Expatriation

Ces trucs de l’étranger qu’on devrait importer en France

M-3 avant mon départ au Canada, M+7 depuis mon retour à Paris… et j’ai encore du mal à me ré-habituer à certains aspects de la vie française à laquelle j’avais tourné le dos. Dans tous les pays où je suis passée, il y avait du positif et du négatif, des trucs géniaux et d’autres incompréhensibles. Et j’adorerais exporter certaines choses en France ! J’en ai sélectionné trois pour chacun de mes pays d’expatriation. 

trucs de l'étranger à importer en France

Photo prise au marché aux puces de Madrid.


De l’Angleterre…

L’art de faire la queue évidemment ! Dans toutes les circonstances, à tous les moments, les belles files d’attente bien organisées me manquent un peu. Pas question de doubler dans les transports ou dans les commerces, faire la queue et attendre son tour est très très sérieux et c’est vraiment une habitude qu’on pourrait emprunter.

Le cash-back, c’est quand en payant par carte bleue, vous pouvez ajouter la somme de votre choix pour la récupérer en liquide. Très pratique quand il n’y a pas de distributeur dans le coin ou qu’on oublie tout le temps d’y aller. La plupart des commerces le faisait, il m’a fallu un bon trois semaines pour comprendre le principe (et tout autant de refus apeurés car je n’avais pas la moindre idée de ce qu’on me proposait à la caisse) et après je n’allais presque plus à la banque.

La tolérance vestimentaire. L’Angleterre n’est pas le seul pays à être plus ouvert de ce point de vue-là, mais pendant les trois années que j’y ai passées, j’ai été fascinée par la variété de looks et styles assumés par leurs possesseurs. Dans la rue, sur le lieu de travail, des cheveux aux vêtements, l’uniformité est bien moins répandue et on ne m’a jamais rien dit ni à l’école ni en ville sur mes robes un peu courtes. J’aimerais bien que ça se normalise ici aussi.

Du Canada…

Le décalage des jours fériés. Dans certains pays anglo-saxons, les jours fériés qui tombent un jour de week-end sont automatiquement décalés au lundi pour ne pas pénaliser les travailleurs et leur permettre tout de même d’avoir une journée de repos (j’extrapole, je suppose qu’il y a aussi d’autres raisons plus sérieuses). Pourquoi ne fait-on pas pareil en France ?!

La politesse. Les Canadiens sont extrêmement polis, ce n’est pas un mythe, de façon verbale et non-verbale. Sourire à quelqu’un est normal, tout comme abuser des formules de politesse et lui tenir la porte à plus de cinq mètres. Ça m’a vraiment fait bizarre la première fois que je me suis repris une porte dans la figure. Cette politesse presque affectée se retrouve aussi dans le service à la clientèle, car sans politesse pas de pourboire, et c’est super agréable d’être bien servi.

Certains aliments. Je suis devenue accro à tout un tas de trucs lors de mon année canadienne : les frites de patate douce, les French Vanilla de Tim Hortons, les bagels, les cafés sirop noisette, le sirop d’érable, les hash brown, les pancakes, le spice and seven, les chocolate-coated pretzels, les grilled cheese et j’en oublie sûrement (et je rappelle que j’avais pris presque 15 kilos !). J’aurais pu retrouver certains de ces produits en Europe, mais ils ne sont pas aussi bons ni chimiques.

De l’Australie…

La culture du brunch. Ce n’est certes pas spécifiquement australien, mais je n’ai jamais mangé de petits-déjeuners aussi bons qu’en Australie. Sucré ou salé, les restaurants rivalisaient d’inventivité pour convaincre leurs clients qu’ils avaient LE meilleur plat à l’avocat de toute la ville, voire de tous les pays. Et sans être fan de l’avocat, il y en avait vraiment pour tous les goûts. Des émules se sont créées à Paris, dont le Hardware Society, mais je n’ai pas trop envie d’y aller, je suppose que ce ne sera pas la même chose !

Les jus et le café. Et pour accompagner le brunch, et à vrai dire n’importe quel moment de la journée, il y a toujours une boisson chaude ou froide. Je n’ai jamais bu d’aussi bons flat whites qu’à Melbourne, j’ai découvert des variétés insoupçonnées de café et de smoothies. To go, please, forcément, dans une cup en plastique respectueuse de l’environnement, tout ça tout ça.

Le bouton pour traverser la rue. Au début je pensais que c’était un mythe destiné à faire patienter les piétons. Mais en Australie, les boutons d’appel pour faire passer le feu au rouge fonctionnent vraiment. Et quand je suis revenue, ma main les cherchait sur les poteaux parisiens, j’avais juste un peu l’air ridicule.

De la Hongrie…

Oui, il y a des choses de Hongrie qu’on pourrait importer en France ! Vous êtes surpris ? Moi aussi haha. En premier, je pense aux thermes, bien sûr. Pour changer des cafés – musées, un après-midi dans de l’eau chaude serait une bonne sortie. OK, ça existe déjà, mais c’est pas exactement pareil et surtout ce ne sont pas les mêmes prix. Alors que la journée thermale est entre 8 et 15 euros en Hongrie, cela coûterait facilement le triple ici.

Les fleuristes ensuite. Partout dans les rues, il y a des échoppes de fleuristes, qui débordent sur le trottoir. Ça met de la couleur en ville, ça permet d’en offrir ou de s’en offrir très facilement. Il me semble que les fleurs ont une place assez importante culturellement, on en recevait assez souvent à l’école pour des raisons qui m’échappaient (et personne ne m’expliquait. Ou pire parfois, ne m’en donnait #paria)

Et enfin les viennoiseries. La gastronomie hongroise ne me manque pas du tout – viande, sauce, plus de viande, plus de gras – mais parmi les viennoiseries et pâtisseries développées sous l’influence autrichienne, il y avait de très bonnes choses. Penser à la petite brioche au fromage que je mangeais quotidiennement me rendrait presque nostalgique.


C’est tout pour l’instant ! Je n’ai pas encore réfléchi à l’opposé de cet article, ces choses françaises qui me manquent quand je suis à l’étranger, parce que mon travail fait qu’en général je baigne encore dans un environnement très français. Et niveau nourriture, je sais m’adapter assez rapidement, ne pas manger de fromage ou passer six mois sans croissant (authentique)… mais ça pourrait partir sur la dichotomie entre le bon et le mauvais expat et ça voyons je n’oserai pas critiquer ! Et vous, de vos expatriations ou de voyages, qu’est-ce qui vous a marqué et qu’on devrait importer en France ?


Pour d’autres articles un peu culturels :
comment je me suis adaptée à la culture britannique 
– les différences culturelles canadiennes que j’ai pu remarquer après deux mois là-bas
variations autour du café dans mes pays d’expatriation !

Partager sur...
Article précédent Article suivant

Plus d'articles

45 Commentaires

  • Répondre Guylaine

    « Et vous, de vos expatriations ou de voyages, qu’est-ce qui vous a marqué et qu’on devrait importer en France ? »
    La propreté des transports en communs (Métro surtout) de certaines capitales européennes haha ! Et puis je plussoie pour l’art de faire la queue étant donné que j’ai eu un très mauvais exemple hier à la gare de Montparnasse. Le sans-gêne des gens dans ces moments-là, je crois que je m’y ferai jamais -_-‘.

    17 janvier 2017 à 8h41
    • Répondre Kenza

      Oui ! et c’est pas évident ensuite de choisir la position à prendre : faire comme eux sous peine de ne jamais voir son tour venir ou garder ses principes et attendre gentiment et se comporter correctement ?

      23 janvier 2017 à 11h04
  • Répondre Carrie

    Tu parles principalement de bouffe tout comme bon français qui se respecte LOL
    De Gb la tradition des pubs, des Sundays lunch, en Belgique la biere et sa degustation sont tout aussi importantes, tout comme sa gastronomie; on mange tres bien et c’est tres copieux en Belgique. Tout comme la GB tu peux retirer de l’argent au supermarché avec ta carte en Belgique.
    Le neighbour watch que l’on pourrait aussi importer; ca ferait du bien dans certaines residences.
    Et cet esprit festif que j’ai trouve en GB et en Belgique et moins en France.

    17 janvier 2017 à 9h02
    • Répondre Kenza

      Je ne m’en suis même pas rendu compte ! Le Sunday lunch j’ai testé une ou deux fois mais c’est quand même hyper British, je n’ai jamais été intégrée jusque là… mais les pubs par contre j’ai bien testé haha et oui ! mais sans les abus.. un coup entre collègues le vendredi soir pour commencer le week-end oui mais se sentir obligé de boire par pression sociale ou pour compenser, non..

      23 janvier 2017 à 11h37
  • Répondre Jéromine

    N’étant jamais allée au Canada je ne connais pas grand chose à la gastronomie du pays, aussi je suis assez surprise de lire cette longue liste de choses qui se mangent et qui te manquent ! Les noms sont plutôt appétissants en tout cas !
    Ce que j’importerais depuis la Grèce vers la France : la possibilité de se faire servir au restaurant même passé 23h ! Ici on ne se verra pas dire que la cuisine est fermée à partie de 22h-22h30, ce qui est quand même bien pratique.

    17 janvier 2017 à 9h03
    • Répondre Kenza

      Quand j’y serai, je vous ferai un article culinaire avec tous ces trucs illustrés !
      Et les mezze aussi 🙂 pouvoir commander plein de petits trucs à partager plutôt qu’un gros, ça serait assez agréable ici aussi !

      23 janvier 2017 à 11h39
  • Répondre Holy

    De l’Allemagne vers la France j’importerais avec plaisir ces petits boutons pour faire passer le feu au rouge, les pistes cyclables, l’art de faire la queue (même si la file d’attente n’a pas vraiment de sens parfois, par exemple chez le boucher où chacun sait qui était là avant et c’est agréable), le pharmacien qui te donne pile poil le nombre de médicaments dont tu as besoin (pas de gaspillage, on respecte les prescriptions), la consigne des bouteilles de verre et de plastique et enfin le prix des cocktails (le prix de tout je crois, surtout lorsque tu paies ton savon deux fois plus cher en France).

    17 janvier 2017 à 10h27
    • Répondre Alex

      Amen, je suis d’accord avec tout! Et puis aussi le petit brunch du dimanche entre amis mais c’est peut-être que chez moi ^^

      18 janvier 2017 à 9h06
      • Répondre Holy

        Non non, je l’avais oublié 😉 celui là !!

        18 janvier 2017 à 10h11
        • Répondre Kenza

          Je ne suis pas allée beaucoup en Allemagne mais DM manque vraiment ici ! (il y en avait en Hongrie)
          J’y avais pensé pour les médicaments mais j’ai oublié de le noter dans mes brouillons. Ce serait presque une nécessité, ça m’a vraiment gonflé l’autre fois de devoir payer une boîte complète à 8 euros pour un cachet alors que la sécurité sociale est déjà en déficit… donc oui et oui !

          23 janvier 2017 à 11h48
  • Répondre lolli15

    Ce ne doit pas être très facile de s’habituer à chaque pays et de revenir ensuite en France. la politesse serait vraiment bien, c’est affreux tous ces gens qui ne sont pas polis. Cela prend 2 secondes de tenir une porte. Pour les bagels, je n’ai pas goûté ce met à l’étranger mais j’ai découvert un resto à Aix qui en fait des très bons c’est la chaine Bagelstein, il y en a un peu partout en France. J’aimerais qu’on emmène en France les jus de fruit frais à 2 € que j’ai goûté en Espagne, les friandises d’Angleterre et leurs scones, et la tranquillité bienveillante des italiens.

    17 janvier 2017 à 11h16
    • Répondre Kenza

      Ce n’est pas facile mais c’est aussi une vraie richesse de rapporter toutes ces bonnes choses avec soi 🙂
      Les scones, miam !!

      23 janvier 2017 à 11h49
  • Répondre Socheek

    J’adore!

    De mes 9 mois en Irlande je dirais:
    *les cafés à emporter, partout tout les temps!
    *les pintes de Smithwicks! 🙂
    *les gens

    17 janvier 2017 à 13h08
  • Répondre Tiphaine Mes Petits Carnets

    Plein de bonnes idées à ramener chez nous ! Pour avoir vécu à deux reprises en Allemagne (Hambourg et Weimar), il faudrait aussi exporter certains concepts chez nous : 1/ La politesse comme chez les Canadiens – 2/ Le savoir-vivre : les papiers à la poubelle, traverser au vert pour piétons et laisser passer les piétons (oui !) – 3/ pas de drague ridicule et / ou humiliante de la part des hommes…
    Ah nos voisins ont toujours des choses à nous apprendre, quoi qu’on en dise 😉

    17 janvier 2017 à 13h36
    • Répondre Kenza

      Ces trois points devraient être universels !

      23 janvier 2017 à 11h52
  • Répondre Ophélie G.

    Je suis TELLEMENT d’accord avec toi en ce qui concerne les trois points anglais. J’apprécierais aussi beaucoup découvrir la culture du brunch ainsi que les viennoiseries ! xx

    17 janvier 2017 à 13h42
    • Répondre Kenza

      Oui mais tu as l’English breakfast c’est pas mal non plus :p (enfin pour un non-vegan….)

      23 janvier 2017 à 11h52
  • Répondre ALEXANDRA

    J’ai beaucoup aimé ton article. Très sympas à lire, et on apprend de belles choses.
    Bonne continuation.

    17 janvier 2017 à 13h50
    • Répondre Kenza

      Merci beaucoup Alexandra, à bientôt !

      23 janvier 2017 à 11h53
  • Répondre Andréa

    Je te rejoins TOTALEMENT sur les Flat White australiens! Quand je vois ce qu’on me sert en France quand j’en commande un, ça me donne encore plus envie de retourner y vivre… ^^

    17 janvier 2017 à 14h04
    • Répondre Kenza

      Haha contente de voir que je ne suis pas la seule :p

      23 janvier 2017 à 11h53
  • Répondre Juliette

    Du Pérou (où j’ai vécu il y a 10 ans déjà) j’importerai le doggy bag apporté systématiquement au restaurant, quand tu n’avais pas terminé ton assiette, le tout sans avoir à demander, et sans supplément. Je ne supporte pas le gaspillage alimentaire, ni le regard méprisant des serveurs à qui je le demande en France!
    Et comme le dit Holy, j’importerai aussi le pharmacien qui te donne pile poil le nombre de médicaments dont tu as besoin!

    17 janvier 2017 à 15h54
    • Répondre Kenza

      Le doggy bag j’y ai pensé mais comme les médicaments délivrés à la pièce, je ne l’ai pas noté ensuite !

      23 janvier 2017 à 11h54
  • Répondre Lauriane

    Très bonne idée d’article ! Vachement sympa à lire.
    Ce qu’on pourrait emprunter en France à … la Norvège par exemple; la propreté des sanitaires ou que tu sois dans le pays.

    17 janvier 2017 à 22h26
    • Répondre Kenza

      Merci Lauriane ! et leur gratuité j’imagine aussi… ?

      23 janvier 2017 à 11h55
      • Répondre Lauriane

        Hum tiens, je ne me souviens pas, c’est probable en effet que ce soit gratuit !

        23 janvier 2017 à 12h19
  • Répondre L.

    C’est amusant comme réflexion. Pour le moment je ne suis pas assez familière de l’Autriche et à la fois trop baignée dedans pour que quelque chose me manque au quotidien. De l’Ecosse en tout cas (et donc du Royaume-Uni en général) je dirai les magasins ouverts 7/7 jours voire 24/24 h : dans ma famille on se moque souvent de ma sœur qui va faire ses courses à 1 h du mat’ en sortant du boulot mais ne serait-ce qu’avoir la possibilité parfois de faire des courses d’appoint à 22 ou 23 h, c’est pratique ! (En Autriche tout ferme à 18 h le samedi, c’est un autre rythme de vie…)

    De l’Autriche sans nul doute ses cafés, je sais déjà que c’est ce qui me manquera le plus quand je reviendrai en France. Sinon les transports en commun : je me souvenais de l’enfer à Paris, là je les emprunte tous les jours sans les redouter.

    Par contre, s’il y a bien une chose de la France que j’exporterai partout, c’est l’eau (et le pain mais surtout l’eau) gratuite au restau !

    17 janvier 2017 à 22h55
    • Répondre Em

      Ah je te rejoins totalement sur les magasins ouverts 7/24 au UK…
      Aux Pays-Bas, c’est pareil qu’en Autriche, le rythme est vraiment différent. Encore un exemple aujourd’hui : j’ai un colis à aller chercher dans le centre d’Amsterdam, la boutique n’est ouverte que de 11h à 17h30. Bon, je suis libre le samedi (et en horaires flexibles au boulot) donc ce n’est pas si contraignant que ça pour moi, mais c’est quelque chose que j’appréciais beaucoup à Londres.
      J’ai passé un long week-end à Vienne, et je me souviens encore de ses cafés *-*

      18 janvier 2017 à 20h52
      • Répondre Kenza

        J’y ai pensé pour les magasins ouverts 24/24 – en Australie il m’arrivait de faire mes courses à des heures étranges – mais je ne l’ai pas inclus… parce que par exemple, en Hongrie, le travail dominical était autorisé et payé triple, puis le gouvernement de droite conservateur l’a supprimé en disant que le dimanche, c’était pour les familles et l’église, et sous la pression populaire a fini par le remettre mais sans la majoration de salaire…

        23 janvier 2017 à 11h58
  • Répondre Sabine

    Très sympa cet article 🙂
    Si je pouvais ramener le soleil d’Australie en France se serait chouette !
    Ce matin 35°C à 8h.. Je suis en train de fondre, je demande même si je vais pas manger de la glace au petit déjeuner ^^

    17 janvier 2017 à 23h09
    • Répondre Holy

      oh ben alors là quelle chance !! le vrai rêve 😉 Sabine !!

      18 janvier 2017 à 10h10
  • Répondre MissTexas

    Article très intéressant, merci de ton partage 🙂

    Ce que j’importerais du Texas ? Eeeeuuuhhh… ^^ La gentillesse des gens et la douceur de vivre, et je laisserais tout le reste !

    18 janvier 2017 à 3h38
    • Répondre Kenza

      Mais si, ton article d’aujourd’hui résume bien ce que tu ramènerais 🙂

      23 janvier 2017 à 11h59
  • Répondre Léonor

    J’adore l’idée de ton article 🙂 !! J’ai beaucoup aimé le lire d’ailleurs. Et la première phrase sur la Hongrie m’a bien fait rire ahah !

    18 janvier 2017 à 18h25
  • Répondre Em

    Super article ! Aah l’art de faire la queue comme les British et la tolérance vestimentaire, je plussoie ! 😉
    Tu me donnes encore plus envie de découvrir le Canada avec cette food list !!
    De Londres, je ramènerai les options végé disponibles dans chaque cafés (laits végétaux) & restaurants (pas qu’une salade please, moi aussi je veux un burger).
    Des Pays-Bas, même si ça ne fait que 6 mois, je ramènerai bien l’absence de stress, l’atmosphère relax qui « émane » d’Amsterdam (personne ne court dans la rue, personne ne te bouscule pour avancer plus vite par exemple, même à Centraal !). Et je ramènerai mon vélo aussi 😉
    xx

    18 janvier 2017 à 20h48
  • Répondre Melle Bulle

    Je te rejoins à 100% pour l’Angleterre ! Nous avons été impressionné par le respect et le calme des anglais pour les queues d’attente …
    Et je valide les viennoiseries hongroises 🙂 je me rappelle encore d’un énorme croissant aux amandes et sucre glace … oh mon dieu !!!!!
    Hâte d’aller au Canada l’année prochaine pour voir ce que j’aimerais exporter ici 🙂

    19 janvier 2017 à 13h11
  • Répondre Tiphanya

    Je n’ai jamais été expats. Mais moi j’aurais dit les brunchs pour le Québec et effectivement les cafés et jus pour Melbourne. Par contre je ne connaissais pas le flat whites.
    Du Japon, j’importerai bien les toilettes propres dans chaque station de métro ou centre commercial (avec au moins 1 WC femme, 1 WC homme et 1 WC géant handicapé/table à langer).

    21 janvier 2017 à 16h18
  • Répondre Marie

    Effectivement, ça ne ferait pas de mal si on pouvait ramener tout ça en France ! Je pense surtout à la politesse des Canadiens… Je rajouterai bien aussi leur enthousiasme à tout épreuve et aussi le fait qu’outre-Atlantique, une erreur n’est pas forcément vu comme un échec mais plutôt comme un apprentissage 🙂 (J’ai toujours eu l’impression que chez nous, si tu te plantes, la honte s’abat sur toi et ta famille pendant 10 générations…)

    23 janvier 2017 à 10h56
  • Répondre Aurore

    Je pense que toutes les personnes qui ont vécu l’expatriation ont eu ces réflexions ! ^^

    Pour ma part, après mon stage en Finlande j’avais envie d’importer :
    – le système d’éducation (oui carrément, les finlandais ne sont pas numéro un pour rien !)
    – les transports à l’heure, quand il fait -5 dehors, c’est juste un bonheur de savoir que tu peux sortir que tu ne resteras qu’une minute dans le froid car ton bus sera pile à l’heure.
    – L’amour de la nature, la nature est partout même en plein cœur de Helsinki, et les finlandais saisissent la moindre occasion pour se promener dedans. Ca va aussi avec un vrai respect pour l’environnement il y a 5 poubelles de tris différentes, dont une pour faire du compost (même en appartement)

    Pour ce qui est des exportations françaises, je pense que pour chaque pays se sera différent. En Finlande, j’aurais importer la gastronomie par exemple, j’ai très bien réussi à me passer de fromages et de croissants, mais la gastronomie finlandaise, ce n’est vraiment pas ça. En dehors du saumon (le meilleure de ma vie), il y a très peu de variété et ce n’est pas très recherché (des patates, du fromage blanc, des patates). J’aurais surement ramener un peu de politesse. C’est très surprenant par rapport à ton article mais oui. Les finlandais ne sont pas polis. En France, il y a quand une bonne chance qu’on te tienne la porte, par contre en Finlande, c’est niet. C’est très culturel, et tout s’explique par la langue, il n’y a pas de s’il vous plaît en Finlande par exemple. C’est assez difficile à expliquer car par exemple pour le service client, ils sont très serviables par contre. Alors quand France on est assez polis, tu te fais mal voir si tu ne dis pas bonjour, merci, aurevoir mais c’est au niveau du service client qu’il y a un gros vide !

    23 janvier 2017 à 13h02
  • Répondre Laure

    Le « cash back » existe aussi en Allemagne, et je trouve ça en effet très pratique ! C’est drôle, mais je me suis fait la même sorte de liste en tête il n’y a pas longtemps, mais avec la nourriture : qu’est-ce qu’on voudrait trouver de chaque pays dans les supermarchés ? Par exemple pour moi, le thé et le pain de mie devraient être anglais… À méditer 😉
    Tschüssi!
    Laure

    23 janvier 2017 à 14h31
  • Répondre Élé

    Je me suis tellement retrouvée dans ce que tu dis du cash back, je comprenais pas non plus ce qu’on me demandait… et je t’avoue que je n’ai jamais osé le faire en une année, ce qui est un peu idiot parce que c’est bien pratique.

    Ce qui me manque le plus, ce sont peut-être les friperies, au Canada comme en Angleterre. Mais surtout au Canada ! Un peu les chocolate glazed de Tim Horton’s, et tout ce qu’on mangeait au grill de la cafet sur mon campus : grilled cheese, steak and mushroom… Et les maisons illuminées à Noël. En Angleterre, tous les pubs à l’ancienne, y jouer aux fléchettes, les beer/cider festivals, les concerts de musique folk…

    26 janvier 2017 à 17h16
  • Répondre Stephanie

    Ahah oui le cash back OMG la première fois que j’ai demandé ça à la caisse en France en revenant des USA elle m’a fait « euh, pardon ? » ah ben non laissez tomber c’est pas grave 😀
    Et sinon si on pouvait avoir des pubs comme en Ecosse avec de la musique live mais qui ne casse pas les oreilles ce qui fait qu’on peut quand même discuter avec les copains, ce serait top. C’est ce qui me manque le plus de l’Ecosse, le fait de pouvoir sortir juste en bas de chez soi retrouver des amis dans un pub (ouais c’est vrai j’aime beaucoup les pubs, dans un café parisien c’est pas pareil. Même ici au Portugal c’est pas pareil lol)

    28 janvier 2017 à 16h43
  • Répondre Aurélie

    C’est quoi le spice and seven ? Je n’ai pas trouvé sur google 😉

    De mes 2 mois en Finlande, je regrette la culture du sauna et les piiraka https://fr.wikipedia.org/wiki/Tarte_car%C3%A9lienne

    De mes 8 mois à NY, je regrette les supermarchés ouverts 24H/24, les nocturnes hebdomadaires gratuites de tout plein de musées, et les salad bars que l’on trouvait partout…

    De la Réunion, enfin, je crois que je regretterai la sympathie des gens… à de rares exceptions près, tout le monde est accueillant et a le sourire ici.

    PS : je rentre à Paris du 8 au 20 février, si tu as des dispos fais-moi signe !

    4 février 2017 à 18h29
  • Un petit mot ?

    Close