusqu’à la fin de l’hiver. Aucune difficulté à m’adapter, j’apprécie ne plus avoir à attendre le bus dans le froid et avoir un accès illimité à la bouilloire à quelques pas.

2020 côté freelance

2020 a été géniale de ce point de vue-là avec quatre contrats cet été. La pandémie et l’emphase autour du voyage local m’ont particulièrement servie et je suis contente de vivre au Manitoba où la concurrence est moindre.

J’ai partagé mes meilleurs itinéraires sur Radio-Canada tout l’été (et me suis même fait interviewer au printemps en titre de blogueuse de voyage !), j’ai parcouru le rural et testé plein d’activités pour le CDEM  (le Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba), j’ai eu mon premier voyage sponsorisé pour le compte de Travel Manitoba et surtout j’ai passé l’année à écrire pour Tourisme Riel.

Musées, activités, rencontres, parcs, festivals (virtuels ou non) j’ai parcouru les rues du quartier de Saint-Boniface en long, en large et en travers et ai appris énormément de choses. J’ai visité tous les attraits touristiques, interviewé des commerçants, des conservateurs, pris des centaines de photos, découvert les secrets de la Cathédrale, regardé un documentaire, mangé dans les meilleurs restaurants lors d’une tournée culinaire et j’en oublie ! Merci Tourisme Riel pour votre confiance… renouvelée (ça c’est un beau spoiler 2021 !).

2020 côté perso

Le permis de conduire

Le gros échec de 2020, c’est la question du permis de conduire. J’ai passé le code en octobre 2019 et il y a une période de latence obligatoire de neuf mois entre l’examen pratique et l’examen théorique. Prendre des cours formels n’est pas obligatoire au Canada, mais après une ou deux sessions ratées sur des parkings déserts, j’ai compris que ce serait rassurant et surtout nécessaire. J’ai trouvé un moniteur de conduite, j’ai mis du temps avant de l’appeler, on a eu deux très bonnes leçons fin février et… mi-mars, quelques jours avant le confinement. Donc cela a été mis en pause.

J’ai conduit tout l’été avec une amie, ce qui m’a permis de gagner confiance en moi et de mieux gérer la voiture dans son quartier résidentiel désert. Je surveillais les interdictions et évolutions de la situation avant de reprendre des cours avec le moniteur, je n’étais pas pressée, l’instance gouvernementale qui s’occupe des permis de conduire devait réorganiser près de 5000 examens, la liste d’attente s’étalait sur plusieurs mois.

J’ai recontacté le moniteur mi-octobre. À ce moment-là, on était en code orange avec port du masque obligatoire en intérieur et pas mal de restrictions. Le nombre de cas quotidien ne faisait qu’augmenter. Lors de la leçon, le moniteur ne portait pas de masque et n’a rien désinfecté dans la voiture. En considérant la nature de son métier et le nombre de contacts quotidiens qu’il a, cela m’a mis mal à l’aise. Le permis sera donc pour 2021, peut-être ?

Déménager

Conséquence un peu surprise de la pandémie : vouloir un appartement plus grand ! J’ai donc déménagé, pour la troisième fois en trois ans depuis mon arrivée à Winnipeg. L’expérience n’a pas été sans stress mais la décision était la bonne.

Les plantes

J’avais prévu de m’acheter une plante verte à la fin du confinement pour améliorer un peu mon intérieur. Évidemment, une n’a pas suffi et j’en ai maintenant… 17 (j’en ai tué deux). C’est devenu ma passion du printemps / été et si je me retiens d’en acheter en hiver, ma wish list est prête pour le printemps.

Le point pandémie au Manitoba

On se sent vraiment isolés ici. Les différentes phases s’enchaînent sans forcément se ressembler. En mars-avril, la population s’est auto-confinée d’elle-même et le virus nous faisait peur. On a également eu un printemps moche et froid qui n’incitait pas à sortir du tout.

On a eu un bel été, avec terrasses et musées, sorties et innocence. Le Manitoba impose depuis le printemps une quarantaine aux voyageurs canadiens venant de plus à l’est que Terrace Bay en Ontario en plus de la quarantaine pour les voyageurs internationaux. J’ai passé trop de temps à me battre sur Facebook et Instagram avec des gens en road-trip irrespectueux des lois (beaucoup de Français, évidemment).

Septembre était encore à peu près normal et en octobre le code orange est devenu rouge. Masques obligatoires en intérieur, fermetures des magasins et des rayons vendant des produits non-essentiels (et la liste est drastique), interdiction de recevoir chez soi, rassemblements en extérieur à plus de cinq personnes interdits.

Je n’ai vu personne depuis fin octobre. Les restrictions n’ont pas été levées pour les fêtes de fin d’année, elles ont été assez solitaires cette année, même si on est deux et même si la plupart de mes amis ont quitté la ville définitivement. L’hiver est difficile, la nuit tombe tôt et empêche d’aller se dégourdir les jambes après le travail. C’est difficile de voir le monde entier accepter les risques et reprendre le cours de sa vie alors que nous avons ici un gouvernement fédéral très protectionniste et que rien n’a repris.

C’est long. Ce qui me manque, c’est la spontanéité, de pouvoir aller chercher un café ou faire un achat plaisir sans devoir vérifier si c’est ouvert, les horaires, les conditions d’accès etc. Je regrette les soirées jeux avec mes amis. Et surtout pouvoir faire des projets à plusieurs mois de distance.

Les nouvelles choses essayées cette année :

  • le kayak dans le parc de Nopiming,
  • le paddle (ou la planche à pagaie en français canadien) dans le cadre d’une collaboration,
  • un labyrinthe de maïs (c’était dur !) aussi dans le cadre d’une collaboration,
  • être interviewée dans l’Express sur mon parcours au Canada,
  • passer à la radio en anglais, après ma visite sponsorisée de la ville de Neepawa,
  • aller à un mariage franco-canadien,
  • faire une vidéo de promotion touristique,
  • en cuisine, plein de nouveaux plats et desserts.

2020 côté blog

2020 avait très bien commencé. Les efforts mis dans le SEO à l’été 2019 commençaient à payer et mon trafic mensuel avait doublé. Mais mes articles les plus performants sont des articles de voyage et ont soudainement perdu tout leur lectorat. J’ai eu du mal à trouver la motivation (j’ai toujours une liste trop longue d’anciens voyages à raconter et je pense que ça ne vaut plus la peine) et c’était également difficile de jongler entre mes propres contenus et ceux pour les autres.

Je n’ai pas réalisé certaines de mes envies, qui seront repoussées à 2021. Je finis l’année avec environ 140 000 pages vues, comme l’an dernier. J’ai complètement abandonné ma newsletter et j’ai du mal avec les réseaux sociaux, j’oublie de promouvoir mes articles… donc tout ceci va sur ma liste pour l’année prochaine !

J’ai d’ailleurs fêté mes 9 ans de blog et j’en parle dans cet article bilan.

Blog Cups of English Tea

Quelques chiffres

Minutes d’allemand : 1 732 d’après Duolingo
Livres lus : 70 (merci le confinement)
Pas : moyenne de 2 471 pas par jour (à améliorer en 2021)
Films vus : 75
Séances de yoga : 24 (pas assez !)
Articles de blog : 34 seulement
Articles pour d’autres clients : 31 (+ une vidéo)
Géocaching : 120 caches trouvées

Les découvertes manitobaines de 2020

À Winnipeg :
  • Saint-Boniface en long en large et en travers
  • les ponts sur la rivière Seine
  • le Cement Cemetery
  • Bunn’s Creek, une de mes balades urbaines champêtres préférées
  • Garbage Hill pour une belle vue sur la ville
  • la hutte de la sorcière du parc Kildonan
  • et je pense avoir testé pratiquement tous les glaciers de la ville !
Au Manitoba :
  • Selkirk, le Musée de la Marine et la Red River Road
  • le sud-ouest : Souris, Adam Lake, Turtle Mountain, Killarney etc.
  • la Crow Wing Trail et le pont suspendu de Senkiw
  • le parc national de Riding Mountain en hiver
  • la zone autour de Stephenfield, Saint Lupicin, Roseisle, Leary
  • Steep Rock et ses falaises
  • la région à l’intérieur de la région Interlake
  • le Farm and Food Discovery Centre à Glenlea
  • le Musée de St Pierre-Jolys
  • l’église de Cook’s Creek

Et je suis sûre que j’en oublie !

Je vous souhaite une belle année et vous remercie d’être là ❤️

Un commentaire ?

14 commentaires

  • Je te souhaite à mon tour une bonne année, en dépit du contexte.
    Je pense que 2021 ressemblera à 2020 (notamment à cause des variants qui se répandent, un nouveau vient d’être détecté au Japon, introduit par des personnes revenues du Brésil… En plus, à quelques mois des JO).
    Tu es tout de même parvenue à avancer en 2020, c’est donc plutôt encourageant, et cela montre que même dans une situation difficile, on peut en tirer du positif et faire preuve de résilience et s’adapter.

    Dans l’un de mes précédents jobs, j’avais eu l’occasion de dispenser des formations ; ça m’avait bien plu. Je trouve cette voie professionnelle intéressante, utile et avec de l’avenir. C’est une activité transversale, qui peut donc toucher plein de domaines différents, et qui peut être menée en présentiel comme à distance. Flexible quoi (critère important aujourd’hui lol).
    J’espère que tu pourras nous dire ce que ce poste t’apporte/t’a apporté en termes de compétences par exemple, comparé à celui d’enseignante notamment.

    Yes, vive le télétravail. Ça se développe enfin en Europe… en France, avec le culte du “faire acte de présence/surveillance”, ce n’est pas évident.
    Alors qu’il y a pas mal d’avantages : transport, pollution et bruit en baisse, moins de fatigue, etc… ce qui libère aussi la voie pour ceux qui doivent aller bosser (moins de bouchons, plus de places dans les transports en commun, moins de temps perdu quoi). Ca libère aussi les villes, ce qui améliore la qualité de vie de ceux restant en ville (les prix de l’immobilier ont aussi tendance à baisser, j’imagine que la tension sur la recherche d’apparts à louer a également diminué), mais aussi de ceux qui peuvent bosser en périphérie ou à la campagne.
    Je trouve que travailler à distance devrait être, de manière générale (hors contexte de pandémie), davantage favorisé pour ceux qui le peuvent et le souhaitent.

    Dommage pour le sommet sur la francophonie.. j’avais bien aimé l’article que tu avais écrit sur les activités et échanges partagés lors d’une précédente rencontre de ce genre.

    Incroyable pour le moniteur ! La direction de l’auto-école ne disait rien ?

    Je suis récemment tombée sur un article évoquant une dizaine de responsables politiques canadiens ayant choisi de passer les fêtes de fin d’année à l’étranger par exemple, alors que la population était fortement encouragée à rester chez elle…
    Ce type de comportement, c’est comme le Covid, c’est mondial ^^ Plusieurs responsables européens avaient dû démissionner il y a qq mois à cause de ça… Etrange que cela n’ait pas été ‘pris en compte’ par ceux du Canada.. On n’est plus vraiment dans le “gouverner par l’exemple”… ça ressemble davantage à “faites ce que je dis, pas ce que je fais”. Si la majorité, ou une grosse minorité, agit de la sorte, on n’a pas fini…

  • J’ai eu plaisir à lire ton bilan de l’année Kenza. Je suis heureuse de voir que tu t’épanouis professionnellement et aussi de découvrir que le Manitoba prend de sérieuses mesures de prévention vis-à-vis de la pandémie. Je suis admirative de ton parcours et de toutes les choses que tu fais. Prend bien soin de toi et à très bientôt.

    • Ah la gestion de la pandémie je crois que je préfère quand même la gestion fédérale que provinciale, où tout a mis tellement de temps (les masques n’ont été obligatoires en intérieur pour la première fois fin septembre !) et où l’économie était plus importante que la santé des gens. Mais on a la chance d’avoir un système de santé efficace qui tienne la route. Je t’embrasse!

  • Ma chère Kenza, je te souhaite une bonne année. Un vrai plaisir de lire ton bilan, comme chaque année et glückwunsch pour tes cours d’allemand 🙂 Félicitations également pour ton titre de blogueuse officielle! J’espère que cette nouvelle année apportera de bonnes choses… Et qu’on pourra ressortir en toute sécurité bientôt! Allez, on se motive respectivement pour notre permis de conduire cette année 😀 ? Ma deadline c’est novembre!

  • Coucou c’est moi !
    Alors pour les anciens voyages à raconter moi je dis : si, si, si! Ca fait rêver !!!! S’il te plait !!!
    C’est quand le couronnement de Mme l’Experte Manitoba? Tout ces trucs là, ça donne tellement envie de revenir. Tu devrais ouvrir ton propre office du tourisme! Ou un livre! (un guide et une version augmentée avec photos)
    Tu sais l’histoire de l’isolement je comprends un peu parce que je suis la seule de mon entourage à pas pouvoir travailler (et donc interagir avec des humains). Mais bon c’est sûr que c’est pas pareil.
    Moi aussi j’ai tué 2 plantes, elles n’ont pas survécu à leur déménagement je suppose.
    Bravo, Bravo ! Kiss kiss!

    • Roh mais c’est trop gentil mais personne lirait de livre sur le Manitoba 😀
      (et en réalité j’ai oublié deux plantes dans mon compte donc quatre RIP)
      Bisous <3

  • Merci d’être encore là à raconter tout ça. Je ne prends plus le temps de commenter mais j’aime toujours avoir de tes nouvelles et lire ta plume.
    Et bravo pour le tournant professionnel encore une fois <3

  • Pour une année pourrie, tu as accompli quand même un paquet de jolies choses ! J’applaudis pour la motivation de persévérer dans l’allemand, j’ai lâchement abandonner mon compte Duolingo depuis plusieurs semaines, je vais essayer de me remotiver en ce début d’année. Belle année 2021 à toi 🙂

    • Ce qui m’a vraiment lancé, c’est d’activer les rappels quotidiens sur Duolingo! Avec ce petit 1 rouge qui vient te narguer sur l’écran, je vais dans l’app pour m’en débarrasser ! Bonne année à toi aussi 🙂

  • Bonne année Kenza ! C’est toujours très agréable de te lire 😉 Très différent de la plupart des expatriés français au Canada (la plupart à Montréal) – ce qui du coup, me rend le Manitoba sympathique !
    Même si, je me dis que c’est peut-être compliqué (long ?) de ne pas avoir la mer / l’océan à proximité (haha, je vis à Marseille, à 3km de la mer ^^).
    En France aussi, c’est un peu long ces histoires de confinement, covid, etc. (et j’ai l’impression que 2021 ne sera pas forcément mieux que 2020 de ce point de vue là …) ! Vivement l’été 😀

    • Merci beaucoup Julie d’être toujours là après toutes ces années ! On a des lacs à la place, assez grands pour croire que c’est la mer! (je crois que le lac Winnipeg est un des seuls au monde que tu arrives à voir de l’espace tellement il est grand)
      Je partage ton opinion. 2021 ne va pas être tant différente. Courage!

  • Un beau bilan tout de même, pour une année aussi particulière. Je t’admire d’avoir 17 plantes, j’en ai 3 et elles survivent péniblement. Bonne continuation et au plaisir de te croiser à Paris

    • Et moi je t’admire de n’en avoir que trois 😀
      Je pense printemps mais ça serait sûrement septembre ? Pas mal de paramètres en jeu (dont le déménagement de mes parents)