Humeurs

Deux mille treize

Article mis à jour le

Je suis un peu en retard mais j’ai eu cet article dans la tête comme une ritournelle qui ne s’en allait pas. A la volette. J’ai tourné et retourné les mots dans des bus, dans des rues, silencieusement. Il est temps de l’écrire, avant de raconter et illustrer le voyage.

Dans le bilan de 2012, dans la petite chambre parisienne, j’écrivais : « c’est juste une marche progressive, mais je ne suis pas encore trop sûre vers quoi »… et si j’avais su !

Si j’avais su… que je vous écrirai ça, à vous les anonymes de plus en plus nombreuses, les fidèles et les plus occasionnelles, dont les petits mots me font toujours sourire (merci) et que j’aurai un blog de plus en plus digne de ce nom avec de vraies statistiques et pas mes copines qui cliquent pour me faire plaisir.

Si j’avais su… que j’écrirai ce bilan en revenant d’un voyage extraordinaire. Je ne suis ni la première, ni la dernière à faire ce genre de choses. Mais il y a trois cent soixante-cinq jours, je n’aurais pas été capable de prendre un sac à dos, une dizaine de billets, aller de canapé en canapé et voyager seule pendant un mois.

Si j’avais su… que je quitterai mon job (à vrai dire ça je m’en doutais un peu) pour arriver un peu par hasard ici au Canada, dans cette petite ville qui est chez moi. Home. Si j’avais su que le nouveau job serait décevant, j’aurais peut-être hésité davantage. Ou pas. Il était temps de partir.

Si j’avais su… que je me battrai et me réconcilierai avec mon corps. Le plus bel été, et les trois mois de jambes nues, de robes courtes, de plages. Dévoiler toujours plus, mettre des talons d’anglaise, découvrir la salle de gym, perdre trop de kilos pour un garçon, les reprendre un peu, au gré du temps, mais ça n’importe plus vraiment.

Si j’avais su… que je retrouverai étreintes, baisers, corps et draps froissés. Que je n’aurai plus peur, ni des mots ni des actes, et que je sais ce que je vaux et veux.

Si j’avais su… je n’aurai pas vécu tout ça avec la même force. J’ai dansé, chanté, trop bu, fait des bêtises parfois, écrit trop ou pas assez, chassé des fantômes, corrigé des copies, voyagé, pris des trains des ferrys des avions et des bus, perdu des amis mais gagné de nouveaux, changé d’accent et de pays, embrassé, caressé, repoussé, enseigné, menti, dit la vérité, eu les cheveux roses, fait du 36, fait des valises, dit des au revoir des à bientôt des à jamais.

Je ne sais pas ce que 2014 peut m’apporter, je ne veux qu’un job pour le printemps dans un pays où il ne fait pas trop froid si possible. Le reste, quand je me regarde dans le miroir, quand j’entends tous ces compliments, j’y crois de plus en plus et j’aime celle que je suis devenue.

Et la photo de petit déj parce que c’est pour commencer la journée, et qu’on commence une nouvelle année. Logique non ?

French breakfast

Un commentaire ?

19 commentaires

  • Quelle année incroyable ! Félicitation pour tout ce chemin qui se déroule devant toi. Je n’ai pas la moitié de ta force et tu me laisses rêveuse.
    Bonne continuation, Et tu as raison pour le soleil, rien ne vaut un déjeuner en terrasse, en tshirt, en janvier ! (et je ne suis qu’en Sicile, donc au bout d’une heure, l’instant de grace est passé et les pulls enfilés)

    • Merci. Mais toi, comme Claire, vous avez choisi un chemin différent, celui de la relation et de l’engagement… et ce que tu fais avec ta famille en ce moment force l’admiration aussi !

  • quand je lis ça, j’ai un grand sourire et ça me fait du bien.
    Je suis tellement heureuse que la vie t’enchante et que tu oses vivre tout ça.
    Ça me rappelle un article que tu avais écrit sur ton blog quand tu étais en Angleterre, après ma visite (fais une pause et part dans tes archives…), le dimanche 14 mars 2010, tu disais : « C’est surtout samedi, en l’écoutant parler, que j’ai compris à quel point ma vie ne servait à rien (non j’exagère à peine). Parce qu’avoir accompli à pas vingt-deux ans autant de projets ça laisse rêveur. » Je n’étais pas déjà vraiment d’accord à l’époque mais maintenant, je parle souvent de ma copine qui après avoir été sur une petit île de la manche, a eu le courage de s’expatrier au milieu du grand nul part (et ce n’est pas négatif !) et de faire seul un grand tour des états-unis… C’est ma vie qui parait un triste là 😉

  • ahah en réponse aux commentaires ci-dessus: je suis rentrée en France mais juste pour les Fêtes 😉

    bref, joyeux 2014, j’aime beaucoup ton bilan de 2013, on voit que tu as sacrément évolué en 12 mois 🙂

  • Ouah ! Je découvre ton blog depuis quelques semaines seulement, et je suis surprise de voir tout ce que tu as accompli. Sincèrement cela me donne envie. Moi aussi j’ai quitté pays/famille et j’aimerai devenir une femme nouvelle et forte. Alors tout ce que je te souhaite est que 2014 soit à ton image. Bonne année 🙂