Canada

Winnipeg, Manitoba

Dimanche dernier, je suis allée à Winnipeg, qui est la capitale du Manitoba. C’est là, au milieu et  selon qui conduit, il faut compter entre deux et trois heures pour s’y rendre depuis Brandon, en prenant la TransCanada, l’autoroute qui traverse le pays de long en large pendant huit mille kilomètres.
Départ à 7h30 un dimanche matin, ça pique un peu mais je sais qu’on va voir des gratte-ciels alors je suis contente.

Cependant il y a seulement six cent mille habitants. Pourtant la ville m’a semblé assez grande. Je crois que la Parisienne en moi a disparu et surtout que c’est la faute des Nord-Américains et de leurs rues quadrillées.

La journée commence à l’aéroport mais ce n’est pas très important. Après un petit déjeuner à l’anglaise, il est temps de diriger vers The Forks, la Fourche en français. 

The Forks

The Forks, c’est la fourche entre les deux rivières, un parc qui servait de point de rencontre aux tribus indiennes. Ici on les appelle les autochtones et c’est un sérieux problème de politiquement correct. Aujourd’hui c’est un marché couvert, avec étals et restaurants.

Winnipeg Forks
Winnipeg Forks
– 
Sous un grand soleil on décide d’aller se promener le long de la rivière. C’est assez intemporel finalement, rien ne rappelle vraiment le Canada sinon la petite skyline. Ce pourrait être n’importe où. Mais c’est paisible. Il y a des familles, des jeunes, des activités en plein air.
Winnipeg river Forks


Saint Boniface, le quartier francophone

Cette photo a été prise de l’autre côté de la rivière, dans le quartier de Saint Boniface. C’est le quartier francophone de Winnipeg et à vrai dire le plus grand de tout l’Ouest canadien. Tout d’un coup les rues sont en français, les enseignes des magasins aussi (enfin en québécois, ça reste un dépanneur plutôt qu’une épicerie !)

À Saint Boniface, il y a une cathédrale en ruines après un incendie dans les années 70 et une université entièrement francophone. Notons la simplicité avec laquelle nous sommes rentrés, un dimanche : bonjour nous venons de l’université de Brandon, est-ce qu’on pourrait jeter un coup d’oeil ? Aussi simple que ça. Et une bibliothèque universitaire ouverte  le dimanche. Et une cafétéria. De la vie. La Sorbonne et son plan Vigipirate devrait s’en inspirer.
Winnipeg St Boniface
– 
L’origine du quartier français, ce sont les missionnaires venus christianiser les Indiens et la petite chapelle est devenue une cathédrale, la petite école pour alphabétiser les garçons une université. Il y a un musée, placé dans la plus vieille maison de la ville mais nous ne sommes pas allés le visiter, et puisqu’il n’ouvre que de mai à septembre, je suppose que ce sera impossible, dommage !
Mais malgré les torts, il y a une présence indienne dans la ville. Le panneau ci-dessous serait écrit en inuit, drôle de langue géométrique.
Winnipeg autochtone inuit


Le Musée du Manitoba

Malgré le soleil, nous sommes allés nous enfermer dans le Musée du Manitoba, qui comprend aussi un planétarium (ça a l’air d’être la mode au Canada, il y en a partout) et un musée de la science pour les enfants. Malheureusement c’était assez vieillot, les panneaux explicatifs n’ayant probablement pas été changés depuis des décennies. Un peu de rochers, d’animaux préhistoriques, de géologie, d’histoire, c’est un joyeux fourre-tout.

Mais j’ai vu un caribou donc c’est pardonné. Et des bisons, le symbole du Manitoba.
Caribous bisons Winnipeg musée Manitoba

Après un passage au food court du centre commercial – et je n’ai malheureusement pas pu rentrer dans les magasins, ce qui me vaudra de revenir, pour également voir Chinatown et les bâtiments officiels comme l’Assemblée législative du Manitoba, ou les deux autres universités de la ville !
Partager sur...
Article précédent Article suivant

D'autres articles

2 Commentaires

  • Répondre FromSide2Side

    super interessant .. merci ..

    24 septembre 2013 à 3h18
  • Répondre Tameï

    Je me demandais pourquoi tu envisageais d’aller à Winnipeg. Du coup, j’ai trouvé cet article et je découvre cette ville dont je n’avais jamais entendu parler.

    27 juin 2016 à 14h39
  • Un petit mot ?

    Close