J’ai perdu le goût de la lecture.

J’ai perdu le goût de la lecture.

lecture

A douze ans je lisais Zola pendant la récréation, à quatorze ans j’adorais Malraux et au lycée j’avais dix-huit en contrôle de lecture et lisais plusieurs romans par semaine, et pas des moindres. Balzac, Aragon, Sartre, Racine, Hugo, Beauvoir, Stendhal, Zweig, Brontë, Austin, Dickens, j’ai pratiquement tout lu. Il y a trois bibliothèques Ikea pleines chez mes parents. J’allais chez Gibert au moins une fois par mois, revenant avec des sacs entiers, écumant les brocantes et collectionnant tout et n’importe quoi.

Et puis je suis entrée en fac de lettres et la lecture s’est fait fastidieuse, plus complexe et théorique. Je me concentrais sur les critiques plus que sur les mots. Et depuis que j’ai cette licence de littérature je n’ai presque plus ouvert un livre.

Ca fait trois mois que je n’ai rien lu – sauf des trucs pour le mémoire.

Et cela me manque. Je continue pourtant de parcourir les librairies, les bibliothèques. Je lis indifféremment en anglais ou en français, ce qui multiplie par deux les choix disponibles et je me suis ouverte aux autres genres que les sacro-saints classiques.

Pourtant, non. Je touche du doigt les tranches cartonnées et je ne sais plus choisir. Il y a plein de choses que je voudrais relire, comme Lolita en anglais, des auteurs familiers qui me manquent un peu (quand je suis triste, je relis Aurélien d’Aragon parce que c’est une histoire d’amour ratée qui incorpore des descriptions sublimes de Paris) et des nouvelles choses à découvrir, des auteurs canadiens peut-être, des récits de voyage, des best-sellers rive gauche.

L’été dernier j’ai abandonné mes principes et je suis passée au livre électronique. Et ce n’était pas si affreux de ne pas avoir l’objet livre. C’est peut-être une solution.

Il n’y a pas de librairie dans ma ville, je n’ai plus de carte de bibliothèque… mais un abonnement Netflix.

16 Commentaires

  1. fedora
    9 avril 2014 / 23h27

    la lecture m’a toujours accompagnée… elle est moins présente maintenant mais il a, néanmoins, toujours des livres à la maison… et puis aussi, j’en ai fait mon métier ^^

  2. Marion Moulin
    10 avril 2014 / 3h14

    je dévore de la littérature jeunesse, c’est pas long, divertissant, et en anglais ça fait une excuse pour bosser la langue!
    Et j’ai aussi adopté une liseuse éléctronique depuis 2011, ca change la vie quand on est loin et qu’on ne peut pas embarquer sa bibliothèque!
    PS: comme Crabcake, je recommande l’ombre du vent à 100%!!

  3. 9 avril 2014 / 21h30

    C’est vrai que c’est parfois dur de trouver le temps de lire tout plein de livres comme avant… Mais, c’est sans doute un passage ! Mon dernier coup de coeur littéraire, « Lombre du vent » de Carlos Ruiz Zafon. Un histoire de livre justement… Et je me suis aussi découvert une passion pour les guides touristiques que je dévore… Ce sont des livres après tout nan ? 😉

  4. 9 avril 2014 / 23h54

    Wahou tu dois en savoir des choses. Perso, j’ai une liste de livre « cultes » à lire « histoire d’avoir un peu de culture ». Voilà, j’ai une liste… Jamais attaquée ! Comme pour les films à voir. C’est fou toutes ces choses que tu as lues ! En tout cas un seul remède à ton soucis. Une plage déserte, un hamac, ton bouquin, n’importe lequel, tu ne pourras qu’aimer. 😉

    Mes nouveaux bouquins, c’est les blogs de voyage. Arf.

  5. 10 avril 2014 / 2h00

    Quand j’étais au collège, au lycée, je lisais tout ce qui me tombais sous la main. Pas forcément des classiques mais de tout. Puis la fac, le master, les lectures obligatoires et le manque de temps. Pendant des années, je n’ai pas ouvert un livre qui n’était pas en lien avec mes études. Et, enfin, j’ai du temps, pour moi, pour me faire plaisir et je dévore les livres à nouveau. En espérant que ça te fasse la même chose une fois ton Master fini…

  6. 10 avril 2014 / 2h36

    Tu devrais acheter Le goût du bonheur (trilogie) -de Marie Laberge , c’est une saga familiale en 3 tomes qui se passe au Canada et commence avant la première guerre mondiale : c’est un régal !!! Les tomes s’appellent : Gabrielle, Adelaide et Florent. ça se lit tout seul et tu apprendras plein de choses sur l’histoire du Canada pendant cette période, c’est vraiment bien écrit.

  7. 10 avril 2014 / 3h23

    Je vois parfaitement ce que tu veux dire… Lectrice compulsive que j’étais, mon goût pour la lecture s’est également envolé avec mon entrée en fac de Lettres Modernes. Trop de théorie, trop d’analyses, au point même qu’on nous impose une seule et unique interprétation d’une œuvre. Voilà ce qui me déplaisait par-dessus tout : qu’on me dicte ma façon d’interpréter un livre ! Mais tout a repris son cours avec la fin de mes études, et quel bonheur de choisir ses lectures, de lire pour le plaisir uniquement…

  8. tiphanya
    10 avril 2014 / 4h02

    Un auteur jeunesse que j’aime beaucoup (Morpurgo) racontait qu’enfant il adorait les livres. Il les feuilletait seul et écoutait avec plaisir sa mère lui faire la lecture. Puis il a découvert l’école qui voulait absolument qu’il apprenne à lire et il a rejetté tous les livres. Il aura attendu d’être adulte pour finalement réapprendre à lire.
    J’ai toujours des haut et des bas en lecture, des periodes classiques et des périodes fantasy bas de gamme… Aimer lire ce n’est pas plus linéaire qu’autre chose.

  9. 10 avril 2014 / 4h28

    Contrairement à toi, je n’ai jamais trop aimé les classiques. Mais j’ai toujours été une grande lectrice. Enfin j’étais une grande lectrice jusqu’à mon entrée en fac, d’histoire de l’art pour ma part. Au début, c’était surtout le manque de temps à consacrer à la lecture: avec l’entrée en fac, ça a aussi été l’entrée dans une vie « à soi » avec tout ce que cela comporte de temps destiné à des activités nécessaires mais pas folichones (genre, les courses). Ça a empiré lorsque je suis entrée en master d’histoire. Il y avait bien entendu le fait qu’à cette période j’ai beaucoup voyagé (4 villes en 2 ans) et aussi que je me suis mise à aller au cinéma de manière compulsive, mais c’est surtout toutes ces lectures théoriques et « scientifiques » qui m’ont achevées. Tellement achevé, que même écrire je n’y arrivais plus. Aujourd’hui, un an et demi après la fin de ce mémoire, je recommence à m’y remettre sérieusement, à la lecture et à l’écriture. Mais je suis sceptique quant au retour de la lecture comme moteur de ma vie.
    [par contre, les livres électroniques je ne peux pas. J’ai besoin du contact papier]

  10. 10 avril 2014 / 4h29

    Je te comprends, je ne lis plus non plus, mais c’est depuis les enfants…

  11. 10 avril 2014 / 7h11

    Tout pareil que toi… J´avais trois heures de transport aussi à la fac… J´ai lu tous les Penguin Classic dans le RER… Et puis je suis tombée dans les séries et j´ai cédé à cette facilité qui me permettait néanmoins de conserver mon anglais. J´ai entrepris la lecture d´un roman avant-hier, L´amant de la Chine du Nord de Duras, sensation étrange de renouer avec une ancienne habitude oubliée depuis des lustres…

    J´aime tes articles, tous… Ils résonnent toujours en moi. Merci.

  12. 11 avril 2014 / 16h26

    Je suis aussi passée par une période où je ne lisais presque plus… Pourtant, à chaque fois que je faisais l’effort d’ouvrir un livre, le plaisir que j’y trouvais me faisait me demander : pourquoi je ne lis pas plus ? Parfois, il faut se forcer un peu, juste le temps de s’y mettre (c’est pareil aussi pour l’écriture, en ce qui me concerne). En 2008, j’ai décidé de recommencer sérieusement à lire et, pour me motiver, j’ai dressé une liste de tout ce que je lisais. C’est un peu débile et superficiel comme stimulation, mais en fin de compte, ça m’a réellement encouragée à commencer un nouveau livre dès que je finissais le précédent, ainsi qu’à varier les genres (juste pour le plaisir d’avoir une liste éclectique à la fin…).

  13. Elé
    11 avril 2014 / 17h34

    La fin m’a fait mal au coeur. Je suis trop libro-conservatrice pour l’e-book… Peut-être que quand tu seras prof à plein temps et moins le nez dans les livres scolaires, peut-être qu’alors ça reviendra !
    Il y a toujours une période de l’année où j’arrête de lire. Ca tombe souvent en hiver. Après je suis d’autant plus contente d’y retourner. J’ai classé les livres de ma bibliothèque (litt. anglaise, américaine, française, biographie, philo, poésie, enfants, contes et légendes etc) et maintenant je tiens un carnet avec les livres que je lis et les dates. J’adore classer mes livres, et parfois je passe dix minutes juste à les regarder 🙂 Comme je suis sur un forum de lecture, je mets souvent mon avis à l’écrit, mais pas toujours (je me suis laissée impressionnée pour Autant en emporte le vent, et je n’ai rien écrit…).
    Malgré tout ça je ne suis pas toujours avide, j’ai plus d’abandons de lecture qu’avant, et je lis très lentement. Il y a des choses qui changent, et d’autres pas…

  14. 11 avril 2014 / 21h47

    j’etais étant petite une bien pauvre lectrice….j’ai découvert cette détente a 13 ans…pensionnaire au collège, j’ai lu avec passion tout Zola…puis Camus, puis Sartre …ai eu une note honorable au Bac alors que je n’en donnais pas cher…le besoin de lire a augmente en ;oi en grandissant…j’ai achète beaucoup beaucoup de livres a leur sortie…puis suis passée aux poches , moins chers et faciles a partager…je me suis mise a revendre chez Gibert Joseph…et maintenant je telecharge aussi…je ne sais pas comment je ferais si je n’avais pas de livres papier ou numérique. Cela est tout simplement devenu indispensable pour moi.

  15. 13 avril 2014 / 11h21

    Moi quand je lis pas je culpabilise ! En France je lisais tant avec toutes ces heures passées dans les transports combien de fois j’ai raté ma station tellement concentré sur mon bouquin. Puis quand j’ai vécu au Maroc, j’étais véhiculé plus le temps de lire…. Le soir trop fatigué pour plonger dans un bouquin… Alors depuis que je suis au Canada je suis heureuse j’ai repris mes livres, lire, raconter, partager ah la la j’espère avoir cette envie pour longtemps et qu’elle s’intensifiera…

  16. 28 janvier 2017 / 18h20

    Mon goût pour la lecture a commencé lorsque j’ai découvert Charlie et la Chocolaterie étant enfant.:p Mais je n’ai jamais été une grande fan de lecture. J’étais plutôt télévision et ordinateur. J’ai toujours aimé acheter des livres, les récupérer mais moins les lire. J’ai dû mal à prendre le temps. Avec les années et la nouvelle technologie, je suis plus facilement distraite et attirée par l’interactif. Sur Paris je lisais dans le métro mais aujourd’hui je vis là où il n’y en a plus. J’ai laissé la lecture de côté, parfois je trouve ça regrettable mais je ne sais si me forcer est la bonne solution. Je continue d’acheter des livres qui me donnent envie de lire mais ils prennent la poussière. Je rêve de les installer dans une pièce qui fera bibliothèque… o_O Bizarre, bizarre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *