Enseigner le français à l’étranger #1 : Amsterdam

Nouvelle rubrique sur le blog ! Je comptais vous faire participer à cet espace via des interviews mais je ne savais pas quel angle leur donner…. jusqu’à ce que l’inspiration me vienne : j’aime lire des récits de voyage, d’expatriation mais aussi des récits d’école. Donc je vais désormais vous proposer des témoignages de profs de FLE expatriés et enseignant à travers le monde ! Même si je suis en plein ras-le-bol professionnel (promis, je vous raconte tout dans quelques semaines) enseigner le français à l’étranger peut prendre des aspects très variés et comme vous êtes beaucoup de profs, confirmés, futurs ou aspirants, à me lire, ces récits seront sûrement enrichissants. 

Pour cette première édition, il était normal pour moi d’inviter celle qui m’a donné envie de faire ce métier : ma copine Claire. On s’est rencontrées virtuellement sur un forum pour assistants en Angleterre en 2009 avant que je ne prenne le train pour la voir à Manchester. Elle vit désormais à côté d’Amsterdam où elle a ouvert l’été dernier sa propre école de français.

 

Enseigner le français à Amsterdam

 

Pourquoi habites-tu aux Pays-Bas ? Est-ce ton premier pays d’enseignement et d’expatriation ?

J’habite aux Pays-Bas depuis 2011 à cause ou grâce à (c’est selon les jours) mon amoureux qui est néerlandais.
Avant, j’ai habité plus ou moins longtemps en Irlande, au Burkina Faso, en Angleterre et en Allemagne.

 

Comment es-tu tombée dans le FLE ?

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu cette idée d’enseigner. Quand en seconde, j’ai des doutes quant à mon choix de faire L (parce qu’au vu de mes résultats, il paraissait qu’il « fallait » que j’aille en S), je suis allée voir une conseillère d’orientation qui m’a donné un fascicule « les débouchés des études de lettres » et il y avait un article sur les profs de FLE. Moi qui disais petite « je me marierais avec un étranger », ça m’a paru parfait. J’ai un peu oscillé en rentrant en fac de lettres, je me suis demandée si je devais rentrer dans l’Éducation Nationale mais mon séjour d’au pair en Irlande m’a convaincue : je voulais vivre et enseigner à l’étranger.

 

Quelles sont les spécificités éducatives des Pays-Bas ? Est-ce difficile de venir y enseigner ?

Vaste et difficile question que la première… Je travaille majoritairement hors de l’éducation nationale néerlandaise, j’ai d’ailleurs depuis peu fondé ma propre école de langue. J’ai une vision de l’enseignement en primaire et secondaire très limitée mais je peux dire que les Néerlandais sont des gens assez directs (ils viendront te dire si le cours ne leur convient pas), assez portés sur les langues étrangères (même si hors de l’anglais, leur niveau est très variable) et souvent connaisseurs de la France (et des petits villages paumés et leur camping…).

Venir enseigner ici n’est pas forcément difficile, c’est l’Europe et puis, on n’a pas besoin d’y parler la langue pour s’intégrer et les gens qui veulent apprendre le français sont nombreux. Après, comme partout ailleurs, la question du statut et d’y faire son trou se pose. Ce n’est pas l’eldorado non plus et ça devient forcément plus facile quand on parle la langue et/ou quand on a un réseau.

 

Et sinon, quel est ton ressenti sur ce pays ? Y travailler, s’y intégrer, se faire des amis, au niveau de la langue… ?

J’aime aujourd’hui beaucoup vivre aux Pays-Bas. Cela n’a pas toujours été facile car c’est un pays que je n’ai pas forcément choisi et le premier où je suis arrivée sans date de départ. De plus, au début, j’ai eu une relation conflictuelle avec la langue et je trouvais difficile de me former un cercle d’amis hors connaissances du travail (et pourtant, je vis avec un néerlandais). Mais j’ai appris peu à peu à m’intégrer. J’adore travailler avec des Néerlandais, c’est clair, précis, on peut discuter et prendre des décisions ou des compromis facilement.

Et j’adore aussi Amsterdam et sa mentalité un peu folle ; même si en n’y vivant pas, je me suis rendue compte que ce n’était pas représentatif du reste des Pays-Bas…

 

As-tu un blog ? Des réseaux sociaux où on pourrait te suivre ?

Je n’ai plus de blog perso, je suis chroniqueuse sur le blog Sous Notre Toit où je parle entre autres de mon expérience d’entrepreneuse. Mon pseudo y est Claire Gezillig. On peut aussi me trouver sur Instagram sous ce nom.

Sinon, on peut me suivre sur les différents réseaux sociaux via les comptes de l’école que j’ai co-fondée au printemps dernier : sur le site, Facebook, Twitter et Instagram.

 

Enseigner le français à Amsterdam

 

Vous voulez participer ? C’est facile, envoyez-moi un mail ! Pas de critères, que vous soyez assistant-e, prof, ou même au chômage, tant que vous faites du FLE tout me convient ! J’espère que cette nouvelle rubrique vous plaira et merci Claire !

20 Commentaires

  1. Claire
    30 septembre 2016 / 8h56

    Ravie d’avoir eu la chance inaugurer cette catégorie… Et ça me touche toujours vachement quand tu dis que je t’ai donné envie de faire ce métier 😉

    • 1 octobre 2016 / 12h12

      🙂 – mais je ne sais pas combien de temps l’envie va rester ! (oups)

  2. 30 septembre 2016 / 9h49

    Pour avoir travaille a Maastricht, je plussoie; les néerlandais sont…. particuliers!
    Merci pour cet interview 😉

    • 1 octobre 2016 / 12h12

      Une amie vient de s’installer à Maastricht justement, j’y vais dans deux semaines 😀

  3. Diane
    30 septembre 2016 / 10h20

    J’adore cette nouvelle rubrique, c’est très intéressant d’avoir des visions et des expériences différentes!
    J’espère que cela va s’arranger pour toi et attends ton article avec impatience!

    • 1 octobre 2016 / 12h13

      Je trouve aussi, ça va permettre de parler voyages et éducation, ma combination préféré !
      Promis, je raconte tout dès que je ne suis plus sous contrat.

  4. 30 septembre 2016 / 10h50

    Tu as des problèmes de boulot, ou jsute un passage à vide vis à vis de l’enseignement? Ça fait plus de un an que j’ai arrêté et ça me,manque d’être dans une salle de classe,par contre pas les préparations, les parents élèves ni les instits!
    Sinon,très sympa, ta nouvelle Rubrique!

    • 1 octobre 2016 / 12h14

      Un peu les deux, c’est lié en fait. J’ai trouvé du travail sans aucune difficulté mais les conditions sont tellement déplorables, ça me donne de plus en plus envie de tout laisser tomber.

  5. 30 septembre 2016 / 11h15

    Une nouvelle rubrique très sympathique ! Je connaissais Claire via ces articles dans Mlle Dentelle et Sous notre toit, c’est intéressant de la lire dans un autre contexte 😉

    • 1 octobre 2016 / 12h24

      C’est rigolo que tu la lises déjà ! on est copines depuis longtemps, je vais lui rendre visite à la fin du mois !

  6. 30 septembre 2016 / 11h58

    Super rubrique. Suite à mes déconvenues à partir travailler en Chine, je dois dire que j’ai de plus en plus de mal à me motiver à faire du FLE. Mais quand je vois ce que Claire fait avec son école, ça me donne envie de retourner face à une classe !

    • 1 octobre 2016 / 12h26

      Je commence de plus en plus à penser que l’entreprenariat est la meilleure façon de s’en sortir. Une autre copine viendra témoigner de son cheminement similaire..

  7. 30 septembre 2016 / 21h45

    Une nouvelle rubrique très intéressante 🙂

    • 1 octobre 2016 / 12h27

      Merci ! J’espère que ça va marcher en effet !

  8. 1 octobre 2016 / 0h04

    Je vais suivre, parce que même si je n’enseigne plus (j’ai été prof pendant quatre ans à Ottawa), j’aime bien cette idée de survoler les différentes spécialités de l’éducation à travers le monde. Bonne idée!

    • 1 octobre 2016 / 12h29

      Merci beaucoup Zhu ! Je ne sais pas si je vais réussir à enseigner quand je reviendrai vivre au Canada… tu as des conseils ?

      • 3 octobre 2016 / 0h41

        Oui, plein 😆 (Faut jamais me tendre la perche, je suis madame conseil, autrement dit une chieuse :lol:)

        Ne te gène pas pour m’envoyer un courriel, je te filerai des tuyaux. Tu serais dans quelle ville, a priori?

  9. 1 octobre 2016 / 19h12

    Géniale cette nouvelle rubrique ! Je suis vraiment fan du concept, ça permet d’en apprendre plus sur les revers de ce beau métier. 🙂 xx

  10. Lea
    1 octobre 2016 / 22h14

    Apres avoir bien gagné ma vie avec ce métier je me le suis fait voler par mon ex. Depuis je vais de galère en galère. Êt Jai épuisé mes économies pour voyager et trouver de l’oxygène, Car la vie de prof de Fle en France ne paye pas êt me tue. Aujourd’hui je suis arrivée au bout de mes économies. Cumulant trois emplois je ne joins pas les deux bouts et me prive de tout pour survivre. Ma santé est à bout êt cest fini pour moi le Fle ma tué. Pourtant j’aimerai tant avoir un job payé pour vivre aux pays bas ou en pays nordique mais je n’ai pas de réseau et sans celui ci cest peine perdue. J’ai l’impression d’avoir tout râté. Je suis trop vieille pour etre assistante et ca me désole. J’aimerai tant revivre et repartir.

  11. 8 octobre 2016 / 17h53

    Cool cette rubrique ! Je ne suis pas prof (ô grand jamais !) mais je trouve super intéressant de lire des expériences différentes ! Une de mes amies est assistante de français aux USA (elle l’a été aussi en Irlande) et adore ce qu’elle fait, je ne voyais ce métier qu’à travers elle et toi aussi du coup, mais il y a tellement de facettes et d’expériences différentes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *