Regarder la finale du match de hockey… dans un bar canadien

En commençant à trier mes photos de Vancouver et Victoria, il y a celle-ci, prise dans l’équivalent canadien des Galeries Lafayette : The Hudson Bay., un grand magasin historique, héritier du commerce des fourrures. Et ça tombe bien.

Team Canada

Je n’ai pas suivi les Jeux Olympiques, n’étant pas une grande fan de sport. Facebook me tenait informée, en passant. Et puis après la victoire de l’équipe féminine au hockey, puis de la demi-finale des hommes, mon amie Amy m’a envoyé un message : « ça te dit d’aller voir la finale ? »

Comme d’habitude, je dis oui sans hésiter. Toute expérience est bonne à prendre, et là, du point de vue culturel, c’est parfait, surtout que pour l’instant je n’ai vu en vrai qu’un douloureux match amateur. Quelques minutes après, je retourne sur Facebook et m’aperçois que le match aura lieu à 6h du matin (on a dix heures de décalage horaire avec Sotchi) et que les bars seront ouverts. Amy, tu es sûre ? Six heures du matin ? Oui je passe te prendre à 5h  !

Donc je me suis levée à 4h45 un dimanche matin, après un voyage en bus de 36h, pour aller regarder du sport. Tout arrive.

Il n’y a que quelques bars dans ma petite ville, et la foule de si bon matin n’était guère plaisante à voir. Gens saouls de la veille, se précipitant au comptoir pour boire des shoots patriotiques, filles apprêtées comme pour aller danser… Toute petite au milieu de la foule vêtue de rouge et blanc, avec ma robe à fleurs, je me suis comme d’habitude laissée porter au gré des images et des applaudissements et des cris: joie, déception, et fierté parce que le premier à avoir marqué, c’est un enfant du Manitoba.

Team Canada, 3, Suède, 0 (et plein de mauvaises blagues sur Ikéa sur Facebook)

Et après, on est allées manger des pancakes au sirop d’érable.

Ce We were made for this, ça vaut pour les Canadiens et le hockey, mais peut-être que ça vaut aussi pour mon avenir. J’ai l’impression que je n’ai pas fini de découvrir, d’explorer, d’aimer le Canada, mon Canada, et la pensée de devoir partir me serre le coeur. Mais je reviendrai vous parler de tout ça, de ces décisions presque trop importantes pour être prises à même pas 25 ans… en tout cas, se lever à 5h du matin pour aller voir le hockey, ça devrait être des points pour immigrer ! Sauf si je trouve un Canadien mignon d’ici là, on sait jamais !

3 Commentaires

  1. 24 février 2014 / 0h57

    Ahah ! C’est beau à voir ton amour pour ce pays. Cette soirée/matinée avait l’air bien sympa en tout cas.

    Et oui je suis tout à fait d’accord, tu mériterais qq points de plus à l’immigration 😉

  2. 24 février 2014 / 3h05

    Si ça ce n’est pas une preuve d’intégration!

  3. 24 février 2014 / 11h37

    Waouh, j’admire ton courage ! À ceux qui nous demandent si on a regardé, je réponds : 6 heures du matin, faut pas rêver… 😛 Au contraire, j’ai toujours beaucoup de plaisir à écouter le sport à la télé, mais je n’ai suivi ces Jeux que par doses homéopathiques (et je n’ai suivi aucune game de hockey, malgré le succès des Canadiens dans cette discipline). On n’a pas non plus tout le temps du monde, et il y a des épreuves tous les jours !
    En tout cas, j’ai eu ce sentiment pendant les JO que le Canada devenait temporairement quelque chose de plus concret. Je me dis que ça doit être l’effet fédéral, mais je trouve qu’on pense d’habitude aux gens plus par rapport à leur province d’origine, voire à leur langue (les franco-ontariens ou les franco-manitobains, par exemple) qu’en tant que « Canadiens ». Or, soudain, pendant deux semaines, nous sommes tous devenus des Canadiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *