Le centre rouge de l’Australie : Uluru

Il manque encore un chapitre à mes histoires australiennes : le Centre Rouge. J’y suis allée pendant six jours en avril 2015, deux mois avant de quitter le pays. Voir Uluru faisait partie de ma bucket-list mais malgré de longues hésitations temporelles et surtout financières, je ne regrette pas d’y être allée : ce road-trip avec une copine (coucou) fait partie de mes meilleurs souvenirs. Cette série comportera trois articles, un pour Uluru, un autre pour Kata Tutja et le dernier pour King’s Canyon. Comme d’habitude, je raconte ma vie avec plein de photos et d’anecdotes. Let’s go – welcome back to Oz 🇦🇺 !

Uluru centre rouge

 

L’arrivée à Uluru

J’ai pris l’avion depuis Melbourne : 3h30 de vol direct pour Ayers Rock – car oui, il y a un aéroport à Uluru. Les distances sont tellement gigantesques en Australie, l’autre aéroport le plus proche, celui d’Alice Springs, se situait à plus de cinq cents kilomètres. Un aller-retour avec JetStar m’a coûté plus de $800 – soit autant qu’un aller simple pour l’Europe. Je n’étais pas côté hublot donc pas de photos mais l’arrivée dans le désert est extrêmement impressionnante, du sable rouge partout et ces énormes rochers qui dépassent du sol.

On récupère la voiture, on s’embrouille un peu avec notre compagnon de road-trip – une autre Française en tour du monde que j’avais rencontrée au Cambodge mais avec qui on ne s’est pas du tout entendues – et on part. Pas loin : tout se concentre dans un rayon de cinq kilomètres. Un village artificiel est sorti du sol et il n’y a rien d’autre. Quelques hôtels, un terrain de camping, une supérette, une pompe à essence, autour d’un rond-point gigantesque. L’intérêt, c’est le parc national, évidemment. On y file, on paye les $25 de pass trois jours, récupère des dépliants et c’est parti !

 

Uluru centre rouge

 

L’après-midi et le coucher de soleil

Les cartes comportent un plan assez bien détaillé et incluent différents itinéraires de randonnées, avec la longueur, durée et difficulté ainsi que les points d’eau. Certaines marches sont guidées par un ranger à une heure précise. On a décidé de faire les petites marches à la fin de l’après-midi et de garder la grande de dix kilomètres pour le lendemain matin, à cause de la météo.

Point météo ☀️☁️: nous y étions en avril, soit en automne, ce qui est me semble-t-il la bonne saison. Il faisait 25-30 degrés la journée, ce qui permettait de se déplacer sans trop de mal, et plus frais le matin. Nous commencions toutes nos marches avant 7h et nous nous sommes levées chaque jour au lever du soleil. Du coup, on mettait un short ou des leggings sous un pantalon long et on enlevait les couches au fur et à mesure que le jour se levait et que les températures remontaient.

 

Uluru centre rouge

Uluru centre rouge

Uluru centre rouge

 

Les routes sont très bien aménagées et il y a des parkings à tous les endroits qui offrent un point de vue intéressant. Il existe aussi des zones désignées pour le lever et coucher de soleil. Mieux vaut y être en avance, car les bons spots sont rares, on a ainsi à peine pu accéder à la plateforme de lever de soleil le lendemain matin. Mais en attendant, ce soir-là, j’ai vu l’un des plus beaux couchers de soleil de ma vie.

 

Coucher de soleil Uluru

Sunset Kata Tutja

sunset-uluru

 

La base walk

 

Uluru Centre rouge

 

Le lendemain, après un lever à 5h30, on a marché, marché, marché. En effet, il est possible de faire tout le tour d’Uluru… pendant dix kilomètres. Ce rocher est tout simplement gigantesque. Et on a appris lors d’une des marches guidées que la roche s’enfonce 2,5 kilomètres sous terre, c’est difficile à imaginer !

 

Hauteur Uluru

 

uluru-climbLe rocher est sacré pour les aborigènes, comme il est longuement répété dans le Centre culturel dont la visite est compris dans le pass. Cela ne m’a pas laissé un souvenir indélébile, il y avait bien sûr les boutiques de souvenir tacky, les mythes fondateurs et le discours un peu victimisant des gentils autochtones vs. les méchants blancs (je sais bien que certaines doléances sont tout à fait justifiables, comme le fait d’avoir acquis le statut d’humain et plus de plante seulement dans les années 70).

Certains idiots aux tendances colonialistes décident de grimper Uluru, regardez la photo ci-dessous, on distingue une sorte de pente. En plus d’être complètement bête, c’est dangereux. Mais environ un tiers des visiteurs grimpent. Et si l’interdiction était complète (pour l’instant, c’est juste déconseillé) le parc aurait une perte signifiante de revenus (ma source : le ranger). Les $$$ ou le sacré ? Le choix n’est pas si facile. Évidemment, je n’ai pas grimpé.

 

Uluru climb

 

La marche est vraiment très agréable – même si on l’a commencée à l’aube. C’est plat, bien balisé, il y a des points d’eau potable sur le parcours (ce détail a son importance pour la suite) et chaque virage révèle un paysage un peu différent et une roche pas tout à fait semblable à la précédente. Je trouve qu’il y a un crâne et une baleine sur les photos, les voyez-vous aussi ? Certaines zones sont sacrées car abritent des rituels et les photos en sont interdites par peur que les non-initiés ne les voient par inadvertance. Il y a  assez peu de monde, c’est une chouette balade.

 

Uluru Centre Rouge

Uluru Centre Rouge

Uluru Centre Rouge

 

Par contre… on s’est fait littéralement attaquer par des mouches énormes (de taille australienne : cinq-six centimètres de long). Il a fallu qu’on achète des filets à accrocher à nos chapeaux et qu’on perde dix mille points sur l’échelle du glamour. Mais c’était amusant (mais galère pour prendre des photos). C’était la première de trois marches d’une dizaine de kilomètres également.

 Uluru Centre Rouge

Uluru Centre Rouge

Uluru Centre Rouge

 

Le second coucher de soleil a été moins joli que celui de la veille, je n’ai pas de photos. C’est aussi le moment où un abruti a jugé que notre voiture de location ferait un parfait décapsuleur et a fait une rayure de la taille d’une pièce de monnaie sur le capot. Cette mésaventure nous a valu des heures de frayeur à essayer de calculer les franchises et assurances diverses.

Et pour ne rien vous cacher et parce que moi aussi j’ai été une backpackeuse fauchée : pendant nos trois premiers jours, alors que notre camarade avait opté pour un lit en dortoir de 20 personnes à plus de 40 dollars la nuit (!), nous, on a choisi de dormir dans la voiture, sur le parking de l’auberge, et on allait utiliser les douches comme si de rien n’était. L’emplacement de camping valait également plusieurs dizaines de dollars et nous n’avions aucun matériel. On ne s’est pas fait prendre et si c’était à refaire, je n’hésiterais pas non plus.

À suivre ! Vous aimeriez visiter Uluru ? avec ou sans escalade du rocher ?

 

Uluru centre rouge

29 Commentaires

  1. Elé
    9 août 2016 / 9h41

    Impressionnant ! Ces couleurs sont complètement folles. Un voyage en baroudeur, même si on peut en souffrir, laisse toujours beaucoup plus de traces !

    • 10 août 2016 / 22h12

      Et encore, j’édulcore 😀 notre compagnon de route nous a sorti et fait de ces trucs…

  2. Diane
    9 août 2016 / 9h49

    Tes photos sont absolument magnifiques! Quelles couleurs!!!

    Hâte de lire la suite!

    • 10 août 2016 / 22h13

      Merci Diane ! j’ai changé d’appareil photo donc j’ai encore plus hâte de faire des photos encore plus belles ! 🙂 la suite est rigolote aussi : plus de randos, plus de mouches, plus de campings et plus d’animaux bizarres !

  3. 9 août 2016 / 10h04

    Toujours aussi beau ! Les couleurs du ciel sont vraiment magiques le soir venu 🙂 Nous avions eu moins de chance que toi avec le temps mais c’était chouette de voir le rocher sous la pluie. Nous avons vu les cascades se déverser dans les trous d’eau à la base du rocher, on comprend alors encore mieux sa dimension sacrée. Dommage que certaines personnes ne le réalisent pas du tout…

    • 10 août 2016 / 22h13

      La cascade faisait partie de la marche guidée par le ranger mais effectivement, il n’y avait pas une seule goutte d’eau… vous étiez restés combien de temps ?

      • 11 août 2016 / 10h33

        A Uluru 2 jours seulement, nous avions traversé le désert d’Alice Springs à Adélaide ! Piouf c’était long… J’hésitais y retourner car j’ai de la famille qui vient à la fin de l’année mais c’est vraiment trop cher.

  4. 9 août 2016 / 14h00

    Aaahhhh ENFIN !!!! je l’attendais avec impatience cet article là… et je ne suis pas déçue!!!! c’est beeaauuuuuu, et tes photos sont superbes!!! (et effectivement dans l’une d’entre elles on dirait qu’il y a une baleine ^^). Uluru est aussi sur ma bucket list, en presque trois ans en Australie, je n’y suis toujours pas allée (faut dire que mon copain veut qu’on y aille… en voiture… depuis Dunsborough… environ trois semaines de road trip :D)

    • 10 août 2016 / 22h14

      Y a une suite, pars pas 😀
      J’ai une copine aussi qui l’a fait en voiture depuis Melbourne. Ca doit vraiment valoir le coup ! mais je croyais qu’il n’y avait pas de route entre le Western Australia et le centre ? qu’il fallait remonter par Darwin ?

      • 16 août 2016 / 14h14

        Il y a des pistes qui traversent le Western Australia jusqu’au centre si on en croit Google Maps, mais d’après pas mal de sites, ces pistes ne sont pas praticables, même en 4*4! Apparemment la route la plus rapide et possible depuis Perth c’est de longer la côte sud en traversant le desert du Nullarbor jusqu’à Adelaide et après tracer vers le nord. Mais je pense que la route vers Darwin nous plairait plus, mais ça fait une sacrée trotte!!!

  5. Aurélie
    9 août 2016 / 14h52

    Génial l’article ! ça m’a rappelé tellement de souvenirs …
    le crâne, la baleine, les mouches (j’ai préféré en manger une qu’acheter le filet), les backpackeurs fauchés (nous on a « oublié » de payer un camping et on squattait la piscine de l’hotel car il faisait 40°), …
    j’ai beaucoup aimé l’endroit comme toi.

    gros bisous

    • 10 août 2016 / 22h15

      Trop froid pour la piscine, mais on l’aurait fait avec plaisir aussi 😀

  6. 9 août 2016 / 16h49

    Oh wow jadore jen avais jamais entendu parlé. Merci pour cette decouverte ! Les photos de ciel sont trop trop belles 🙂

    • 10 août 2016 / 22h16

      Oui ! j’aime tellement voyager en solo mais ça fait du bien d’être à plusieurs parfois quand même !

  7. 10 août 2016 / 0h46

    Il a l’air aussi impressionnant que je me l’imagine, wahouu ! Vraiment un must see !

    • 10 août 2016 / 22h16

      Y a d’autres rochers un peu moins connus dans le parc qui feront l’objet d’un prochain article 🙂 mais il est massif en effet !

  8. 10 août 2016 / 14h55

    C’est magnifique, j’adore !! Cette couleur rouge / ocre c’est superbe

    • 10 août 2016 / 22h17

      Ça donnait l’impression d’être sur Mars 🙂

  9. 10 août 2016 / 22h28

    C’est vraiment splendide !
    Ces couleurs, ces paysages, wahou… !

    • 14 août 2016 / 17h26

      En effet ! c’est loin de tout et assez onéreux, mais ça valait le coup / coût 🙂

  10. aurelie.rbt
    14 août 2016 / 10h59

    C’est vraiment beau 😀 J’espère que j’aurais assez d’économie pour y aller ! Et ça me sera utile de savoir que vous avez réussi à dormir dans la voiture et à utiliser les douches l’air de rien !

    • 14 août 2016 / 17h26

      Ouiii ! Ca marche surtout en période d’affluence (on y était le week-end de Pâques, le parking était tellement plein, ça serait passé inaperçu). Par contre le dernier soir, quelques jours plus tard on est allés se mettre au niveau du supermarché car le parking de l’auberge était presque vide.

  11. 18 août 2016 / 13h57

    C’était tellement beau! Qu’est-ce que j’aimerais retourner en Australie!

  12. 19 août 2016 / 18h24

    Tes photos sont magnifiques et Uluru est vraiment un endroit où j’aimerai aller.
    Vivement la suite des articles.

    • 21 août 2016 / 12h48

      J’espère que tu pourras un jour! Pour les autres articles, il faut que je m’y mette ! 🙂

  13. 22 mai 2017 / 17h57

    Merci pour cet article et les belles photos !
    Nous organisons notre roadtrip pour l’hiver 2017 et forcément Uluru est au planning !
    Je constate que beaucoup ne font ‘que’ Uluru, Kata Tjuta et Kings Canyon, mais ne montent pas jusqu’au parc MacDonnell à côté d’Alice Springs, une raison ?

    • 22 mai 2017 / 17h58

      Bonjour ! C’est surtout une question de distance, d’aéroport et de kilométrage des voitures de location. Si nous avions volé par Alice Springs, oui nous y serions allées mais d’Uluru ça fait un peu loin. Et surtout notre voiture de location ne nous laissait faire que 500 km par jour. Nous avons dépassé le kilométrage pour aller jusqu’à King’s Canyon, aller aux Mac Donnell ranges aurait été trop long et trop cher !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *