Humeurs

Etre en jupe à Paris en 2014.

A Paris, parfois, j’ai peur. Parce que je suis une fille, parce que je mets des robes courtes, parce qu’à l’étranger j’habite dans des endroits sûrs, parce que je n’ai plus l’habitude de la ville où j’ai grandi, qui m’asphyxie aujourd’hui.

Quand j’étais en deuxième année de fac, j’ai pris conscience qu’avec mes hanches et mes kilos en trop, porter des pantalons ne m’allait pas du tout. J’ai échangé les jeans contre de sages jupes droites.

Ensuite je suis allée vivre en Angleterre, ce pays où personne ne vous regarde mal, que vous ayez les cheveux arc-en-ciel ou qu’on voit votre culotte sous votre jupe trop courte, exacerbée par vos talons trop hauts. J’en suis revenue avec des vêtements fleuris, des accessoires Cath Kidston, des petites choses pas adaptées à la grisaille parisienne.

Je suis retournée au Royaume-Uni, j’ai mis du plus court, plein de fleurs, des talons de dix centimètres. Et partout, je me sentais en sécurité. Sac ouvert, téléphone ou portefeuille sur la table du bar, démarche un peu zigzaguante en rentrant seule au milieu de la nuit. Il ne m’est jamais rien arrivé.

Au Canada c’est la même chose : personne ne juge ce que vous portez. Sortir en pyjama ou en micro-robe ne fait aucune différence, les gens s’en fichent. Ou alors ils vous complimentent, vous arrêtant pour vous demander d’où viennent vos vêtements.

Depuis que je suis rentrée en France, je me sens mal. L’autre fois, un homme m’a suivi dans la cour de mon immeuble.  Sur le trottoir, dans le métro, dans la rue, je suis sur le qui-vive. Il n’a pas fallu cinq minutes la première fois où je suis sortie, après presque un an de l’autre côté de l’Atlantique, pour qu’on me siffle et me dise « oh là qu’elle est belle ».

Ou pas. J’en ai marre qu’on me dévisage de bas en haut quand je passe. Avoir une robe au-dessus des genoux et des collants opaques ne fait pas de moi un bout de viande sur le marché. J’en ai marre, j’en viens à envisager de changer ma façon de m’habiller.

Comment on pourrait changer les mentalités ?

Partager sur...
Article précédent Article suivant

D'autres articles

78 Commentaires

  • Répondre fedora

    c’est ce qui m’avait marqué à Londres… tout le monde s’en fiche de la façon dont tu t’habilles !

    27 mai 2014 à 7h01
  • Répondre mademoiselle a

    Tellement d’accord avec toi! C’est une des raisons qui fait que je ne suis toujours pas prete a rentrer en france!

    27 mai 2014 à 0h44
  • Répondre Gaou

    C’est vraiment insupportable. Et puis il y a aussi ceux qui te collent dans le métro … brrr
    C’est vrai qu’ici personne ne te regarde. C’est vraiment dommage de ne pas se sentir en sécurité dans une ville aussi jolie que Paris 🙁

    27 mai 2014 à 3h39
  • Répondre Tiger Lily

    Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu écris. C’est une triste réalité à laquelle je n’ai aucune solution à proposer.

    27 mai 2014 à 12h04
  • Répondre Blondie

    exellent article !!! Je suis petite et je vis dans la campagne mais j’aime les façon de la fille (talon haut et fantaisie). Je me sens bien dedans. mais le regards des autre m’empeche de me faire plaisir et les jupes…..mon ancien employer m’interdisait toute jupe au dessus du genou et tout fantaisie même dans mon maquillage. même encore aujourd’hui en rendez vous avec mes « pros » je me sens jugé si ma jupe est trop courte ou pire si j’ose porter de la couleur…..
    Changer la mentalité, le rêve….sauf que visiblement quand on est jeune est que on veut faire ce que nous voulons on sens bien que la société ne nous veut pas car nous rentrons pas dans le moule.

    27 mai 2014 à 12h33
    • Répondre Kenza

      C’est triste que tu ne puisses pas trop porter de couleur dans ton travail… Ca ne t’empêche sûrement pas de bien le faire !

      28 mai 2014 à 9h33
  • Répondre Lapiskotée

    Je crois que le meilleur moyen de faire changer les choses c’est de continuer à t’habiller comme tu veux et de ne pas se laisser faire… et faire attention à toi en sortant en groupe peut être…il y a un regain de féminisme qui apparaît et je pense que c’est une bonne chose!

    27 mai 2014 à 7h24
  • Répondre Marion Moulin

    Tout à fait d’accord… La différence pays anglo-saxon/ France est vraiment flagrante de ce point de vue là. La France, le pays de l’amour? plutôt des mecs en chaleur oui.
    Je me sentais aussi beaucoup plus libre à l’étranger, et mes petites robes/jupes courtes et talons ont trop tendance à rester au placard ici…

    27 mai 2014 à 15h44
  • Répondre Milie_MW

    On parle des hommes mais quand on lit certains commentaires féminins, je crois que c’est pire…

    27 mai 2014 à 17h58
  • Répondre frenchynippon

    Je comprends tout a fait. Personnellement, je n’ai jamais été très jupe / robe, justement à cause des regards qui me mettent mal à l’aise. Depuis 3 ans que je suis expatriée au Japon, j’y ai découvert des filles portant des jupes et des robes courtes, voire très courtes, et ce été comme hiver. J’ai commencé à porter des jupes, notamment en été avec les grosses chaleurs et c’est vraiment agréable de se sentir bien, en sécurité, sans avoir peur de certains regards ou de certaines remarques. ici on laisse les filles tranquilles, on ne les juge pas, on ne les siffle pas.
    Malheureusement, je ne pense pas que l’on puisse changer leur mentalité, mais il faut vivre pour soi 🙂

    27 mai 2014 à 9h33
  • Répondre Alexandra - Mademoiselle Modeuse

    Difficile comme situation en effet, et tu n’es pas la première qui évoque ce type de situation gênante à Paris, où on se sent déshabillée du regard très souvent, d’autant plus si on porte une jupe ou une robe. La solution ? Sans doute continuer à se vêtir comme on l’entend, mais être sur le qui-vive en permanence. C’est moche mais c’est comme ça, hélàs. En tout cas, ne jamais baisser les bras 🙂

    27 mai 2014 à 11h38
  • Répondre mamzellplume

    Je porte talons et jupes/robes quasi quotidiennement et c’est triste mais je ne me sens pas non plus en sécurité. Encore moins dans certains endroits comme le RER où j’ai déjà eu le droit à des frotteurs.
    Dès qu’on a les gambettes à l’air, on voit des hommes qui vous reluquent dans tous les sens comme si vous étiez un objet et qui vous prennent pour une femme facile, ça ne devrait pas exister.
    Finalement on se rend compte qu’on n’est pas libre de se vêtir comme on le souhaite.

    27 mai 2014 à 12h03
  • Répondre Roseetsonbazar

    Tout à fait d’accord ! A Paris, c’est infernal pour avoir vécu là bas 6 mois. Ca m’a même suffit. Mais est ce partout comme ca en France ? Sincèrement, j’ai envie de dire non… J’ai vécu en pleine cambrousse, c’était très rare les « dragouilles ». Aujourd’hui, je vis à Lille, ca reste aussi rare qu’on me complimente en pleine rue et quand cela arrives, cela restes généralement courtois. Alors, j’ai envie de dire : « Ouais, c’est Paris, ces mecs en chien… » et même si tout le monde ne le dira pas haut et fort, en tant que fille blanche tirant plus sur le blond côté cheveux, je me suis fais accostée bien trop souvent part des arabes ou des noirs… C’est pas pour une question de racisme que je dis cela, c’est juste vrai.

    27 mai 2014 à 12h03
    • Répondre Meili

      Je ne sais pas ce que tu cherches à montrer en disant :  » en tant que fille blanche… Je me suis fait accoster bien trop souvent par des arabes ou des noirs », mais je ne crois pas que ce soit parce que tu sois blanche ou encore moins que ce soit seulement ce type de personnes qui draguent et harcèlent des filles dans la rue. Moi-même, je ne suis pas blanche, je passe pour une algérienne ou une marocaine (alors que je suis réunionnaise) et je me fais souvent abordée par des gars qu’ils soient arabes, noirs ou européens.
      Le problème du harcèlement de rue ce n’est pas une question de couleur, c’est une question de rapports entre l’homme et la femme dans notre société actuelle. Certains hommes se croient tout permis parce que ce sont des hommes et que dans leurs têtes nous sommes des femmes qui doivent satisfaire leurs petites envies. Alors ne faisons pas dévier le débat initial avec des raccourcis du type « moi blanche je me fais draguer par des arabes ».

      27 mai 2014 à 12h20
    • Répondre Kenza

      Je n’ai parlé de Paris que parce que j’y vis, mais effectivement je suppose que c’est la même chose dans les autres grandes villes de France. Par contre, je ne suis pas désaccord, ici cela vient de tous les âges, toutes les origines… et je n’ai pas un physique de blonde !

      28 mai 2014 à 9h31
  • Répondre Marl

    Avec le printemps qui revient le sujet est dans l’air du temps. Je suis une nicoise débarquée à Paris depuis un an. A Nice, je porte des jupes sans collant de Mars à Octobre, et oui je me prends des petites remarques, mais ca reste gentil. Je réponds un poli mais firme Merci. Dans le sud, on a plus l’habitude de voir de la peau, c’est dans notre quotidien, c’est assez intégré. Mais à Paris, c’est une autre histoire. Je me sens toute nue dès que je suis en jupe. J’essaie de m’en foutre, mais je sens sur moi les regards, des hommes (des regards plutôt violeurs) et des femmes (des regards plutôt désaprobateurs, merci la solidarité féminine!)… Quand je sors le soir je prévois de mettre un pantalon ou d’en mettre un dans mon sac. C’est nul. Je n’aime pas cette sensation d’être bridée. Je m’habille pour moi MERDE. Si j’ai chaud je ne vois pas pourquoi je mettrais un pantalon. J’ai envie de lancer un collectif type journée de la jupe, pour que tous les jours et toutes les nuits du calendrier soient celles de la jupe.

    27 mai 2014 à 12h13
    • Répondre Kenza

      Je ne savais pas que le Sud était plus tolérant, ça fait plaisir. Je crois que cette idée de collectif existe déjà, il y a eu des garçons en jupe la semaine dernière et pour les filles c’est le… (recherche) 16 mai !

      28 mai 2014 à 9h32
  • Répondre Julie

    Tout à fait d’accord !
    Actuellement, j’habite à Aix-en-Provence, s’habiller en robe ou jupe courte n’est pas un problème … Quand il fait chaud !
    Mais tant qu’il ne fait pas une chaleur écrasante, ce n’est même pas la peine d’y penser … J’ai de très longues jambes (je mesure 1m80) du coup, n’importe quelle robe ou jupe parait … courte…
    Je ne compte plus le nombre de réflexions déplacées dans la rue, les regards pervers !
    C’est un problème de mentalités en France et de respect des femmes.
    Beaucoup trop d’hommes nous voient uniquement comme des bouts de viandes

    27 mai 2014 à 12h19
    • Répondre Meili

      J’habite aussi à Aix-en-Provence et je n’ai pas vraiment le même ressenti que toi. C’est vrai que quand il fait chaud et que quand je porte des shorts ou des robes au dessus du genou je me sens moins épiée que si on était en plein hiver. Mais je croise toujours certains regards malveillants. L’été dernier j’avais acheté une petite robe blanche et toute contente je l’avais mise pour une sortie entre copine, et j’ai presque regretté en rentrant chez moi car le regard d’un homme s’était beaucoup trop attardé sur moi. Mais de toutes façons peu importe les vêtements que je porte, et puis je ne mets pas si souvent des robes ou des shorts, je dois souvent faire face à des gros lourds. Pour certains hommes, qu’on soit habillée en robe courte, pas courte ou comme un sac un poubelle ne change rien. On est des femmes, c’est malheureusement suffisant pour eux pour qu’ils se permettent de nous reluquer et de se faire insistants.

      27 mai 2014 à 12h31
      • Répondre Kenza

        Je suis d’accord avec toi, parfois ce qu’on porte (même un sac poubelle) ne change rien.

        28 mai 2014 à 9h33
  • Répondre Eli

    C’était pareil pour moi en Suède… Pendant un an, pas de remarque sur ma tenue, pas de regard inquisiteur, de sifflements, peu importe la longueur de ma jupe et dès mon retour, la « mentalité française » m’a frappée de plein fouet… J’en avais également fait un article dans lequel je faisais part de ma lassitude.
    Pour changer les choses, il faudrait changer l’éducation des hommes et même des femmes, mais ça peut prendre une éternité…
    Bises, Eli

    27 mai 2014 à 12h44
  • Répondre luminouroz

    Rah, qu’est-ce que je suis d’accord, que ce soit pour les jupes ou le style tout court, on est tellement peu à l’aise en France ! Je ne mets quasiment jamais de jupes ici parce que j’ai peur, j’ai peur du regard des gens, du jugement, parce que je sais que jugement il y aura !
    J’ai vécu un an et demi à Montréal et c’était un bonheur, j’avais les cheveux de la couleur qui me plaisait, j’avais pas à cacher mes tattoos, je me mettais en jupe sans problème et ça me manque !

    27 mai 2014 à 12h57
  • Répondre Paula

    Bien dit !
    En même temps, je ne sais pas vraiment s’il y a une solution. J’aimerais me sentir libre et pas reluquée en permanence

    27 mai 2014 à 13h17
  • Répondre Moo

    Bonjour, je vois que tu es dans l’air du temps… si j’ose dire ! Eh bien un projet vient d’éclore il y a peu contre ce type de harcèlement, je te donne le lien :
    J’en fais également l’état chaque jour… Je me permets de mettre la page de mes « histoires » : https://www.facebook.com/pages/Moi-et-le-harc%C3%A8lement-de-rue/1426922884241259?fref=ts
    Le mieux ? En parler chaque jour aux amis/parents pour qu’ils voient l’étendue de ce genre de comportement nuisible. L’exposer pour le détruire !

    27 mai 2014 à 13h43
    • Répondre Kenza

      Merci pour tes liens, je vais regarder ça ! Courage !

      28 mai 2014 à 9h34
  • Répondre Jolifoulard

    J’ai ressenti la même chose quand je suis allée passer mes vacances à Londres, cette liberté et cette absence de jugement. Je ne suis pas Parisienne, j’habite à la campagne, mais c’est pareil. Moins dangereux bien sûr, mais il y a autant de jugement et d’agressivité si la tenue ne convient pas. Je ne sais pas ce qu’on pourrait faire pour changer les mentalités…

    27 mai 2014 à 13h50
  • Répondre missthelma

    c’est justement peut etre en ne changeant pas ta maniere de t’habiller que ça peut faire changer un peu les choses….
    mais bon je ne vis pas ce que tu vis donc je comprends que ça doit etre bien chiant parfois…

    devant mon boulot il y a un mec qui passe souvent et qui a un look plutot atypique : grand baraqué avec kilt, cheveux long, bottes a plate forme et piercing….
    au debut c’est clair que je me disais « sacré look » avec la remarque un peu sarcastique… et puis il y a quelques temps je me suis dit qu’il avait bien raison de s’habiller de ça si c’est ce qui lui plait… il doit en voir des regards sur lui pourtant.. dans ces cas là c’est les autres qui sont les plus cons mais lui…

    mais bon il doit faire 1,90m dc j’imagine que quand on est une fille ça n’est pas pareil…

    27 mai 2014 à 13h55
    • Répondre Kenza

      Merci pour ta petite histoire, c’est certain que le problème se pose avec la différence en général… homme ou femme !

      28 mai 2014 à 9h36
  • Répondre CoCo Moone

    Je me reconnais totalement dans ton article. Après avoir fait quelques voyages en Écosse, en Australie et en Nouvelle-Zélande, je me suis rendue compte que les français étaient très fermés concernant les tenues vestimentaires et avaient le jugement très facile…

    27 mai 2014 à 14h07
  • Répondre Marie

    Je suis désespérée de cette mentalité à la française, et résignée également. Comme toi je ne porte que des robes et des jupes, je tolère très peu les pantalons, question de confort et certainement pas de provocation. Et comme toi je supporte tous les jours ces regards répugnants, ces réflexions salées et grossières, seule, avec mes amies et parfois même avec mon copain. Et pourtant je ne suis pas provocatrice, loin de là. C’est bien ça le problème. Aujourd’hui une fille en jupe c’est une fille qui provoque. Et les mentalités ne semblent pas prêtes de changer. Mais comme beaucoup d’autres l’ont dit, lutter contre ce fléau c’est ne pas changer sa façon de s’habiller. Car cela reviendrait à donner raison à ces personnes. On est des femmes libres merde !

    27 mai 2014 à 14h15
  • Répondre Caroline

    A Toulouse, c’est un peu le même combat, du coup j’ai tendance à éviter les robes/jupes, quoique parfois j’ai eu droit à des regards me faisant passer pour un morceau de viande même en pantalon et sans forcément avec un décolleté.
    Un jour, j’étais en robe, accompagnée par un ami, et je me suis faite klaxonner par une voiture qui passait, mon ami n’a pas vraiment compris pourquoi et pourtant il me laissait pas rentrer seule.
    C’est vrai qu’on la sent l’insécurité quand même.

    27 mai 2014 à 14h17
  • Répondre Poppy

    Ah le mauvais gout de la jupe (trop ?) courte et talons de 10…si en plus vous ajoutez à ça des formes généreuses on tombe très très vite dans le vulgaire (qu’on rencontre régulièrement à Londre) même avec un motif cul-cul floral, ça ne sauve rien. Évidement avec une telle dégaine, on attire pas la meilleure partie de la faune masculine. Je suis une femme qui ne porte que des robes et jupes et même parfois courtes (sans excès, question d’élégance, notion qui fait défaut à nombre de jeunes femmes aujourd’hui’hui) et je n’ai jamais été « reluquée ». Regardée oui, des compliments, des hommes qui m’ouvrent la porte du métro et me laissent passer, oui, du tripotage, jamais (et avec mon bon niveau de boxe, il vaudrait mieux pas ^^). En France on est fermé sur le style, c’est clair, un peu de leste ne ferrait pas de mal, mais je pense que ça a du bon, il faudrait ralentir l’invasion de jeunes femmes en micro-short-culotte-cellulite-apparente-qui-se-plaint-qu-on-regarde-son-cul-qui-déborde (je ne parle pas de vous mais d’une tendance générale).
    Ce qui est drôle avec ça, et le sentiment de sécurité ressenti ailleurs, c’est que la Suède, le Canada et le Royaume-Uni font parti des pays où il y a le plus de viol déclarés…Il faut arrêter de crier à la persécution sans arrêt, parce qu’à force on ne nous écoute même plus quant il s’agit de vrais sujets.

    27 mai 2014 à 14h20
    • Répondre Camille

      Donc des femmes qui se font harcelées parce que les hommes les prennent pour leur propriété sexuelle ce n’est pas un vrai sujet ? Vous avez entendu parlé de ce jeune américain de 22 ans qui vient de tuer 6 personnes parce qu’aucune fille ne voulait coucher avec lui ? Vous avez entendu parlé de cette femme d’à peine 30 ans, qui rentrait chez elle et s’est faite agressée sexuellement dans le métro à Lille sans que personne ne bouge parce qu’elle n’avait pas répondu à un jeune mâle de même pas 20 ans qui se sentait vexé qu’elle ait refusé de répondre à ses avances ( et c’était pas d’échanger un numéro de téléphone, c’était plus explicit lyrics). Vous avez entendu parler de Jack Parker, une jeune journaliste de 25 ans qui était en jupe dans le métro ( y a pas de cellulite moche qui dépasse de son short, elle est toute fine) et là paf, un mec se baisse pour faire comme s’il ramassait sa carte de metro et paf, il lui a mis la main dans la culotte ?

      (…)

      27 mai 2014 à 19h23
      • Répondre Kenza

        Camille, j’ai édité ton commentaire. Je voudrais un peu de respect sur mon blog. Ceci dit tu as raison, ces histoires n’ont pas à être ignorées, ni les femmes tenues pour responsables de ce qui leur arrive .

        28 mai 2014 à 9h48
    • Répondre fafa nomad

      Pour avoir vécu 1 an en Angleterre, pas loin de Birmingham, je suis d’accord avec toi que certaines nana sont vraiment vulgaires voir, frisent le ridicule, surtout quand elles finissent la soirée presque le string à l’air tellement elles ne tiennent plus sur leurs talons… ceci dit je t’assures qu’à Paris et même en Province, t’as pas besoin d’être vulgaire pour t’attirer une traînée de boulets qui ont l’impression de voir un steak se balader juste parce que t’as décidé de mettre une jupe, sans fleurs, sans être ras-la-foufoune, et sans une paire de talons hauts…

      27 mai 2014 à 23h02
    • Répondre Kenza

      Poppy, la mini-jupe et les talons de 10, c’est culturel. Si vous connaissez l’Angleterre, vous avez déjà dû vous retrouver dans cette situation où en boîte ou au pub, vous avez l’impression d’être une nonne avec des vêtements trop longs, trop couvrants, trop chastes. Evidemment que l’élégance est importante, et tant mieux si cela préserve la frontière entre regards admiratifs et regards déplacés. Après je glorifie aucun pays, je parle simplement d’où j’ai vécu et de ce que je connais.

      28 mai 2014 à 9h39
  • Répondre Emilie M

    Je suis allée à Paris il y a pas longtemps quand il faisait 18°, javais un short « d’hiver » donc pas trop court un collant opaque, ni talon, ni décolleté. Pour moi, une tenue adéquat au temps sans être vulgaire ni attirer les regards. Et pourtant ! on me regardait mal, des hommes s’approchaient un peu trop prêt et m’ont traité de pute. Pourquoi ? Je suis du sud et chez moi tout le monde trouve ça normal que, dès qu’il y a un rayon de soleil les filles portent des robes et des jupes courtes… C’était la première fois que je suis allée à Paris depuis que j’étais petite et franchement, j’étais choqué de voir à quel point l’homme la bas a un comportement bestial et la femme s’en accommode…. Est-ce normal si dès que l’on porte une jupe sans pour autant être provocante on dit qu’on « cherche à se faire violer » et que si c’est le cas « on le mérite » ???!!!!

    27 mai 2014 à 14h31
  • Répondre Ginie

    Je comprends parfaitement… en France, notamment à Paris où je vivais, j’avais l’impression d’être un bout de viande, je me sentais constamment épiée/dévisagée… n’osant plus sortir en tenue « légère »… puis j’ai changé de pays et j’ai pu respirer, sans voir de regards pervers sur moi quand je mettais une jupe courte… et j’ai rechangé de pays… et toujours pas de regards insistants… Finalement qu’est-ce qui fait que la France soit ainsi ? mentalité ? pas sûre…

    27 mai 2014 à 14h37
  • Répondre Pretty Little Pirate

    Effectivement c’est insupportable, je ne suis pas parisienne mais Brestoise et je connais cette sensation de n’être qu’un simple morceau de charcuterie sur l’étale d’un marché. On vous regarde, on vous juge, on vous examine et on se permet de faire des reflexions…
    « Mignone mais un peu grosse », « regarde cette pute », « hey tu suce pour combien »…
    Une fois on m’a suivie jusque devant mon immeuble, il m’a sussuré « à bientôt ma belle » à l’oreille au moment ou je glissais ma clé dans la serrure. Je ne peux pas sortir seule le soir, je ne peux plus, je ne veux plus.
    Je ne veux pas avoir peur, même en étant en jean…

    27 mai 2014 à 15h04
    • Répondre Kenza

      Bien sûr je n’ignore pas que ça puisse se passer dans d’autres villes, c’est juste que je connais mieux Paris. Je suis vraiment désolée d’apprendre ça… courage.

      28 mai 2014 à 9h49
  • Répondre fafa nomad

    J’ai eu l’occaz de papoter avec des nanas anglaises et americaines, et une nigériane vivant à Paris. Le même constat pour toutes: Les français sont lourds et insistants avec les nenettes! Moi je vis au soleil toute l’année, donc je porte souvent des petites jupes et des shorts (mais pas avec des talons puisque je ne sais toujours pas marcher avec hihi), et quand je rentre en France, à Paris, si il fait beau je ne vais pas me gêner, ce sera aussi la petite jupe ou le short et tant pis pour les regards de travers, venant des hommes, mais aussi de certaines femmes visiblement outrées de te voir en jupe dans le métro ou dans la rue!!!!!!!!!

    27 mai 2014 à 15h17
  • Répondre Jo

    Malheureusement ce n’est pas que vrai à Paris, mais dans maintenant dans toutes les « grandes » villes françaises. Pour faire changer la mentalité il faudrait avant tout chercher et étudier les causes.
    Par contre le problème ne touche pas que la France, et semble bien plus grave, par exemple aux états unis les agressions sexuelles se multiplient sur les campus. L’article glorifie Londres , mais pourtant il y’a eu de très bons articles récents sur la multiplications des agressions en soirées, et des thèmes parfois très limites (les soirées « viols » ou « sluts »).
    Dans les coms je lis qu’en suède il n’y aurait pas non plus de problème ? Ah pourtant il me semblait d’après les dernières stats que ce pays avait pourtant bien son lot de gros problème sur cette thématique. Malheureusement je crois que les choses sont en train de beaucoup changer, mais pas vraiment dans le bon sens.
    Après il est vrai qu’en france, et à paris (comme d’ailleurs dans certains coins en belgique) la situation est dramatique et pitoyable. Perso je pense à changer de pays pour ma copine, et pour ces raisons en particuliers. Elle n’a pas à subir ça.
    Là où je vous rejoins toutes et tous, c’est qu’idéalement une femme devrait avoir le droit de s’habiller comme elle en a envie sans subir les assauts physiques, verbales ou autres de la part de frustrés et autres misogynes. Et en plus ça donne une image déplorable de nous autres les hommes.

    Ca montre qu’il a bien un gros problème sociétale derrière tout ça .

    27 mai 2014 à 15h40
    • Répondre Kenza

      Je ne glorifie pas Londres en particulier, mais mes trois années au Royaume-Uni n’ont pas du tout été marquées par e sentiment. Evidemment, aucun pays n’est parfait, et c’est une question de ressenti…

      28 mai 2014 à 9h50
  • Répondre SoCheek

    J’adore ton article!! J’adore les robes/jupes. J’en ai plein d’ailleurs mais est ce que je les portes? Non pas trop parce que tout comme toi, tout comme beaucoup trop de filles, j’en ai marre d’être dévisagée voir sifflée!
    Mais je sais pas, je sent que tout ça change. Alors qu’avant j’avais peur de riposter face aux lourds, je prends confiance en étant sûre que d’autres filles présentes, n’hésiteront pas à m’aider à les rembarrer. Et si je me retrouve seule? Ba tant pis, je prendrai mes jambes à mon cou! 🙂

    27 mai 2014 à 16h10
  • Répondre Aurélie

    Ce n’est pas à nous de nous adapter à la mentalité machiste de certains hommes! Et le pire dans tous ça, c’est que même avec une jupe aux genoux, il suffit d’être bien apprêtée et d’être seule pour avoir à faire à des lourdeaux ou pire. J’ai pris le train une fois pour rejoindre mon petit ami de l’époque, j’ai bien cru que j’allais être violée devant tous les passagers (personne n’a bougé!) tout ça parce que j’avais refusé de donner mon numéro! Heureusement que le contrôleur est passé par là à temps et a entendu les menaces des deux hommes.

    Sinon je suis bien d’accord avec fafa nomad : les femmes te regardent méchamment lorsque tu as l’audace d’être un peu sexy! Il y a beaucoup de jalousie, je l’ai constaté en observant les femmes qui épiaient ma soeur dans la rue (elle a un look assez sexy). En plus elle est assez grande donc elle ne passe pas inaperçue! lol

    27 mai 2014 à 16h16
  • Répondre Ju

    Je ne peux qu’être d’accord avec toi. Je retourne à Londres cet été et ce que j’adore dans cette ville c’est que tout le monde s’en fou de comment tu t’habilles. A Paris je trouve que se balader en jupe ou en robe ou même en short est pénible. Je ne suis pas encore et je me fais souvent aborder par des hommes d’une trentaine d’année –‘ Ces pauvres types n’ont pas compris que l’on ne s’habille pas pour se faire aborder par des abrutis dans la rue mais parce que ça nous plait et/ou qu’on a chaud. La drague de rue me donne juste de les frapper, ils s’attendent à quoi sérieux en abordant quelqu’un dans la rue ?! Ça m’en dégoûte limite de me mettre en jupe ou en robe. Et si une fille les abordait dans la rue en mode  » wesh bonhom’ t’as un joli p’tit cul vient on baise  » ils réagiraient comment ? Du coup je me balade tout le temps avec un casque sur les oreilles mais je reste sur le qui-vive et me prépare dans ma tête dès qu’un me parait louche. L’an prochain je dois prendre le métro pour aller à la fac et ça m’angoisse vraiment surtout pour les beaux jours. Le gouvernement ferait mieux d’essayer de changer les mentalités peut être avec des projets de loi plutôt que de brasser du vent… Ce qui m’avais aussi gênée c’est certaines femmes voilées ( je ne dis pas toutes mais certaines ) qui te regardent hyper mal dès que tu es en jupe courte …
    Ça en donnerait presque envie de partir vivre à l’étranger…
    Bisous

    27 mai 2014 à 16h38
  • Répondre Virginia

    Salut,
    Je suis Parisienne mais d’origine asiatique et je partage le même avis. Depuis le lycée, j’ai été confronté aux harcèlements de rue mais je n’osais pas en parler tellement que c’était « bizarre », maintenant je sais que je ne suis pas la seule et ça me rassure qu’il y ait des femmes qui se battent pour ça. Mais je voudrais souligner que la plupart des personnes qui me sifflaient, me dévisager de haut en bas, me faisaient des remarques en criant de l’autre bout du trottoir, me tapaient les fesses, étaient principalement des noirs et des arabes, tout comme Roseetsonbazar. Je ne suis pas raciste, pas du tout, mais c’est un fait. Qu’on soit asiatique, blanche, noire, … Ils osent faire des remarques et sifflements, sans honte, sans gêne. Autre fait qui m’a vraiment dégouté, c’était un père africain qui accompagnait ces 2 petites filles à l’école et qui osait dire en face d’elle : Belleeee! avec une voix et un regard pervers. Je me suis sentie salie et en même temps, désolée pour ces filles et sa femme, c’est vraiment dégueulasse… J’ai également été victime de frotteurs dans le métro et là encore, ce sont des noirs et des arabes. Et ce qui me choque encore plus, c’est que physiquement, j’ai l’air d’avoir 15 ans, je mesure 1m58 et j’ai la même tête depuis mes 14ans ans, alors je me demande s’ils ne sont pas des pédophiles et je me dis que c’est vraiment dangereux pour les collégiennes ou lycéennes de prendre le métro. J’ai également été dragué par des blancs mais c’était beaucoup plus délicat, et poli. Là, je pouvais dire merci, même si cela m’embarrassait.

    27 mai 2014 à 16h46
    • Répondre Kenza

      Je suis désolée que tu ressentes la situation comme ça Virginia… mais je ne crois vraiment pas que ce soit un problème d’origine ethnique.

      28 mai 2014 à 9h53
  • Répondre Crearine

    Bon courage! Malheureusement c’est pareil ici aussi (en Suisse). Comme je dis souvent « c’est fou comme les mecs perdent leur montre quand on se met en jupe » et ça me gave, parce que je ne m’habille pas non plus de façon provoc… juste une jupe normale, avec ou sans collants….
    C’est exaspérant ce genre de remarques, sifflement comme pour les chiens, apostrophages relous…
    Si quelqu’un a une remède miracle, je prends!

    A+
    Karine

    27 mai 2014 à 17h43
  • Répondre Claire

    J’ai grandi au bord de la mer, le shorts les minis jupes sont de mise dès que le soleil pointe le bout de son nez, j’ai eu souvent des réflexions mais bon rien du terrible. Les remarques n’étaient pas agressives, pas forcément agréable non plus mais au moins elles ne me gênaient pas trop. Aujourd’hui, je vis à Bruxelles et ça a complètement changé. Il y a quelques jours alors que j’étais en short et surtout au bras de mon amoureux, on m’a sifflé, certains ont crié (oui crier, juste à côté de moi) « Sexy », « Mignonne la petite », « Canon le short » lorsque je passais sans rien demandé.
    Est-ce qu’il faut se remettre aux jupes longues jusqu’aux chevilles ? Aux pantalons beaucoup trop larges ? Apparemment non, puisque j’ai droit à ces remarques même en plein hiver.
    Les cheveux de toutes les couleurs attirent l’œil aussi, parfois on me pose des questions dessus, je répond gentillement et avec plaisir si la personne n’est pas agressive mais le plus souvent … les remarques sont purement méchantes.
    Et si on répond ? Si on se retrouve en regardant la personne qui nous a agressé/sifflé droit dans les yeux pour lui faire comprendre que non on est pas un bout de viande, on récolte d’autres remarques. Encore. Evidemment, on a l’audace de répondre, n’importe quoi !
    J’avoue que je n’ose pas emprunter certaines rues ou aller dans certains quartier si je suis seule parce que oui, j’ai envie d’être sexy ! J’ai quand même le droit de vivre, j’aime les mini jupe qui me donnent l’impression d’avoir des jambes de 2m, les talons vertigineux qui font une jolie silhouette … Un jour, j’espère que ces personnes, hommes ou femmes parfois, se prendront une bonne claque dans la figure et arrêteront de pourrir la vie des autres !

    27 mai 2014 à 18h41
  • Répondre Mode de Margot

    Je suis vraiment d’accord avec toi, en plus de ça en France, que tu mets Jupe, Robe, Short, ou encore pantalon skinny, t’es sois une Pute ou Salope. Les gens n’ont vraiment aucune mentalité.

    27 mai 2014 à 19h30
  • Répondre Adwin

    Saillant detail peut-être: la photo est pri par une fille canadienne
    http://www.huffingtonpost.ca/2013/01/14/judgments-photo-rosea-lake_n_2472048.html (en anglais)

    27 mai 2014 à 19h40
    • Répondre Kenza

      Oui c’est vrai ! Après je ne glorifie pas le Canada, je parle simplement de mon ressenti. Je me doute bien que tout n’y est pas tout rose.

      28 mai 2014 à 9h53
  • Répondre Les critiques de Marine

    Parfaitement d’accord avec tout ce que tu dis. J’ai pas mal voyagé aussi et tout comme toi je ne me suis jamais sentie aussi en insécurité qu’en France lorsque j’ose un décolleté, une jupe ou des talons. Pour autant, faut-il se résoudre à s’habiller comme tout le monde?

    27 mai 2014 à 21h29
  • Répondre innerveeSophie

    Bonjour, réponse à madame Poppy (commentaire plus haut). « Évidement avec une telle dégaine, on attire pas la meilleure partie de la faune masculine » je cite. Selon cette brave Poppy, les femmes se font agresser car elles sont vulgaires, s’habillent mal et qu’elles le cherchent. Discours culpabilisant, mais minoritaire ici, ce qui fait plaisir 🙂 Il est clair que nous devons faire face à un grave problème comportemental de la part des hommes, mais aussi des femmes : j’avoue avoir été surprise par la réaction de mes copines en Angleterre : la « longueur » des jupes les a choquées et leurs commentaires étaient limites. L’Angleterre est la patrie de la mini-jupe ! Mary Quant l’a inventée en 1960, il y a 54 ans ! 54 ans ! Allez les filles, courage !

    27 mai 2014 à 21h59
  • Répondre vanilleetlesvernis

    coucou miss!!! c’est tellement vrai ce que tu dis!!!
    moi je vis en province et c’est pas top non plus!!
    alors que il y a 2 mois je suis partie à Bangkok avec mon chéri, et la-bas les filles sont toutes mimis, habillées court (mais ca leur va tellement bien!!) et rien, pas un regard de travers, tu es tranquille, tu te sens en sécurité en pleine rue à 11h le soir!!! et dire que j’avais pas osé prendre mon short en jeans!! :'(
    bref, c’est lamentable en France!!!
    gros bizz et bravo pour cet article, criant de vérités! malheureusement :'(

    27 mai 2014 à 22h21
  • Répondre alice

    Je ne compte plus les fois où je me suis retrouvée dans une situation délicate dans la rue, les transports en commun, ce mec qui te suit, l’autre qui t’attrape par le bras ou même le ventre, qui se frotte à toi, les commentaires sur le physique… J’ai connu ça à Paris, mais aussi en province. Pourtant, plus jeune, je m’habillais plutôt baba cool, jamais de robes ou de jupes. Je me suis même fait traiter de pute en jean pattes d’eph’ et débardeur… Dernièrement, même avec mon bébé en écharpe sur le ventre, j’ai eu droit à des réflexions. Je me souviens aussi de la fois où je me suis retournée après avoir senti une main sur mes fesses pour découvrir un gamin qui ne devait pas avoir plus de 11 ans. Aujourd’hui, je continue à porter ce qui me plaît, le plus souvent des robes et des shorts, mais je me rend compte que je me suis fabriquée une sacrée carapace quand je sors et ça m’énerve de me voir si fermée, à éviter les regards, alors que le problème ne vient pas de moi/de nous.

    27 mai 2014 à 22h47
  • Répondre mimine666

    J’ai ressenti la même chose la dernière fois que je suis rentrée en France. C’est vraiment effarant ! !

    28 mai 2014 à 4h24
  • Répondre Chupee972

    Je suis profondément choquée par un des commentaires ci-dessus… donc quand on est ronde, on a pas le droit d’avoir envie de se sentir belle? On doit se contenter des sacs à patates informes des magasins grandes tailles, sinon ça fait « vulgaire » à vos yeux et c’est normal qu’on nous reluque? On mérite de se faire traiter comme un banal steak parce qu’on est une fille ronde qui porte un « micro-short-culotte-cellulite-apparente-qui-se-plaint-qu-on-regarde-son-cul-qui-déborde »? ET C’EST UNE FEMME QUI DIT CA?
    Et bien, je vais vous en apprendre une bien bonne, une femme, qu’elle soit maigre, mince, ronde, grosse ou obèse à le droit de porter une jupe courte si ça lui chante, sans qu’on la juge pour ça. Une femme, qu’elle soit maigre, mince, ronde, grosse ou obèse à le droit d’assortir sa jupe courte avec des talons de 13cm si ça lui chante, sans qu’un gros lourd décide de lui mettre la main au cul. Une femme, qu’elle soit maigre, mince, ronde, grosse ou obèse à le droit de se vêtir comme elle le souhaite et d’exiger un minimum de respect, que cela vienne des hommes ou des autres femmes.

    28 mai 2014 à 9h06
  • Répondre rentreratelleauboutdunmois

    Une des raisons (tristes) pour lesquelles on s’expatrie… Le pire, c’est que tu deviens coupable d’oser être en jupe, tu comprends les pauvres, ça leur donne envie. Rappelez-moi la différence entre l’homme et l’animal ?

    La France, c’est chouette en vacances. Quand on ne prend pas les transports en commun.

    28 mai 2014 à 9h50
  • Répondre niphy

    S’il y avait que les hommes qui regardent mal à Paris. Je me suis déjà fait traitée de « pute » par une vieille au caniche dans le 2e… J’en suis arrivée à ne plus mettre de robes quand je prend le RER seule. J’ai l’impression que c’est vraiment typique de cette ville, car quand je rentre dans ma ville natale, Strasbourg, je n’ai aucun souci, même dans le tram.

    28 mai 2014 à 12h08
    • Répondre Kenza

      Ah oui carrément ! Les gens m’étonneront toujours… rarement en bien…

      28 mai 2014 à 12h29
  • Répondre lauween

    Pour ajouter mon grain de sable à cet article qui fait du bruit, sans parler des nombreuses fois depuis mon adolescence où je me suis faite tripoter ou siffler à mes dépends : un beau matin d’hiver, en jean-manteau-écharpe-bonnet à Aix, un conducteur qui passait à ma hauteur m’a lancé un beau « sale pute ». Va comprendre. Faut pas chercher, ce sont les autres qui ont un problème, pas nous, mais le pire c’est que nous nous sentons coupables ! Arrivée en Angleterre je me suis même demandée si j’étais moche pour les anglais vu leur indifférence ! Conclusion littéraire gauloise : « Ils sont fous ces (romains) français ! »

    28 mai 2014 à 22h07
  • Répondre Béné

    C’est pareil au Japon. De plus ici on montre volontiers ses jambes mais on cache le décolleté. Je n’ose imagine comment je vais faire lorsque je vais retourner en France pour les vacances de Noël.

    30 mai 2014 à 18h14
  • Répondre Calliframe (@calliframe)

    Un article si vrai. Je vis en Afrique, et beaucoup de filles sont à moitié dénudées sans parler des tenues moulantes. Mais elles sont tellement belles les femmes d’ici, c’est leur style, ça leur va bien et personne ne les embête. Quant à moi je me fais plus « draguée » parce que je suis blanche que parce que je mets des robes, mais ça reste respectueux ou plutôt marrant car c’est l’humour et la galanterie qui priment et si tu passes ton chemin c’est tout, on te laisse tranquille.
    Par contre à chaque retour en France, comme ici, j’ai envie de mettre des couleurs, des robes, du moulant parce que je me sens bien dans ce type de vêtements et ça ne rate jamais. Commentaires et réflexions qui te donnent l’impression d’être un morceau de viande…Ras le bol!

    31 mai 2014 à 16h09
  • Répondre mamanpipelette

    on devrait pouvoir surtout à notre époque s’habiller comme on le voudrait, c’est jolie une femme avec une jupes, robes… et ce n’est pas nous qui avons un soucis, mais EUX !!!

    1 juin 2014 à 17h34
  • Répondre smilingaroundtheworld

    J’aime beaucoup la photo.

    2 juin 2014 à 23h05
  • Répondre Ferdy Pain d'épice

    La photo est tres explicite !!! Et c’est vrai que c’est un confort que de ne plus vivre en France pour cet aspect, ici on vous fou la paix, on est libre de faire ce qu’on veut, quel pied !!! Alors j’espere que tu vas revenir au Canada, c’est tellement grand que je suis certaine que t’arriveras à decrocher un contrat dans une nouvelle ville 🙂 bisous

    4 juin 2014 à 20h02
  • Répondre Eva INside-EXpat

    Courage!!! Je comprends tout à fait ton article (et la photo est juste géniale et tellement vraie!). Et depuis que j’habite Singapour, je me sens aussi beaucoup plus libre de m’habiller comme je veux. J’ai vécu la même chose depuis mon adolescence (et encore à Paris, à part certains relous, je trouvais les regards moins pénibles qu’en province où le jean-pull informe était à la mode quand j’étais ado et sortais en jupe et bottes…). Mais c’est vrai que 2/3 fois, je me suis fait suivre aussi et que là on flippe bien sur le coup. Au final, après avoir testé pas mal de trucs, je me suis rendue compte que la méthode de rembarrage aggressive était plutôt dangeureuse pour moi, donc j’ai opté pour le gentiment niais mais safe « j’aurais adoré mais… je suis déjà en couple/trop pressé/etc… » Pas glorieux, mais je rentrais seule ET entière de soirée… Encore une fois, courage! ça ne doit pas aider à apprécier le retour…

    6 juin 2014 à 5h54
  • Répondre Anne-Laure

    Un billet criant de vérité… Et malheureusement, j’ai eu exactement le même ressenti en rentrant de Montréal. Depuis 3 ans, mes shorts et certaines de mes robes restent dans le placard ; je ne mets des jupes que quand je sors avec le chéri. C’est une part de notre liberté quotidienne qui nous est enlevée. C’est fou ça, dans le pays des droits de l’homme. Le comble !
    Si je suis heureuse de retourner au Québec dans quelques mois, ce n’est pas que pour ça ; mais ça y contribue !

    24 juin 2014 à 14h03
  • Répondre Marika

    Il faudrait préciser qu’à Paris il y a des quartiers plus courtois que d’autres. Perso je n’ai plus du tout de soucis depuis que je vis dans un quartier plus tranquille et familial, je me balade en micro short sans crainte à toute heure du jour ou de la nuit, été comme hiver. Je n’ai jamais été inquiétée ni suivie. Par contre si je dois me rendre dans un quartier plus populaire c’est l’enfer : insultes, mecs collants à la limite de l’agression… et là du coup je vais réfléchir à la façon dont je m’habille. Le pire c’est que parfois on est harcelées même en jeans baskets..! Certains hommes ont juste un problème avec la représentation qu’ils ont de la femme…

    24 juin 2014 à 15h50
  • Répondre Patrick

    Respect … Mais le plaisir de vous regarder admirer vous les femmes que nous aimons
    Amitié d’un homme mur admiratif et voyeusement … Respectueux

    9 juillet 2014 à 8h38
  • Répondre Anonyme

    D’un côté, ce serait presque enviable lol… tellement les hommes sont « asexués » au Québec lol… bon, je plaisante… j’ai connu ça en France…. et oui, c’était rasant… de se faire siffler, interpeller…. même pour se faire dire qu’on est belle et sexy…!. Cela me fait un drôle de feeling de lire ça, j’avais quasiment oublié…. tant ici on passe inaperçus je trouve… mais bon, les extrêmes n’étant jamais bons… le juste milieu serait et de pouvoir se promener en short…. et de pouvoir être admirée au niveau du visage et pas juste des jambes lol….

    11 juillet 2014 à 3h31
  • Répondre Miss-Apple37

    Je n’ai jamais porté de jupes ou robes, mais cela ne m’a pas empêchée d’être sujettes aux remarques et sifflements. Je me dit que cela doit être encore plus difficile quand on aime porter ces vêtements, le fait de se poser la question avant de sortir, appréhender… Je suis en Touraine depuis 2007 et je n’ai jamais subi ce genre de situation. Mais par solidarité et pour ces années passées où cela m’est arrivé, j’ai acheté un débardeur pour soutenir l’association “Colère: nom féminin”. Connaissez-vous ? “Parce qu’il n’est pas normal d’avoir peur de marcher dans la rue.”

    30 juillet 2014 à 22h14
  • Répondre Marie

    Excellent article ! Il faut parler de ces choses !! Et je me suis rendu des mêmes choses que toi : pourquoi est-ce si difficile en France alors que outre-atlantique, il n’y a aucun soucis à s’habiller comme on veut… Pourquoi la jupe a-t-elle cette image en France et pourquoi n’est pas simplement un symbole de féminité, quelque chose de juste joli et agréable..

    1 février 2017 à 10h17
  • Un petit mot ?

    Close