Tu voyages beaucoup.

« Tu voyages beaucoup ». Quand on me fait cette remarque, je ne sais jamais quoi répondre.

Une des dernières fois, c’était mon banquier. Avant notre rendez-vous il avait jeté un coup d’oeil à mon compte. Il avait dû voir que peu d’opérations étaient faites en France, face aux billets d’avion aux Etats-Unis, retraits en Islande et virements canadiens. Vous voyagez beaucoup. Oui c’est mon métier qui veut ça. Je suis professeur de français à l’étranger.

Plus récemment, c’est une de mes nouvelles copines, rencontrée ici à Melbourne, qui a dit ça. J’avais brièvement résumé ma vie, l’expatriation, trois ans en Angleterre, l’année au Canada et maintenant l’Australie, sans date de retour prévue.

Parfois, cette phrase est dite avec envie. Tu voyages beaucoup. Oui c’est vrai, ces douze derniers mois j’ai fait des choses que je n’aurais pas estimées possibles il y a deux ans. J’ai pris l’avion seize fois, parcouru le Canada et la côte Est américaine en bus, ai fait du CouchSurfing, ai été émerveillée en Islande, ai débarqué en Australie pour vivre et travailler dans la ville la plus agréable du monde, ai vu la Great Ocean Road qui est à la hauteur de sa réputation et dimanche je suis revenue de Tasmanie. Je n’avais jamais imaginé y mettre les pieds un jour… et à vrai dire avant d’arriver de ce côté-ci de la planète je n’aurais pas pu la situer avec précision sur une carte, toujours à confondre Tasmanie et Tanzanie.

Tu voyages beaucoup ? Oui.

Mais cela va avec des sacrifices dont je vous parle quelquefois. La solitude, l’éloignement, le décalage horaire, la distance, le provisoire, devoir tout recommencer souvent. Rater les mariages et les naissances maintenant que nous approchons pour de vrai de l’âge adulte. Dire au revoir devient de plus en plus difficile et j’ai laissé une partie de mon coeur dans tous ces endroits (surtout au Canada).

Il y a tellement d’opportunités. Erasmus, l’assistanat, les échanges universitaires, le service civique européen, l’Espace Schengen, les PVT ou les WHV, le CouchSurfing, le Woofing, le HelpX… Voyager est devenu simple. Et si c’est ce dont on a envie, pourquoi ne pas partir ?
_

tu voyages beaucoup

_
Parfois cette phrase est une constatation. Tu voyages beaucoup, tu as des lunettes, tu aimes les robes à fleurs. Ça commence à faire partie de moi et ne pas avoir de voyage de prévu (deux jours après être revenue) est inhabituel.

Pourtant, je ne me considère pas comme une voyageuse aguerrie. Je n’ai jamais été en Asie (fait en février 2015 !), ni vraiment en Afrique, je reste dans des pays dont je parle la langue, j’ai toujours une sécurité qui m’attend – un travail, un ami, un logement… Les personnes qui partent en tour du monde comme Novomonde me fascinent.

Je suis jeune. L’avenir et le monde sont à moi. Célibataire, sans attaches, sans enfants – même si ce n’est évidemment pas incompatible avec le voyage – alors je mène une drôle de vie nomade, sans maison, sans possession, sans voir ma famille souvent, sans assister aux évènements importants. Mais cette vie de voyage, je la garde pour l’instant. C’est moi. Tu voyages beaucoup ? Oui et je vais continuer.

24 Commentaires

  1. 1 octobre 2014 / 16h15

    Tant que tu te plais dans ca, y a pas de soucis 😉

    Demenager, changer de pays, n’est pas pour moi en ce moment; las de me retrouver dans les cartons et papiers administratifs!

    • Kenza
      3 octobre 2014 / 22h28

      L’avantage de la jeunesse, j’ai deux valises… par contre je suis d’accord pour les papiers !

  2. Sarah
    1 octobre 2014 / 16h51

    Tu as bien raison, voyage encore et encore !!

    • Kenza
      3 octobre 2014 / 22h27

      Merci Sarah !

  3. 1 octobre 2014 / 18h49

    Bien dit ! C’est un mode de vie addictif 🙂

    • Kenza
      3 octobre 2014 / 22h27

      Oh oui ! Mais toi tu reviens quand Down Under dis ?

  4. Schepers
    1 octobre 2014 / 18h56

    Bons voyages….

    • Kenza
      3 octobre 2014 / 22h26

      Merci Chantal ! Mais j’irai revoir « ma » Normandie un jour, promis ! 🙂

  5. 1 octobre 2014 / 20h33

    Perso, je pense qu’il vaut mieux voyager maintenant que quand on est plus vieux… Pour la simple et bonne raison qu’après tu n’es pas seule/en duo mais il se peut aussi que tu te trimbales la marmaille. Je pars du principe qu’il vaut réellement mieux faire les choses maintenant, quand elles sont à ta portée plutôt que prévoir et finalement ne rien faire, alors tu as bien raison! Profites!

    • Kenza
      3 octobre 2014 / 22h26

      J’ai en tête des jolies histoires de voyage en famille (ma copine de master Tiphanya par exemple) donc je pense que les deux ne sont pas incompatibles, même si effectivement ça joue 🙂

    • Anouk
      22 décembre 2014 / 14h40

      J’ai 35 ans, je voyage depuis mes 18 ans. J’ai un enfant maintenant, je me trouve au Mexique depuis 5 mois. Mon chum, notre fille et moi avons fait la Californie (2 mois), la Floride (1 mois), le Mexique (5 mois), la Belgique (plusieurs fois), Lisbonne et Rome (en couple, on n’a pas amenée Cocotte). À 19 ans je suis partie seule à Londres, et j’ai voyagé 3 mois à Hawaii!

      Non, les voyages ne s’arrêtent pas quand on fonde une famille, ça demande plus d’organisation, mais c’est possible!

      Par contre, j’ai trouvé mon expatriation au Mexique un peu difficile, car on repart demain au Canada et on laisse derrière les amis…les adieux sont difficiles, mais gérer la tristesse de ton enfant qui doit quitter ses amis et professeurs ajoute à la difficulté…Ouf!

      Néanmoins, Ca reste une superbe expérience!

  6. 1 octobre 2014 / 21h44

    Mon avis sur la question qu’on t’a posé se résumera à un mot de djeun’s composé de 4 lettres: YOLO, on ne vit qu’une fois, m****! 😉 – J’ai cette boule au ventre qui apparaît quand j’apprends des mariages et naissances chez des personnes de ma génération, parce que je me demande si je ne devrais pas également faire pareil, mais dans ce cas-là, on peut dire adieu à une vie aussi fascinante et riche.

    • Kenza
      3 octobre 2014 / 22h25

      Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à ressentir tout ça… merci !

  7. 2 octobre 2014 / 4h40

    Avales beaucoup de kilomètres, prends beaucoup de photos et pose beaucoup de mots sur nos écrans, car c’est toujours avec beaucoup d’impatience que tes billets sont attendus, ils sont lus avec beaucoup de sourires et tes photos regardées avec beaucoup d’étoiles dans les yeux. Merci beaucoup de partager tes moments. Fais-nous rêver encore et beaucoup !

    • Kenza
      3 octobre 2014 / 22h24

      Tu es trop gentille, merci, si j’encadrais les commentaires-compliments celui-ci aurait une bonne place !

  8. Anonyme
    4 octobre 2014 / 4h56

    les voyages c<est la vie !!! c est la seule chose don't je reve ! que ce soit loin ou a cote il faut aller decouvrir et arreter de senfermer chez soi et trouver tout un tas de pretexte !!!

  9. 6 octobre 2014 / 15h48

    Je veux rassurer tout le monde. On peut voyager et avoir une famille. C’est loin d’être incompatible! Ca fait de merveilleux souvenirs 😉

    • Kenza
      9 octobre 2014 / 13h29

      Merci 😀

  10. 13 octobre 2014 / 1h44

    « Je n’ai jamais été en Asie, ni vraiment en Afrique, je reste dans des pays dont je parle la langue, j’ai toujours une sécurité qui m’attend – un travail, un ami, un logement… »
    Tu dis cela comme si cela t’enlevait des points sur l’échelle de la voyageuse… Mais il me semble que c’est juste un style de voyage versus un autre. C’était aussi le mien, à l’époque où j’ai voyagé pas mal. Je ne me considère pas comme une touriste ; je ne parcours pas le monde dans le but premier de me dépayser, de voir les « trucs à voir » (même si je ne suis pas contre non plus, tant qu’à y être) et de forcer les gens à me parler en anglais. Je veux vivre la vie des locaux, et c’est beaucoup plus faisable si on connaît du monde sur place, si on a une raison objective d’y aller.
    Cela dit, je suis également admirative des gens qui arrivent à partir complètement à l’aventure sans devenir de purs touristes, qui ont le don de se lier sur place avec des locaux, de se faire inviter dans des trucs bien typiques… Moi, je suis trop timide !

    • Kenza
      15 octobre 2014 / 22h50

      J’aime bien l’idée de l’échelle et oui parfois je me sens comme ça ! Je suis encore timide comme tu le décris mais ça s’améliore (le Canada m’a bien aidé, je voulais trop vivre des trucs « typiques » comme Thanksgiving ou le hockey !)

  11. Benoit(novomonde)
    21 octobre 2014 / 6h35

    Super article ;)…Je suis assez d’accord avec la remarque précédente… Notre style de voyage n’est pas le même que le tien ;-)… On n’est pas le même genre de voyageur. Je t’avoue qu’on aimerait bien avoir un travail qui nous permette d’être libre géographiquement (ça pourrait arriver, on ne sait jamais avec ces histoires de blog…;-) ). Pour le moment, on profite à fond de ce « tour du monde » (même si la on a loué un appart pour 3 semaines à Mendoza pour travailler un peu et se poser…ahaha je me contredis) et on accepte l’idée de retrouver une vie de sédentaire à notre retour… mais avoir un job qui te permet de voyager facilement c’est super aussi et très enrichissant…
    Merci pour la mention en passant 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *