Expatriation

Ma prochaine destination

Article mis à jour le

Tous les six mois, c’est un peu la même chose. Chaque jour, j’ouvre les sites d’offres d’emploi, Conseils aux voyageurs et Google. Je travaille ma géographie tout en apprenant où se trouvent de nouvelles villes et je peaufine ma lettre de motivation pour l’adapter au public visé – je suis prof, mais toutes spécialités… de la crèche à l’université, je peux enseigner à tout le monde.

Quand le CV et ses pièces jointes partent, commence un ballet d’espoir. Je m’imagine déjà vivre à cet endroit, je me demande comment seront mes futurs élèves, je me vois prendre des photos, cocher des items sur ma bucket-list, accueillir ma famille et des amis, découvrir de nouvelles choses. Si je ne reçois même pas d’accusé de réception, c’est en général mal parti. Chaque matin, décalage horaire oblige, j’ouvre impatiemment ma boîte mail. Rien. Je suis vite déçue et me promets de ne pas me faire de films à la prochaine candidature.

Dans deux mois, je serai rentrée en France : mon billet d’avion est pour le 19 juin. Je suis arrivée à un point de ma carrière et de ma vie où je sais ce que je veux. Et je sais aussi qu’il faut parfois faire des compromis.

Et le dernier en date a été de privilégier la localisation au public – c’est-à-dire que je vais enseigner à des adolescents… et où ? A Budapest, en Hongrie pour un an minimum.

En septembre prochain, le blog sera renommé, j’aurai un Lonely Planet dans mes valises et je ne mettrai que deux heures pour arriver à destination. J’aurai un appart qui me permettra peut-être de commencer le Couchsurfing et surtout de partager mon quotidien avec mes proches, chose impossible au Canada ou en Australie. Je ne vais plus vivre en anglais, mais me heurter à la difficulté d’une nouvelle langue, d’un public moins motivé, mais je serai en Europe, et je suis contente de ma décision.

pourquoi-parce-que

Un commentaire ?

40 commentaires

  • Wow! Ca va te faire un gros changement entre l’Australie et l’une des plus belles perles d’Europe de l’Est! Et je viens de passer un magnifique week-end là-bas, comme tu l’as pu lire 😉
    J’espère que ça va te plaire! All the best!

  • Super décision ! C’est bien de savoir ce que l’on veut. Tu as raison, l’éloignement n’est pas quelque chose de facile à vivre, on a l’impression de tout rater…

    A.

  • Félicitation, j’ai tenté ma chance plusieurs fois en Hongrie, mais le salaire m’a toujours fait renoncer. Budapest, ça fait rêver ! Profite bien de tes dernières semaines australiennes puis de tes proches.

    • Je dois admettre que c’était un point négatif mais tout le reste étant pris en charge, ça me paraissait honnête. Il faut aussi que je me réhabitue à ne plus gagner des sommes indécentes… dommage, on aurait pu être collègues 🙂

  • aaah génial ! J´ai vécu trois ans à Budapest 😀 !!!
    superbe ville et des tas de choses à faire.
    tu vas enseigner au lycée français ? J´étais scolarisée là-bas 🙂

    • Oh Océanne ! Je pensais à toi la semaine dernière et je me demandais comment tu allais. Je ne savais pas que tu me lisais 🙂 tu vas bien ? (et non, je vais en écoles hongroises)

  • Wahou, toutes mes félicitations ! ça va probablement faire du bien de se rapprocher un peu pour quelques temps de la famille et des amis 😀
    Et puis, bien sûr, j’attends avec hâte tes nouvelles aventures !

    • Merci beaucoup Pernelle ! Tous vos gentils mots me motivent à rattraper mon retard, histoire de parler de la Hongrie en temps réel lorsque j’y serai 🙂

  • Ca c’est du défi ! J’ignore si tu avais d’autres choix mais c’est sûr que ça va faire un gros changement, mais c’est super en tout cas. Bon courage pour la fin en Australie et la suite !

    • Pour septembre il y avait quelques postes en Asie mais le choix a été vite fait. J’ai préféré m’engager plutôt que de vivre de longs mois d’incertitudes et d’attentes… merci en tout cas !

    • Je vais essayer ! J’ai une dose de travail assez impressionnante mais Melbourne a encore des choses à me faire découvrir.

  • 🙁 zut, pour une fois que je partais te rejoindre… On va se louper de 6 mois….
    Je t’ai pas oublié pour Budapest, je te fais un topo le plus vite possible.

    • C’est pas grave Caro, il y aura d’autres opportunités… c’est de ma faute, si j’avais fait 88 jours de ferme j’aurais eu un deuxième visa australien 😀

    • C’est renouvelable deux fois 🙂 ce qui est rare ! mais c’est l’Europe, les opportunités se créeront plus facilement. Pas besoins de visas, de permis de travail…

  • ça va te changer, ça c’est sûr… et ça tombe bien, car la vie, c’est le mouvement ! Tu vas découvrir une nouvelle façon de vivre, et j’ai moi aussi hâte de lire tes impressions sur ces pages. Profite bien de l’Australie en attendant !

  • De nouvelles aventures!

    Quand tu rentreras je serai à Toronto mais on on se verra à mon retour 🙂 J’ai hâte d’entendre tes récits de voyage!

    Bisous et bonne dernière ligne droite!

    • Merci ! J’ai aussi une amie qui va bien s’occuper de moi et c’est l’avantage d’avoir rejoint un programme, on s’occupe de tout pour nous 🙂

  • Super nouvelle !
    Mathieu a travaillé à Budapest, c’est une ville qu’on adore tous les deux ! Entre les bains, l’Opéra, les sorties, il y a de quoi faire 🙂 Par contre le Hongrois, ce n’est pas simple 😀 mais j’imagine que ça n’a rien d’insurmontable quand on veut vraiment s’y mettre.
    Si tu as du temps avant de partir n’hésite pas à venir nous faire un coucou à Canberra !
    Bises
    Sab

  • Wow c’est génial de pouvoir « choisir » comme ça ton pays, c’est vraiment excellent ce que tu fais, de passer un an ici et là! Mais ça doit pas être facile tous les jours! Chapeau!

    • Comme tu dis 🙂 ça nécessite pas mal de contraintes administratives (recommencer à zéro banque, sécurité sociale, inscriptions… et tout fermer) et personnelles mais pour l’instant, aucun regret. Je ne me vois pas du tout rentrer en France et je ne suis pas encore prêt eà choisir où m’installer.

  • ah c’est cool, j’ai hâte de lire tes impressions une fois là-bas! donc quand tu dis que tu as privilégié la destination, c’était donc une volonté de ta part d’aller en Europe? le but étant de te rapprocher de ta famille?

    • Oui je voulais revenir. Je pensais aller en Asie mais d’y avoir été en vacances m’a ouvert les yeux, à vivre ce doit être très différent… il n’y a pas que la géographie, le coût de la vie, mes copines qui se marient, le décalage horaire..