Compte à rebours du départ

Je viens de compter.  Il me reste 18 petits jours au Canada, plus celui où je pars. Et je ne suis pas prête.

Québec m’a fait sourire mais Montréal me parle, un peu plus à chaque coin de rue, ses quartiers et son ambiance me font répéter en boucle depuis lundi « je pourrais habiter ici » « pourquoi je ne vis pas là » « la vie est trop injuste » – vivre au Québec vs. vivre au Manitoba.

18 jours. Encore un peu de Montréal, Ottawa, Toronto, les chutes du Niagara, un avion qui me ramène à Winnipeg et le retour dans ma petite ville pour une dizaine de jours.

Mais comment rester ? Il n’y a pas besoin de profs de français au Canada, et je ne sais pas, ne peux pas faire autre chose. Et surtout, comment on décide à quel endroit on veut vivre pour presque toujours ? Si j’allais un peu voir ailleurs ce qui se passe dans le monde et revenais ici ? mais je disais la même chose de l’Angleterre aussi. Je ne peux pas choisir, c’est une décision trop sérieuse, importante. Je ne sais pas, mais ces deux pays m’ont accueillie, recueillie même et m’ont fait me sentir chez moi. Je ne suis pas prête à monter dans l’avion, je ne veux pas partir, le Canada a encore trop à m’offrir. Il m’a fait devenir moi en entier.

10 Commentaires

  1. 16 avril 2014 / 18h47

    J’ai toujours senti qu’il y avait un truc inachevé entre ce pays et moi. Il m’a fallu 10 ans mais je suis revenue 😉 Bref tout ce blabla pour dire que si c’est au Canada que tu dois vivre, tu pourras revenir! Tu es jeune et pleine de ressources 😉

  2. Thibault
    16 avril 2014 / 19h22

    Détrompe toi!! Les profs de français sont hyper recherchés en anglophonie, les écoles d’immersion en manque cruellement et ils n’ont pas la chance d’avoir des francophones d’origine qui sont capables de transmettre, au-delà de la simple langue, la culture francophone. Si tu veux vraiment rester ici, si tu veux vraiment rester prof de français, il n’y a absolument rien qui t’en empêche, des tonnes d’opportunités t’attendent, et pas qu’au Manitoba 😉

  3. 16 avril 2014 / 19h44

    Comme je te comprends il me reste 6semaines aux USA et ca me fait de plus en plus bizarre…mais après pour nous une nouvelle aventure en Écosse! Bon courage a toi, prend le temps pour ta décision.

  4. Marion Moulin
    17 avril 2014 / 13h44

    aaaw, je suis du même avis que Thibault, ils ont besoin de profs de FLE en provinces anglophones! Il suffit d’aller encore un peu plus à l’Ouest 😉 Par contre si tu veux travailler en écoles, il te faudra un diplome canadien d’enseignement du francais.
    Et puis si tu pars, tu pourras toujours revenir en WHV au pire 😉
    Bon courage pour la suite!

  5. 17 avril 2014 / 7h09

    Je suis contente que tu te sentes bien à Montréal! C’est vraiment une ville chaleureuse 😀

  6. Elé
    20 avril 2014 / 16h06

    Quand j’étais à Toronto, il y avait plein d’étudiants qui prenaient le Français en major parce qu’ils savaient qu’il manquait cruellement de profs de Français au Canada. Après, pour une étrangère, je ne sais pas. C’est toujours plus compliqué -_-‘

  7. Carole
    22 avril 2014 / 20h58

    Si tu veux repartir, tu le pourras. C’est tout le mal que je te souhaite

  8. Myriam
    31 juillet 2016 / 12h39

    Dans tes articles, je retrouve un tas de questions que je me posent aussi… Et même si je cherche encore les réponses (que je ne trouverai qu’en allant sur place probablement) tu écris tellement bien que c’est un plaisir de se perdre dans tes articles et dans ton blog.

  9. Myriam
    31 juillet 2016 / 12h54

    que je me pose !!!!! Pardon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *