Humeurs

Une histoire de montre

Quand j’étais petite j’avais une montre Flik Flak rose qui était trop belle. Mon frère en avait une aussi, bleue. Mais après, j’ai bien sûr grandi et je l’ai laissée, donnée aux petites cousines ou à un organisme de charité.

Pour mes quatorze ans, j’ai eu une montre en cadeau. J’entrais au lycée, je devenais grande. J’ai fait ma rentrée en septembre 2003 avec cette jolie montre au bracelet original, un sac Eastpak flambant neuf et un Nokia 3310…

montreCette montre,

on m’a dit dix, vingt, cent fois qu’elle était belle. Je l’ai emmenée en Angleterre et un matin, elle s’est arrêtée, sur la demie-heure. Je n’avais pas fait attention puisque je ne regardais que les aiguilles des minutes et j’étais arrivée en retard à l’école. Jersey, Canada, Australie, elle m’a suivie partout, même si je l’ai également remplacée il y a trois ans. Nouveau cadeau d’anniversaire : une montre toute noire, plus moderne et design… dont le plastique se raye facilement.

L’an dernier je ne portais pas de montre, il y avait des horloges dans toutes les salles de classe. Par contre ici la bibliothèque des enfants n’en a pas et j’ai voulu remettre ma jolie montre. La pile était arrêtée. Ce n’est pas très grave mais championne de la procrastination et des excuses toutes faites, je n’ai pas pris le temps d’aller faire changer la pile. Il fallait trouver un magasin, y aller en journée, ne pas oublier…

La semaine dernière j’ai enfin mis la montre dans mon sac, ayant repéré une boutique à côté du supermarché. Non désolée la personne qui s’en occupe n’est pas là, revenez un autre jour. Horaires, flemme… j’y suis retournée ce matin. Dix minutes plus tard on m’annonce miss, je ne peux pas ouvrir votre montre, je ne peux rien faire  – et j’étais en colère d’avoir perdu dix minutes de temps précieux quand mes cours m’attendent.

Je trouve une autre boutique en marchant vers mon école. Je m’y arrête, la vendeuse peut changer la pile. Mais elle me dit alors un couperet : votre montre est cassée, il manque un morceau de bracelet, faites attention. Elle fourrage sur son coin d’atelier mais ne trouve rien.

En la confiant aux deux femmes, je suis sûre que la montre n’était pas cassée. Je l’avais enfilée ce matin pour me rappeler à quel point elle était jolie. Vous êtes sûre, elle n’avait rien quand je vous l’ai donné. Je me fais alors engueuler devant une demi-douzaine d’autres clients : moi je répare les montres mademoiselle,  je ne les casse pas.

J’enfile la montre.
Je sors penaude, les larmes aux yeux. Ma montre est cassée.

Que cette montre soit cassée, c’est comme si l’adolescente en moi perdait un bout d’elle-même, comme une petit pièce de métal. Onze ans plus tard, il faudrait laisser partir définitivement celle que j’ai été. C’est vingt minutes plus tard que j’ai réalisé que tant pis, quelque chose de cassé peut toujours se réparer. Mais comme ça ne va pas très bien en ce moment, l’image était forte. Comme la montre, je suis un peu cassée, j’ai besoin de réparer les morceaux entre celle que je suis et celle toute neuve que je voudrais être.

Partager sur...
Article précédent Article suivant

D'autres articles

21 Commentaires

  • Répondre ja smin

    Tu sais quoi? Cela me fait penser au livre la Mécanique du coeur. Tu vas finir par être celle que tu veux, mais il va falloir t’armer de patience 🙂

    29 octobre 2014 à 22h12
    • Répondre Kenza

      Je ne connais pas, je vais voir ça, merci 🙂

      2 novembre 2014 à 21h54
  • Répondre uneexpatenchine

    Oh. Je peux tellement comprendre. Ce genre d’événement où on a les larmes aux yeux pour rien, mais parce qu’en fait il y a une symbolique…
    Prends soin de ta montre. 🙂 Et courage.

    29 octobre 2014 à 23h56
    • Répondre Kenza

      Tu as bien résumé. Merci pour le courage 🙂

      2 novembre 2014 à 21h54
  • Répondre Eva from INside-EXpat

    Comme toujours un très joli texte, émouvant, nostalgique et plein d’espoir aussi. Je pense qu’on n’est jamais vraiment quelqu’un de différent et de tout neuf. On est un joli patchwork avec des petits bouts de tout ce qu’on a été, de tout ce qu’on sera et de tout ce qu’on voudrait être. C’est ce qui fait notre richesse et notre complexité. Et dans ton patchwork il y a un petit carré rien que pour cette montre, une montre adorée, portée, un peu oubliée et puis cassée et enfin réparée pour être reportée ou rangée… qui sait? Notre patchwork, on le coud et on le recoud à l’infini. 🙂

    30 octobre 2014 à 3h14
    • Répondre Kenza

      C’est une très jolie image, je me demande ce qu’il y a dans mon patchwork ! Des robes à fleurs, du vernis à ongles, des lunettes… ça ferait un bel article 🙂

      2 novembre 2014 à 21h53
  • Répondre Pomdepin

    Ta montre et toi vous avez évolué, cette petite cassure, c’est une preuve qu’elle a changé comme tout depuis 11 ans, pas qu’elle n’est plus avec toi,

    30 octobre 2014 à 3h23
    • Répondre Kenza

      C’est joliment dit !

      2 novembre 2014 à 21h50
  • Répondre carrie4myself

    Tu ne vas pas super fort en ce moment, le fait de ne pas etre auprès des tiens et que cette montre vient d’eux ne peut t’apporter de la tristesse.
    J’ai eu ca aussi en GB 😉
    Des bisss Miss; ca sera reparable, dis le toi et …….change de magasin 😉

    30 octobre 2014 à 5h24
    • Répondre Kenza

      Oui tu as raison ça ajoute à tout cela ! Et oui pour le magasin…

      2 novembre 2014 à 21h48
  • Répondre Elé

    Je vois très bien ce que ça peut faire 🙁 J’espère que tu vas trouver quelqu’un qui pourra te réparer ses deux bobos.

    30 octobre 2014 à 5h46
    • Répondre Kenza

      J’ai un peu peur de la confier à quelqu’un maintenant ! Si je trouve une jolie bijouterie qui inspire la confiance…

      2 novembre 2014 à 21h45
  • Répondre Anonyme

    ohhh ma ptite kenza, j’ai beaucoup aime ton texte et j’ai bien ressenti ta fragilite !!! Je suis sure que tu trouveras un bon reparateur et que ta montre tu la retrouveras en attendant, toi prends soin de toi pour vite aller mieux !!! des bisous

    30 octobre 2014 à 6h04
    • Répondre Kenza

      Merci ! <3

      2 novembre 2014 à 21h45
  • Répondre Chrys

    Bonjour Kenza,
    Ca fait quelques mois que je suis abonnée à ton blog mais je n’ai jamais commenté.
    J’avoue que je suis heureuse quand je vois arriver dans ma boîte mail un nouvel article de cups of english tea. Je voulais te le dire tout simplement et cet article m’a semblé approprié. Il m’a « parlé » aussi. Nostalgie, trouver celle qu’on veut être, être émotive…être à l’étranger (expat en Afrique pour ma part). J’aime beaucoup ton style d’écriture et lire tes aventures en terre lointaine 😉
    Je ne sais pas qui est celle que tu rêverais d’être mais pour moi tu es déjà « quelqu’un » d’entier, de passionné, de « voyageur » et à parcourir ton blog j’ai l’impression que tu as accompli tellement de choses que j’ai envie de te dire, ne change pas. Tu n’es certainement plus l’adolescente que tu étais mais tu es déjà une très belle personne.

    30 octobre 2014 à 15h57
    • Répondre Kenza

      Quel magnifique commentaire, merci, ça me met du baume au coeur !

      30 octobre 2014 à 21h59
  • Répondre jaiecrit

    Oh j’ai été touchée par ce texte. Je ne l’ai pas lu tout de suite. Au premier abord, le titre ne m’appelait pas et puis je me suis perdue dans tes mots, entre tes lignes et j’aimerais te serrer fort, et aussi te murmurer a l’oreille que tout va bien se passer, que tu étais déjà une très jolie personne. Il faut du temps pour que les rêves côtoient la réalité, pour que celle que tu es deviennes ce que tu voudrais être. Mais je n’ai aucun doute, tu y arriveras, tu as toute ma confiance (et tout mon soutien). Mille bisous choupette <3 (et je suis sure que tu vas finir par pouvoir la faire réparer cette montre)

    30 octobre 2014 à 23h50
    • Répondre Kenza

      Tu es trop mignonne, merci (même si t’aimes pas mes titres, je te pardonne !)

      2 novembre 2014 à 21h44
  • Répondre Aurelie

    Tu ecris vraiment bien Kenza ! J’espere que tu vas pouvoir faire reparer ta montre des que tu en auras le temps 🙂
    Gros bisous bon courage pour les cours !

    5 novembre 2014 à 13h09
    • Répondre Kenza

      Tu es trop mignonne, merci !

      6 novembre 2014 à 10h34
  • Répondre Lucile

    Oooh je te comprends tellement ! J’etais dévastée quand j’ai perdu une montre offerte pour un anniversaire. Pas une montre chère, mais la symbolique l’était. Peut-etre essaie dans une nouvelle bijouterie, un peu moins malhonnête ?

    8 novembre 2014 à 14h59
  • Un petit mot ?

    Close