Bilans

Deux mille quatorze

Cet article attendait dans mes brouillons. L’envie d’écrire et de vous montrer va revenir. Je pense aussi faire un certain écrémage. Les blogueuses qui ont continué leur vie sans aucun message sur la situation en France, je n’ai plus envie de les suivre.

2014.

Cette année a commencé à New York et a fini à Melbourne. Cela représente bien la chance que j’ai et la vie un peu étrange que je mène. États-Unis, Canada, un jour en France, Islande, un mois à Paris et un aller simple pour l’Australie. Je n’ai pas arrêté.

2013 a été une année de découvertes et de paris et je pense que ne pas avoir le même rythme tout au long de cette année m’a un peu frustrée.

En fait on pourrait diviser 2014 en trois périodes : le Canada, Paris, Melbourne. Avec beaucoup de larmes au milieu. Je ne voulais pas partir, mais il a fallu. Mon permis de travail n’était pas renouvelable et mon job était tellement ennuyeux..

Quatre mois là-bas, et mes yeux ne se sont pas fermés une seconde dans les avions pour revenir. Quelques jours en Islande et les mêmes problèmes familiaux qui vont et viennent, avant de passer un mois assise sur une chaise devant mon écran. J’avais plein de projets parisiens, je n’en ai réalisé aucun. 130 pages plus tard je déposais ce mémoire tant critiqué à la Sorbonne et quelques jours après j’avais 13/20.

Finir huit ans d’études n’est pas anodin. C’est avoir trop de temps libre d’un seul coup. Je me suis occupée de ma manière préférée : partir.

Melbourne était pleine de promesses. Amis d’amis, ville la plus agréable au monde, un job que j’aime. Mais très vite je me suis enfoncée dans une routine dangereuse et j’ai mal fait certaines choses.

À chaque fin de contrat j’ai un moment de panique et la peur du rien me fait postuler à tout et n’importe quoi. Mais j’apprends doucement. Et j’ai trouvé un poste en or pour début 2015. La chance est avec moi professionnellement, à défaut de l’être socialement.

Mes amies parisiennes sont toujours là, et ceux du Canada bien trop loin. Par contre ce sont les blogueuses qui sont entrées dans ma vie : Jasmin à Toronto et Fabienne à Paris en attendant le Cambodge. À Melbourne c’est après un message ici que j’ai rencontré des gens et c’est tellement naturel – même si je ne peux pas m’empêcher de demander si l’image que je renvoie correspond à celle des mots.

Travel. Teaching. Thesis peuvent résumer mon année. J’ai l’impression d’écrire avec un peu de mélancolie et pourtant tout va bien. Je me sens un peu seule lors de ce voyage qui commence mais cela passera.

Aujourd’hui le 13 janvier je pense à Paris et que j’aurais aimé participer à la marche. Peut-être que l’unité dont la France manquait va revenir. Je suis prête pour l’après et défendre ce qui doit l’être.

IMG_0017.JPG

Partager sur...
Article précédent Article suivant

D'autres articles

17 Commentaires

  • Répondre Carole

    « Les blogueuses qui ont continué leur vie sans aucun message, je n’ai plus envie de les suivre »… Aucun message sur les évenements à Paris tu veux dire?

    13 janvier 2015 à 14h08
    • Répondre Kenza

      Oui pardon. J’édite.

      13 janvier 2015 à 14h12
      • Répondre Carole

        C’est pas un peu fort comme raisonnement? Je n’en ai pas parlé sur mon blog car il n’est pas politique ni actualité. Ca ne veut pas dire que ces évènements ne m’ont pas touchée, au contraire…

        13 janvier 2015 à 15h35
        • Répondre Kenza

          Oui peut-être mais j’ai vu des choses qui ne sont pas passées. Ajoute les réseaux sociaux à mon raisonnement. Toi, tu en as parlé sur Facebook et Instagram donc je sais que ça t’a touché aussi. Pas besoin nécessairement de bloguer longuement sur le sujet ni de verser dans le pathos, certains ont choisi le silence et je respecte ça. Mais j’ai du mal avec les selfies plage le jour même et hauls shopping… On en a parlé sur bellocoton et oui bloguer sur autre chose fait que la vie continue. Mais bloguer directement sans un mot, je ne cautionne pas. Opinion personnelle évidemment. Désolée si je t’ai blessée, ce n’est pas le but (unité…)

          13 janvier 2015 à 15h41
  • Répondre Pomdepin

    Je ne sais pas…c’est un deuil et chacun réagit différemment, certains ont besoin d’extérioriser (j’en ai fait partie, en essayant de me retenir) et d’autres pas…je ne sais pas trop quoi penser en fait.

    13 janvier 2015 à 19h23
  • Répondre saradarrigrand

    Chacun réagit à sa façon et exprime ce qu’il ressent comme il peut. Ce n’est pas parce qu’on n’en parle pas sur le net qu’on n’est pas touchés par les événements de la semaine dernière…
    J’ai été très touchée par ces événements aussi, mais je n’ai pas su trouver de mots pour les réseaux sociaux et pour écrire un article sur le blog… Et ça ne veut certainement pas dire que je ne me sens pas concernée ou que je n’ai pas été touchée…

    14 janvier 2015 à 17h33
    • Répondre Kenza

      Bien sur Sara. Et même si je n’ai pas toutes les blogueuses sur Facebook toi je t’ai et le silence vaut autant que des mots. Je ne critique pas l’absence de réaction.

      17 janvier 2015 à 19h23
  • Répondre Josiane-Josy Bayard

    c’est vrai que si on n’en parlé pas, le silence s’imposait, beaucoup de blogs que je suis l’ont fait.
    http://lachataignesauvage.over-blog.com/

    14 janvier 2015 à 22h39
    • Répondre Kenza

      Merci pour ce résumé juste Josiane !

      17 janvier 2015 à 19h48
  • Répondre jaiecrit

    Je trouve dommage que sur un si bel article, les précédents commentaires ne retiennent que le début. Je trouve cette année en demie teinte mais riche en découverte et voyages. Quand on se cherche, c’est comme ça qu’on se trouve (et je suis un peu dans la même démarche). et puis <3 <3 à tout bientôt !

    15 janvier 2015 à 23h27
    • Répondre Kenza

      (Merci)

      17 janvier 2015 à 19h48
  • Répondre apprendreallemand

    Personnellement, et comme Carole, je n’ai pas voulu non plus en parler sur mon blog, cela aurait été totalement hors sujet…je ne voyais pas du tout comment l’aborder! J’ai simplement affiché sur ma page Facebook un « ICH BIN CHARLIE », mais ne voulais pas aller plus loin et entrer peut-être dans des débats politiques avec mes lecteurs. J’ai laissé ça à ma page personnelle, non liée à mon blog.
    Bref ! J’espère que tu ne seras pas aussi stricte que tu l’as dit ! En ce qui me concerne, je continuerais à lire tes posts 😉 Bonne journée,
    Laure

    16 janvier 2015 à 19h59
    • Répondre Kenza

      Merci pour ton message et ta compréhension. Je repète effectivement qu’on a tous eu des façons différentes de gérer ça et je comprends aussi que certaines n’aient pas voulu en parler publiquement. Mais ce que je critique, ce n’est pas l’absence de réaction publique, c’est d’avoir continué ses activités photo-blog-résequx sociaux comme si rien ne s’était passé, je trouve ça déplacé mais comme certains peuvent trouver mon propos ici déplacé. L’unité n’est pas encore là… Mea culpa.

      17 janvier 2015 à 19h48
  • Répondre Sabine

    Je te comprends Kenza.
    Personnellement, j’ai écrit même si je tiens un récit de voyage et que je me suis posée la question de savoir si c’était bien l’endroit pour m’exprimer mais au final ce n’est pas un débat politique et où le faire sinon ? Je pense que si j’ai la liberté de blogger, c’est parce qu’en France nous avons une chance inouïe. Je ne sais pas si vous le savez mais la vente du Charlie était interdite en Australie, ici il y a des lois de censures que l’on imaginerait même pas en France, contre les lanceurs d’alerte notamment qui risquent la prison.
    Bref, je trouve que la liberté d’expression cela nous regarde tous et toutes, au delà des clivages socio-politiques, surtout nous qui prenons la plume, même modestement et qu’un mot ou un le silence s’imposait pour défendre nos droits.

    22 janvier 2015 à 18h29
    • Répondre Kenza

      Non ! Je l’ai vu scanné sur le groupe des Français à Melbourne mais je ne savais pas…

      22 janvier 2015 à 19h05
  • Répondre Croco

    Bonjour Kenza,
    Je trouve ton blog intéressant, certaines analyses sont pertinentes mais je suis interpellée par ta réaction concernant les attentats, il me semble que tu juges un peu vite les gens. Je ne suis pas une blogueuse, cependant quand tu dis « Les blogueuses qui ont continué leur vie sans aucun message sur la situation en France, je n’ai plus envie de les suivre », je me sens visée, car ne me revendiquant pas « Charlie », j’ai l’impression d’être jugée sans procès, d’où ce message où je souhaite donner ma vision des choses et rappeler certains faits.
    Bien que condamnant les attentats, il est hors de question de prendre part au mouvement Charlie qui n’est pour moi qu’une mascarade.
    « La liberté d’expression a été attaquée », selon notre gouvernement et l’opinion générale. Seulement, il serait temps de s’en rendre compte, qu’en France, pays autoproclamés de la liberté et des droits de l’Homme, la liberté d’expression est bafouée. Sur un classement de 180 pays, la France ne se hisse qu’à la 49ème place. Et pour cause : des journalistes sont licenciés quand ils ne posent pas les bonnes questions à Manuel Valls. Alors qu’en 2008 on descendait dans la rue pour scander « nous sommes tous les Palestiniens », on n’a plus le droit de critiquer Israël ce qui est considéré comme de l’anti-sionisme ce qui est désormais assimilé à de l’anti-sémitisme. Tous les amalgames possibles et inimaginables sur une population, sa religion, son appartenance à un pays ou une terre sont fait, par les médias et les politiques eux-mêmes. La liberté d’expression existe pourvu qu’on ne donne qu’une version des faits : pourquoi une position aussi tranchée sur le conflit Russie-Ukraine? Pourquoi les médias livrent-ils une version si manichéenne où Poutine serait le méchant? La situation n’a rien à voire avec celle de la Corée du nord. N’a-t-on jamais appris que rien n’était tout noir ou tout blanc? Je ne peux pas croire que les Russes, qui ont une culture, une civilisation, des arts aussi raffinés sont tous des imbéciles heureux d’avoir un dictateur sanguinaire au pouvoir. Pourtant, c’est bien la seule chose que les médias relaient. Ont-ils relayés qu’un député Ukrainien avaient alerté à l’avance sur les évènements de Maidan qui allaient survenir en 2014? Il y a un black out total dans les médias francophones concernant le suicide mystérieux du commissaire Helric Fredou, chargé de l’enquête sur les attentats de Charlie hebdo, le 8 janvier à 1h du matin, soit quelques heures après les attentats. La famille n’ont même pas eu accès aux conclusions de l’autopsie ! La liberté d’expression en France est toute relative, donc ce n’est pas un seul évènement qui est caractéristique du manque de liberté d’expression en France.
    Charlie, un mouvement « républicain » et spontané ? Non, je ne le crois pas. Nous sommes libres de défiler à tel lieu à tel heure. Le mouvement « Charlie » est apparu juste après les attentats, et quel recul en avions-nous ? Aucun. La peur et la colère sont des réactions épidermiques alors que le problème est profond et que nous n’avons pas toutes les clés pour le comprendre. Qu’est ce qui se passe lorsque qu’on joue avec les émotions des gens (ici l’assassinat de journalistes) ? Nous sommes extrêmement manipulables. On peut même nous faire croire qu’on a retrouvé la carte d’identité d’un des auteurs dans la voiture qui les a transportés. On lance une manif pouvant mobiliser dans la rue des millions de personnes dans la rue, sur le plan sécurité, il est certain que c’est très intelligent… On crée un « esprit du 11 janvier » où l’on va tous dans la même direction (celle que l’on nous a désignée). Des millions de Français défilent aux côtés de Merkel, Valls et Taubira, ceux-là mêmes qui mènent une politique détestable, qui sont indirectement responsable des attentats ! Et oui, si Taubira n’avait pas décidé de vider les prisons, les frères Kouachi seraient encore derrière les barreaux. Les politiques d’immigration sont tellement mal gérées qu’on crée des ghettos, des gens qui se dressent les uns contre les autres qui se détestent et qui commencent à s’affronter. D’ailleurs, puisque tu es prof de FLE, tu en es un témoin direct : quelle politique est mise en place pour l’intégration des migrants ? Une éducation de la population locale ? La valorisation du statut des professeurs de FLE, qui prennent la peine de former sur le plan linguistique et sensibiliser sur l’interculturel, en leur attribuant un salaire qui vaut la peine de se lever le matin ?
    La peur suscitée par les attentats ne vont servir qu’à imposer de nouvelles restrictions stupides qui vont à l’encontre de la liberté comme des caméras dans les lieux publics, alors que lorsque quelqu’un commet un méfait les peines prononcées ne sont mêmes pas appliquées, alors qu’il faudrait simplement appliquer des lois qui existent déjà.
    Il reste des zones d’ombre sur cette affaire (qui a financé les attentats, le « suicide » du commissaire, la carte d’identité retrouvée, le journaliste sur le toit qui portait un gilet pare-balle pendant l’échange de tires) on peut se demander à quel point ces attentats ont été organisés (seulement par des terroristes ? il s’agit là d’une vraie question, je suis incapable de donner une réponse, simplement constater qu’il y a des zones d’ombres).
    La gestion des attentats est plus que discutable : un défilé de politiques (gens très honnêtes qui ne paient pas leurs impôts, responsables de scandales financiers et sanitaires (le sang contaminé) ), l’obligation d’une minute de silence à l’école alors que les enfants sont trop jeunes pour avoir un avis sur la question, justice à double vitesse (comparution immédiate quand certains propos sont proférés alors qu’il faut attendre des semaines voir des mois pour attendre le jugement de criminels).
    Personnellement, je suis plus touchée par le déclin de la France que par cette (nouvelle) atteinte à la liberté d’expression. Certes, il y a eu des morts ce qui est tout à fait regrettable, mais chez je n’aime pas le journal Charlie hebdo donc je ne me sens pas triste en tant que lectrice, je ne fais pas partie du corps des journalistes, je ne me sens pas être triste en tant que consœur non plus. Par ailleurs, est-ce que je dois arrêter de prendre des selfies quand des journalistes meurent (et d’autres puisqu’ils ne sont pas seuls victimes de l’attentat), alors que je ne le fais pas quand un SDF meurt de froid et que des lois passent en forcent pour diminuer encore les droits des travailleurs et faire profiter (encore) les grands groupes du CAC 40?
    Pour toutes ces raisons, je ne suis pas Charlie, je ne vais pas changer mes habitudes, je suis une citoyenne éclairée et je prends toute la mesure de ce qu’est le terrorisme et la manipulation des masses.
    Cordialement,

    24 février 2015 à 0h34
    • Répondre Kenza

      Merci pour ton commentaire Croco. Je comprends ton point de vue, et reconnais que ma réaction a clairement été à chaud. Après, en tant qu’expatriée partie de France depuis cinq ans, je ne suis pas l’actualité aussi bien que quand j’y vivais. Il est plus facile de se rattacher aux gros évènements qu’aux petits qui ne passent pas les frontières. Après effectivement il y a eu beaucoup d’hypocrisie dans tout cela, théorie du complot ou non…

      24 février 2015 à 11h25

    Un petit mot ?

    Close